Flip la Grenouille : La Maison hantée

  • De 

    Ub Iwerks

  • 1931-01-01

  • 9 min

  • Etats-Unis

Flip la grenouille se rend dans une maison hantée des plus effrayantes. Il y rencontre des squelettes pour le moins farfelus. De drôles d’aventures l’attendent...

Voir plus

L'avis de Benshi

Dix-septième aventure de Flip la grenouille (Flip the frog, en version originale), La Maison hantée est un beau film d’horreur animé (mais rassurez-vous, il est surtout plein d’humour). Alors qu’il chevauche sous l’orage, le batracien trouve une bâtisse délabrée et s’y abrite. Quelle n’est pas sa surprise quand il découvre qu’il n’est pas seul en ces lieux ! Un squelette l’invite à un maigre festin mais Flip n’est pas très friand des os... Ici, les objets inanimés prennent vie, les revenants jouent du violon et la tempête frappe à la fenêtre. Convoquant les éléments classiques de l’horreur, le réalisateur Ub Iwerks donne vie à une véritable maison hantée. Attention à ne pas baisser ta garde, Flip, face à l’élégante danseuse-squelette ou à ton hôte malintentionné - devenant tour à tour croquemort armé de son mètre-ruban et scientifique fou à la lame acérée -, la situation pourrait mal tourner ! Tout en musique (et avec quelques paroles en anglais, facilement compréhensibles), on sent la patte du créateur des Silly Symphonies de Disney ! Engagez-vous dans cette valse endiablée mais… Heureusement que le cauchemar n’est pas trop long, ce n’est pas une vie pour les grenouilles. Joyeux frissons et happy Halloween Flip !

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Grands frissons et surprises monstrueuses sont au rendez-vous dans cet épisode des aventures de Flip la grenouille. Mais à partir de 5 ans, les enfants seront prêts à braver tous les dangers à ses côtés !

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons

  1. Pour rencontrer une star américaine souvent méconnue : Flip la grenouille !
  2. Pour découvrir un petit bout de l’œuvre de l’animateur Ub Iwerks
  3. Pour frissonner dans cette maison hantée de dessin animé

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Ub Iwerks, de l’animation Disney à l’indépendance

Co-créateur de la société Iwerks-Disney Studio en 1920, Ub Iwerks entame très tôt sa collaboration avec un certain Walt Disney. Le studio ne tient qu’un mois mais les deux animateurs continuent de travailler ensemble. Ensemble, ils créent Oswald le lapin chanceux mais aussi Mickey Mouse (dont Iwerks réalise le tout premier épisode, Plane Crazy (1928)). Malgré leur amitié très longue, Iwerks est toujours dans l’ombre de Disney (notamment parce que Disney interdit l’apparition du nom de ses animateurs au générique). Un jour, une dispute les divise et c’est la fin de leur collaboration. L’Iwerks Studio ouvre en 1930.

Un cousin de Mickey

Flip la grenouille apparaît pour la première fois en 1928. Alors que Walt Disney vient de perdre les droits d’Oswald le lapin chanceux (né en 1927) face à la société Universal Pictures, il se penche avec Ub Iwerks et Les Clark sur la création d’un nouveau héros pour le studio. C’est alors que vont naître Mickey Mouse, Clarabelle la vache, Minnie, Horace le cheval et tant d’autres ! Mais à la suite à d'un différend, Iwerks quitte le studio et fonde sa propre société. Iwerks crée alors un nouveau personnage : Flip la grenouille (qui devait s’appeler Tony, à l’origine). Malheureusement, il n’égale pas la renommée de Mickey Mouse… Entre 1930 et 1933, Flip a droit à 38 épisodes distribués par la grande société Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), qui a créé son propre studio de cartoon, motivée par le succès de Disney (qui lui refuse ses films). Pour continuer à suivre les aventures de Flip, vous pouvez voir son premier court métrage, qui est aussi le plus connu, Fiddlesticks (1930) - qui signifie « baliverne », « sornette » mais aussi « archet », la baguette de bois qui sert à jouer du violon. C’est d’ailleurs aussi sa première rencontre avec un certain Mickey Mouse ! Le tout en couleur et en chanson !

Le titre original : Spooks

Mais que veut donc dire ce drôle de mot ? Petite leçon d’anglais… Spooks ce sont les fantômes, les esprits, les spectres. Brrr ! Mais si on l’emploi comme un verbe to spook, cela signifie « effrayer », « faire peur », et même parfois, « hanter ». « Flanquer la frousse », quoi. Plutôt bien trouvé comme titre pour un séjour dans une spook house (« maison hantée »), non ?

Les codes de l’horreur

Spooks est un véritable film d’horreur animé. A la manière de Petit Vampire (Joann Sfar, 2020), il met en scène des éléments qui font peur : une vieille maison délabrée, un orage très puissant, une vieille horloge au son glaçant, des squelettes malintentionnés, un objet inanimé qui prend vie… On s’attendrait presque à rencontrer le terrible vampire Nosferatu ! Sauras-tu les retrouver ? Et toi, qu’est-ce qui te fait frissonner ?

D’autres films parfaits pour ceux qui aiment les frissons animés

Ub Iwerks a aussi animé deux autres courts métrages sur le même thème, faisant partie des Silly Symphonies. Squelettes, chats noirs et musique symphonique au rendez-vous ! Découvre-les pour une après-séance glaçante : Skeleton frolics (1937) et The Skeleton Dance (La Danse macabre, 1929).

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :

Réalisateur

Ub Iwerks

Réalisateur