Happy Easter

  • Yann Coutard Juliette Audureau Maho Claquin

  • 6 min

  • 2020

  • France

Synopsis

Dans la boutique d’une chocolaterie, quatre lapins troquent leurs airs gentillets pour des bandanas et chaînes en or de gangster. Ils partent livrer une rançon pour libérer leur boss.

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Haut les mains, peau de lapin ! Ne vous fiez pas aux doux traits de ces lapins en chocolat, qui cachent bien leur jeu ! 

Le film s’ouvre avec des prises de vue réelles montrant des passants devant une chocolaterie. Mais, la nuit tombée, à l’abri des regards, la vitrine prend vie. Des lapins de Pâques se réveillent et s’animent en images de synthèse. Et là, stupeur, le chef a disparu ! Très vite, on comprend qu’il a été kidnappé et on bascule dans un véritable film d’action, voire de gangsters. 

D’ailleurs, tous les codes y sont convoqués, avec des références cinématographiques pêle-mêle. Tout d’abord, les personnages sont présentés avec un effet « arrêt sur image », comme dans la séquence d’ouverture de Snatch. Ils font des dérapages contrôlés dans leur voiture cabriolet, si bien mis en valeur par des ralentis qu’ils rendraient jaloux l’équipe de Fast and furious. Le repaire du gang ennemi est la cuisine, qui est souvent un lieu de rencontre ou de combat dans les films de gangsters. On a également droit à une scène de fusillades digne de Scarface, mais aussi à une scène de duel, elle aussi sublimée par des ralentis, rappelant Matrix. Mais la référence la plus présente reste évidemment celle du Parrain, de par l’impressionnant coq à la rose, mais aussi le motif musical joué à l’accordéon.

Cette intrigue est certes racontée du point de vue d'une organisation criminelle, mais une organisation quelque peu atypique, puisqu’il s’agit d’une guerre de gangs entre lapins et poules en chocolat. Les armes sont d’ailleurs faites de papier métallisé, censé enrober les œufs de Pâques. La mallette de la rançon est, quant à elle, remplie de lingots en caramel. Enfin, le chef de gang est tenu en otage par un couteau à tarte. L'humour de cette parodie passe aussi par le décalage entre images et sons, que ce soit la musique hip-hop ou les différents bruitages, mais aussi par la mise en scène, comme les gros plans et plans subjectifs qui soulignent la maladresse et l’égoïsme du personnage principal.

Un savant mélange de Toy Story, Scarface et du Parrain… Une histoire forte en cacao, en somme ! 

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Cette parodie amusera les enfants à partir de 10 ans, mais les différents clins d’œil cinématographiques feront d’autant plus sourire les adolescent·e·s et adultes.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film

  1. Pour l’association de la prise de vues réelles et de l’animation
  2. Pour la qualité des images de synthèse et de l'habillage sonore
  3. Pour la parodie et les clins d’œil cinématographiques
  4. Pour une introduction aux films d’action et de gangsters
Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Ce court métrage d’animation a été réalisé en 2020 dans le cadre de la formation cinéma d’animation 3D de l’école ESMA. Il s’agit d’un film de fin d’études réalisé par Juliette Audureau, Maho Claquin, Titouan Cocault, Yann Coutard, Franklin Gervais, Sophie Terrière et Xinlei Ye.

Les séquences en prises de vues réelles, quant à elles, ont été tournées par Paul Huhnërjäger, Amélie Transler, Marianne Nédélec et Géraud Mottais, étudiant·e·s de l’école CinéCréatis.

Le film a remporté le coup de cœur du jeune public attribué par les scolaires au festival de l'AFCA, doté par Benshi.

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :