Les Contes merveilleux par Ray Harryhausen

  • Ray Harryhausen

  • 53 min

  • 1946

  • États-Unis

Synopsis

Dans cette série de courts métrages réalisés en stop motion (animation de marionnettes image par image), Ray Harryhausen nous invite à redécouvrir plusieurs contes célèbres de la littérature pour enfants : Le Petit Chaperon rouge, Hansel et Gretel, Raiponce, Le Roi Midas ou encore Le Lièvre et la Tortue… Tous ces fameux personnages prennent vie comme par magie grâce au talent unique de Ray Harryhausen, grand maître du cinéma d'animation et des effets spéciaux.

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Le Petit Chaperon rouge, Hansel et Gretel, Le Lièvre et la Tortue… Tous ces célèbres personnages qui ont bercé notre plus tendre enfance, Ray Harryhausen les anime, sous nos yeux, avec des poupées aux visages incroyablement expressifs, dont les gestes et les déplacements sont d’une fluidité hyper réaliste. Sans compter les décors merveilleux (forêts, châteaux), aux couleurs vives et richement ornés de détails, qui raviront les petits yeux. Devant une technique aussi développée pour l’époque (tous ces films ont été réalisés entre 1946 et 1953), on ne peut qu’être ébloui par cette animation d’une si grande maîtrise.

A travers les contes des frères Grimm qui composent les trois premiers courts de la série, le réalisateur nous présente des héros innocents en proie à des méchants diaboliques (le loup pour Le Petit Chaperon Rouge, les sorcières dans Hansel et Gretel et Raiponce). Si ces ennemis sont aussi cruels que malfaisants, la pureté des héros finit toujours par triompher de leur mauvais tour.

Quant aux deux derniers films du programme, le réalisateur a choisi d’adapter des histoires à la portée plus philosophique. Celle du Roi Midas, issue de la mythologie grecque mais transposée ici au Moyen-Âge, est une réflexion sur la notion de richesse : par un enchantement qui lui permet de transformer tout ce qu’il touche en or, le Roi Midas devient l’homme le plus riche du monde mais finit malheureusement par pétrifier sa fille en statue dorée. Qu’est ce qui nous rend vraiment heureux, nous demande le conte ? Doit-on préférer amasser toujours plus de biens matériels ou se contenter simplement de ce qu’on a déjà ? Enfin, en guise de conclusion, Harryhausen met en scène la célèbre fable du Lièvre et de la Tortue de Jean de la Fontaine. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Mais dans cette version, le lièvre est bien plus fourbe et prétentieux que dans la fable, et par contraste la tortue demeure beaucoup plus humble et sympathique.

Conçu comme un livre d’histoires, cette série de films d’une grande douceur ravira petits et grands. A vous de (re)découvrir le talent du grand Ray Harryhausen !

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

A partir de 4 ans. Certains personnages peuvent être un peu impressionnants ou inquiétants pour les plus jeunes et les plus sensibles des spectateurs (la sorcière d'Hansel et Gretel ou le loup du Petit Chaperon rouge, notamment).

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film
  1. L'occasion de redécouvrir les classiques de la littérature pour enfants sous forme animée
  2. Une animation en stop motion maîtrisée et magnifique, conçue par l'un des grands maîtres des trucages
  3. Des marionnettes incroyablement réalistes et expressives, et des décors aux couleurs chatoyantes

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Passionné par la mythologie gréco-romaine, la préhistoire et les créatures fantastiques, Ray Harryhausen (1920-2013) n’a que treize ans lorsqu’il découvre pour la première fois au cinéma King Kong de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack. Avec ses effets spéciaux et ses trucages spectaculaires pour l’époque (dont la miniature animée du gorille qui parait gigantesque à l’écran), le film est une révélation pour le jeune garçon. Dès lors, il se consacre à la conception d’animaux préhistoriques et de figurines en pâte à modeler. Un jour, le hasard l’amène à montrer ses créations à Willis O’Brien, le concepteur des effets spéciaux de King Kong. Autre joyeux hasard : ce dernier le prendra sous son aile, quelques années plus tard, comme assistant sur les trucages du film Monsieur Joe (1949), réalisé par Ernest B. Schoedsack, l’un des auteurs de King Kong !

Sa rencontre en 1955 avec le producteur Charles H. Schneer marque un tournant important dans la carrière de Harryhausen. Leur collaboration fructueuse (qui durera 25 ans) engendrera plusieurs films, considérés aujourd’hui comme cultes grâce aux effets spéciaux fantastiques de Harryhausen : Les soucoupes volantes attaquent, Le septième voyage de Sinbad, Jason et les Argonautes ou encore Le choc des Titans.

Son savoir-faire technique en matière de stop motion fit de Harryhausen un expert dans ce domaine. De ce fait, il devient l’un des superviseurs d’effets spéciaux les plus en vue d’Hollywood. Sa technique consistait à insérer dans des prises de vues réelles, des figurines miniatures animées image par image On peut ainsi voir à l’écran les personnages affronter des créatures fantastiques et parfois gigantesques : des soucoupes volantes qui bombardent la Maison Blanche ; un cyclope ; des crabes ou des abeilles de plusieurs mètres de haut ; ou encore une armée de squelettes. Si Walt Disney était, en son temps, le maitre incontesté du dessin animé, Ray Harryhausen était, quant à lui, le génie de l’animation en volume.

L’œuvre de Ray Harryhausen eut une influence considérable sur bon nombre de réalisateurs prestigieux comme Tim Burton (Les noces funèbres), Henry Selick (L’étrange Noël de M. Jack), ou Nick Park et les studios Aardman (Wallace et Gromit, Chicken Run)

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :