Charade

  • Stanley Donen

  • 113 min

  • 1963

  • États-Unis

Synopsis

Lors d’un séjour aux sports d’hiver, la ravissante Regina Lampert (Audrey Hepbrun), en cours de divorce, fait la connaissance de Peter Joshua (Cary Grant), fraîchement divorcé. Séduite, elle revoit l’homme à Paris. Mais entre-temps, son mari, Charles Lampert, est retrouvé assassiné. La veuve se trouve mêlée malgré à elle à une sombre histoire d’argent et de vengeance. Peter s’impose alors comme l’homme de la situation…

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Sorti en salle en 1963, dernier grand succès de Cary Grant, porté par une Audrey Hepburn au sommet de son charme et de son talent, Charade est un pur délice. Cette enquête policière aux dialogues jouissifs et à la mise en scène chorégraphique où chacun doit dissimuler ses intentions et son identité pour s’en sortir nous tient en haleine jusqu’au bout tout en nous amusant par son ton léger et burlesque. 

Le film s’ouvre sur un générique coloré et sophistiqué qui rappelle ceux des James Bond. Sur un ton badin et pince-sans-rire, les deux stars hollywoodiennes se font la cour et d’emblée nous sommes séduits. L’indifférence de Regina Lampert face à la mort de son mari et la scène absurde de l’enterrement de ce dernier nous indiquent que nous sommes dans un film comique et maniériste. 

Sous la caméra dirigée par Stanley Donen – d’abord danseur et chorégraphe –, les acteurs se déplacent au sein des décors et d’une identité à l’autre comme des acrobates enchaînant les pirouettes. Malgré ses accoutrements pour le moins étonnants (la garde-robe portée par Audrey Hepburn a été conçue par Hubert de Givenchy), l’actrice est comme un poisson dans l’eau dans son rôle d’apprentie enquêtrice. Car dans ce film-complot qui porte très bien son nom, tout l’art du scénario est d’entraîner des suspenses-révélations en cascade à en faire perdre la tête aux personnages et au spectateur, pour son plus grand plaisir ! 

Charade interroge les notions de bien et de mal, de vérités et de mensonges, mais aussi l’intuition et le bon sens : Regina est face au mal, mais quelque chose en elle résiste. On croit un temps que son cœur la pousse à faire fi de la morale, mais comme les apparences sont souvent trompeuses et qu’il n’est pas question de faire l’apologie du mensonge au sein d’un film populaire aux Etats-Unis dans les années 60, la fin nous réserve des surprises.

Le film a peut-être encore plus de charme aujourd’hui qu’à sa sortie. Il avait été reçu avant tout comme une parodie, la critique passant à côté de la maestria du scénario et de l’excellence des dialogues qui fusent du tac-au-tac. Tourné à Paris dans les années 60, le film à la photographie sublime nous replonge dans les décors du Paris de l’époque, ses couleurs harmonieuses, ses vieilles voitures, ses parcs emblématiques et son fameux marché des philatélistes – collectionneurs de timbres.

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

À partir de 8/9 ans. Cette enquête policière pleine d'humour mêlée à une romance tiendra en haleine les jeunes spectateurs.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film

  1. Un merveilleux duo d’acteurs
  2. Des dialogues savoureux
  3. L’excellence du scénario
  4. La beauté des décors
  5. La maîtrise de la mise en scène
Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Danseur de formation, Stanley Donen (1924-2019), réalise ses premiers films dans les années 40. Il est l’auteur et le réalisateur du très célèbre : Singin’ in the Rain, succès sorti en salle en 1952. Avec Charade, le réalisateur et le scénariste Peter Stone reçoivent le Prix Edgar Allan Poe du meilleur scénario. Le générique du film est signé Maurice Binder. Célèbre créateur américain de générique de film, il est à l’origine des génériques de tous les premiers James Bond. La composition musicale du film, quant à elle, a été réalisée par Henry Mancini. Ce dernier a créé la musique originale de nombreux chefs-d’œuvre. Parmi eux : Diamants sur canapé, L’Étrange Créature du lac noir, et l’inoubliable bande sonore de La Panthère rose

Charade est pétri de références au cinéma. Pour citer la plus évidente : la scène du meurtre dans la salle de bain rappelle celle de la douche dans Psychose d’Alfred Hitchcock.

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :