Toutes les fiches films

Films inclus dans l'abonnement

4, 5, 6... Mélie pain d'épice

  • De Collectif
  • 2007
  • 51 min

Voir la fiche technique

Catégorie : Le sens de la vie  

À partir de 7 ans

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Sarah Avatar de Sarah

Notez ce film

Synopsis

La leçon de natation
Danny de Vent  – France –  2008 – 9min – papier découpé numérique et 3D
Un petit enfant prend sa première leçon de natation. A travers son regard neuf, l’univers de la piscine paraît étrange, voire inquiétant. Comment faire face à cette expérience nouvelle et peu ordinaire dans ce lieu peuplé de créatures à bonnet et lunettes de bain ? Cela s’appelle : grandir.

Tôt ou tard
Jadwiga Kowalska – Suisse – 2007 – 5min – animation 2D par ordinateur
Un écureuil et une chauve-souris habitent dans le même arbre creux. Un l’habite côté jour, l’autre côté nuit. Jours et nuits se succèdent sans que ces petits habitants ne se rencontrent. Mais quand le mécanisme qui orchestre la danse du jour et de la nuit se grippe, nos deux solitaires décident d’unir leur force pour rétablir l’ordre des choses…

Le joyeux petit canard
Gili Dolev – Grande-Bretagne – 2008 – 9min – animation en 3D
Dans un livre d’image en pop-up, un petit garçon rencontre un canard. Mais le garçon semble vouloir empêcher son nouvel ami de le suivre…

Le printemps de Mélie
Pierre-Luc Granjon – France – 2009 – 28min – Marionnettes animées
Au royaume du roi Balthazar on célèbre le printemps. La princesse Mélie, désignée reine du carnaval a choisi son amoureux, Léon, pour être son roi. Mais Boniface le conteur est très jaloux et rumine un bien mauvais coup. Il dérobe la pomme d’escampette qui proute et qui pète, et empoisonne la rivière qui abreuve le village. Mélie mène l’enquête, en compagnie de la hérissonne Mélusine, pour comprendre d’où provient cette soudaine épidémie.

Voir plus

L'avis de Benshi

Trois jolis court-métrages précèdent le deuxième épisode de la série Les quatre saisons de Léon. Ils sont tous trois d’une grande richesse thématique et formelle. La leçon de natation est un film très marquant. Il ouvre le programme sur une richesse d’émotions rare dans un film pour le très jeune public. Il évoque une « première fois » dans un univers aussi fascinant qu’inquiétant. Qui n’a pas fait l’expérience de cette étrange étrangeté la première fois qu’il est allé à la piscine et qu’il a fallu se jeter à l’eau sans ses parents ? A travers les yeux d’un très jeune enfant, chacun revivra le mélange de peur, de tristesse et de joie propre aux grandes expériences fondatrices de l’existence. Cette proposition de cinéma (sur le fond, comme dans sa forme d’une grande beauté minimaliste) est assez rare pour être soulignée !  Les émotions fortes laissent ensuite place à une belle histoire d’amitié entre deux animaux solitaires issus de deux univers opposé : le jour et la nuit. Tôt ou tard est  l’histoire d’une belle rencontre, animée de manière douce et avec beaucoup d’humour (l’utilisation du split screen est souvent savoureuse). Enfin le troisième court métrage, Le joyeux petit canard, nous fait pénétrer avec bonheur dans l’univers ludique d’un livre en pop-up où personnages et décors se meuvent quand on tire sur leur languette. Ce film joue habilement de la mise en abyme de l’histoire dans l’histoire et prépare subtilement le spectateur à l’univers du conte du Printemps de Mélie avec le personnage de Boniface, conteur de l’histoire à l’intérieur du film. Dans un jeu rigolo entre le plat des personnages et le volume et la profondeur du pop-up le réalisateur propose à son joyeux canard de changer d’histoire si la fin ne lui convient pas… Le printemps de Mélie raconte la suite des aventures des personnages découverts dans L’hiver de Léon (même s’il n’est pas obligatoire d’avoir vu L’Hiver de Léon pour l’apprécier). On retrouve avec bonheur les personnages attachants et bien connus, dans le même univers médiéval au style enluminé. Mais cette fois la blancheur de l’hiver a laissé place à un printemps pétillant de vert et de couleurs vives. Si Léon se posait beaucoup de questions existentielles dans le premier épisode de la série, Le printemps de Mélie prend la forme d’une enquête menée par la dynamique Mélie et une nouvelle venue dans le monde des saisons de Léon : Mélusine, une hérissonne au caractère bien trempé qui ne s’en laisse pas conter… Il flotte sur cette saison un vent de légèreté et un esprit ludique. L’animation de marionnettes est d’une très grande maîtrise et le jeu avec les codes du théâtre, comme les déplacements bruyants du décor, entretiennent le mystère sur le passage vers cette forêt d’où a un jour surgit l’enfant à tête d’ours. Enfin, un humour fin et intelligent s’impose au fil des épisodes comme une marque de fabrique de la série, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités.

Voir plus

Pour quel public ?

Un peu complexe pour des premières expériences de cinéma, ce programme peut être vu par des enfants de 4-5 ans.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour le plaisir retrouver Léon, l’enfant à tête d’ours et son amoureuse la princesse Mélie, Boniface le roi de la grimace, Pougne et sa pomme d’escampette qui proute et qui pète… et bien d’autres personnages truculents !
  • La beauté du graphisme et l’enchantement de l’animation de marionnettes du Printemps de Mélie
  • La force émotionnelle et la beauté formelle de La leçon de natation

Infos complémentaires

Petit point technique : la réalisation du Printemps de Mélie, une animation artisanale. Les décors du Printemps de Mélie sont fabriqués en mousse isolante qui est ensuite peinte. Les accessoires sont en bois, en caoutchouc, en carton, en grillage. Les personnages ont été modelés en plastiline par Pierre-Luc Granjon, ils font une quinzaine de centimètres. Puis ils sont moulés en mousse de latex en plusieurs exemplaires. Chaque moulage est articulé grâce à une armature de fer qui facilite leur animation. Puis les marionnettes sont peintes. Elles sont animées dans les décors image par image, dans douze positions différentes pour une durée d'une seconde. Trente secondes de film ont été tournées par jour durant quatre mois sur quatre plateaux simultanément. Des effets spéciaux numériques sont nécessaires pour l’animation des éléments comme le feu, les abeilles ou encore le champ de boudinettes en fleur.

Pour aller plus loin

Le site pédagogique de la série Les 4 saisons de Léon :
http://www.crdp-lyon.fr/les4saisonsdeleon/serie.php

Le blog du réalisateur Pierre-Luc Granjon, pour découvrir son univers artistique :
http://pierrelucgranjon.blogspot.fr/