Beach Flags

Beach Flags

Réalisé par Sarah Saidan
Durée : 13 min
| 2014 | France
Ma note :

Synopsis

Nageuse sauveteuse iranienne, Vida est la favorite de son équipe. Son but : remporter la première place d’une compétition qui lui permettra de partir en Australie défendre les couleurs de son pays. Mais quand arrive la mystérieuse Sareh, encore plus endurante qu’elle, les projets de Vida pourraient bien prendre une toute autre tournure…Pour les deux jeunes femmes, gagner le « beach flag » signifie à la fois s’émanciper et gagner sa liberté.

L'avis de Benshi

Le carton initial qui nous informe que la jeune Vida pratique le beach flag, « une course sur le sable, seule épreuve internationale à laquelle peuvent concourir les sauveteuses iraniennes », apporte un ancrage documentaire au film. En Iran, les femmes ne sont en effet pas autorisées à être vues en maillot de bain par les hommes. Une épreuve de course sur le sable se substitue donc à l’épreuve de sauvetage, tandis que pour les entraînements, les lieux sont circonscrits pour les femmes qui se destinent à concourir. C’est cette situation absurde que la réalisatrice veut mettre en scène à travers le personnage de Vida.

Parce que Vida se confronte à Sareh, leur rencontre - qu’elle signifie rivalité ou solidarité - est bien au centre du film. Si le décor principal est bien la plage, le film est traversé par deux cauchemars aquatiques de Vida dans lesquels les doubles surgissent. L’eau et ses symboliques expriment dans le film les divers enjeux de cette confrontation entre les deux jeunes filles. L'eau qui engloutit ou qui régénère, depuis Vida noyée par un mannequin de sauvetage qui prend vie au début du film jusqu’à la jeune fille libérée qui flotte dans les carrés de la rizière, l’effet de boucle permet de mesurer le parcours libérateur des personnages. Les carreaux de la piscine du début du film - devenue espace clos du cauchemar - cèdent ainsi la place aux carrés de la rizière qui s’effacent pour créer un espace ouvert sur la mer, à l’image de la liberté nouvelle de Sareh, et, peut-être, de l’amitié à venir des deux jeunes filles. La belle partition musicale de Yan Volsy souligne tout le suspense lié à leurs trajectoires croisées.

Rivales, Vida et Sareh deviennent des doubles l’une de l’autre, d’abord dans l’espace prémonitoire du rêve puis dans la réalité, jusqu'au travestissement. En ce sens, la présence des corps dans le cadre de ces personnages est particulièrement intéressante par rapport aux liens qu’ils entretiennent. La rivalité première face à une mystérieuse concurrente se matérialise par le fait que le corps de Sareh ne rentre même pas dans le cadre de certaines images. Comment évaluer ce qu’on ne peut distinguer entièrement ? Le choix du cadre est un indice ici du trouble ressenti par Vida envers cette Sareh, encore inconnue, et de la trajectoire à parcourir pour aller à sa rencontre.

Si vous voulez découvrir comment, tout en « courant pour des raisons différentes, on peut cependant aller dans la même direction », Beach flags est un film à voir absolument !

Pour quel public

Parce que le film aborde les thématiques de la religion et de la condition de la femme, le film est à conseiller aux spectateurs à partir de 10/11 ans.

Bonnes raisons d'aller voir le film

1
Pour découvrir un court métrage d’animation ancré dans le milieu sportif où compétition rime avec émancipation
2
Pour découvrir un film où l’eau revêt des symboliques riches d’enjeux identitaires qui apportent également une dimension fantastique
3
Pour découvrir un film qui met en scène la thématique de la condition des femmes et la difficulté d’être une sportive professionnelle en Iran

Infos complémentaires

Sarah Saidan est diplômée de l’Université Azad et de l’Université d’Art de Téhéran, où elle obtient une Licence de conception graphique et un Master en animation, puis de la Poudrière en 2011 en tant que réalisatrice de film d’animation. Elle a réalisé plusieurs courts métrages, dont le multi-primé Beach Flags. Auteur graphique et scénariste de tous ses films, elle travaille actuellement sur la série adaptée du blog de Pénélope Bagieu Culottées dont elle a réalisé le teaser, créé l’univers graphique et co-écrit les premiers épisodes.

Le film est produit par Sacrebleu production et les studios Folimage, dans le cadre d’une résidence d’artistes, et a obtenu le soutien de Ciclic, l'agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique

Parmi les très nombreuses sélections dans divers festivals internationaux et nombreux prix reçus à travers le monde, on peut citer le prix Arte du carrefour de la création au Festival international du film d'animation d'Annecy en 2012, le Grand Prix du Festival d’Animation de Corée (BIAF) et le Grand Prix du jury à Anima - Cordoba Festival international du film d’Animation en Argentine, en 2015.

Retrouvez sur le site de Marielle Bernaudeau, une amoureuse des mots et des images, une interview de Yan Volsy, auteur de la musique du court métrage Beach flags. Il a par ailleurs composé la musique de nombreux films jeune public. On peut citer par exemple le court Le Petit bonhomme de poche du programme Des Trésors plein ma poche .

Pour aller plus loin

Même sans abonnement, vous pouvez circuler sur la fiche du Kinétoscope sur le film, la plateforme pédagogique de l’Agence du court métrage pour glaner d’autres informations.

Sur ce lien, retrouvez des informations sur le film, notamment une interview passionnante de la réalisatrice qui explique la genèse du film Beach flags.

Consultez la sélection Benshi sur la riche thématique de la différence, et découvrez ici la sélection du site spécialisé en littérature jeunesse, Babelio.

Fiche rédigée par Marie

Discussion