Le Septième voyage de Sinbad

  • Nathan Jura

  • 88 min

  • 1958

  • États-Unis

Synopsis

Sinbad, un marin qui écume les mers à la recherche d'aventures, se dirige vers Bagdad, accompagné de la princesse Parisa, sa fiancée. En chemin, ils font escale sur l'île de Colossa, où ils sauvent des griffes d'un gigantesque cyclope, le sorcier Sokurah. Mais dans le combat contre la créature, ce dernier perd sa lampe magique. Une fois arrivé à bon port, le sorcier cherche à retourner sur l'île pour récupérer sa précieuse lampe. Il demande de l'aide à Sinbad qui refuse de mettre à nouveau son équipage en danger. Afin de l'y contraindre, Sokurah ensorcèle la princesse Parisa et la réduit à une taille miniature. Il propose ensuite un marché à Sinbad : il lui livrera la potion pour redonner sa taille normale à la princesse en échange de son aide pour récupérer la lampe magique. C'est le début d'un long et périlleux voyage semé d'embûches et d'aventures extraordinaires.

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Le 7ème voyage de Sinbad est une libre adaptation des contes perses des Mille et Une Nuits. Le film s'inspire également d’autres mythes et légendes de différentes cultures, qu’il mélange habilement. Ainsi, on retrouve par exemple le cyclope sorti tout droit de l’Odyssée, le génie de la lampe qui nous rappelle évidemment le conte d’Aladin (issu des Mille et Une Nuits), ou encore le dragon, échappé des contes de fée occidentaux.

Le 7ème voyage de Sinbad est un film de pur divertissement qui privilégie l'action et l'aventure. Ses inspirations permettent également d'aborder un bestiaire fantastique foisonnant, propice aux récits épiques et aux épopées extraordinaires. Le travail effectué pour réaliser et mettre en images ces créatures fantastiques était plutôt novateur et spectaculaire pour l'époque. C’est à Ray Harryhausen, grand maître des effets spéciaux, que l’on doit un tel résultat. Ce dernier a conçu une technique, appelée dynamation, utilisant le principe de l’animation en stop motion, afin de donner vie aux créatures et d'intégrer ces effets visuels aux prises de vue réelles, conférant ainsi un certain « réalisme » à ces scènes fantastiques. Harryhausen est ainsi devenu une référence dans le monde du cinéma, un pionnier des effets spéciaux nouvelle génération. Son travail est entré au Panthéon cinématographique, faisant de lui l’auteur officieux des films auxquels il a apporté son savoir-faire et qui sont devenus célèbres grâce à lui. Avec Le 7ème voyage de Sinbad, il perfectionne sa technique et donne naissance à un film techniquement très abouti, aujourd’hui devenu un modèle du genre. En ce sens, le film possède une certaine magie, ou du moins un charme désuet qui lui vient de cette esthétique si particulière des effets spéciaux "à l'ancienne", et de la poésie nostalgique qui se dégage de l'animation en stop motion. Il est à la fois témoin du cinéma d’une époque et ancêtre d’un savoir-faire qui a grandement évolué, jusqu’à transformer la façon de faire des films à grand spectacle (qui ont une allure très différente aujourd’hui).

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

A partir de 7 ans. C’est un peu comme voir une version animée des contes pour enfants.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film
  1. Pour découvrir la légende de Sinbad
  2. Pour la galerie de créatures hybrides incroyables
  3. Pour le charme désuet et la nostalgie des films anciens

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Le 7ème voyage de Sinbad est le premier film en couleurs usant du procédé dynamation.

La scène de combat entre Sinbad et le squelette manipulé par le sorcier sera reprise et améliorée par Ray Harryhausen dans Jason et les Argonautes (scène aujourd’hui devenue culte).

Le 7ème voyage de Sinbad connaît deux suites : Le voyage fantastique de Sinbad et Sinbad et l'œil du tigre.

Il a fallu près d'un an à Ray Harryhausen pour réaliser les séquences en stop motion et animer les monstres et les créatures.

La musique du film est signée Bernard Hermann, le compositeur attitré d’Alfred Hitchcock. 

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :