Boudu sauvé des eaux

Boudu sauvé des eaux

Réalisé par Jean Renoir
Durée : 1h33
| 1932 | France
Ma note :

Boudu, un sans-abri désespéré après la perte de son chien, se jette dans la Seine. Edouard Lestingois assiste au drame depuis sa librairie et se précipite pour sauver le malheureux. N'ayant pas le cœur de le renvoyer à la rue, il recueille alors Boudu chez lui. Mais ce dernier ne semble pas vouloir se plier aux règles de la maison et surtout pas à celles de la bienséance et de la politesse ! Il commence à devenir une gêne pour le libraire, sa femme et leur bonne, qui se demandent ce qu'ils vont bien pouvoir faire de cet énergumène qui n’en fait qu’à sa tête.

Autant le dire d’emblée et sans détour : Boudu sauvé des eaux est un film (délicieusement) irrévérencieux et insolent. Derrière le récit du gentil libraire qui tente de sauver un vagabond, se cache en fait une critique de la société, où chacun joue docilement son rôle. Mais Boudu est tout sauf docile. Il ne s'embarrasse pas de manières et de faux-semblants. Il préfère être authentiquement rustre plutôt que faussement bien élevé, rudement franc plutôt que gentiment hypocrite. Chacun de ses gestes et chacune de ses paroles manifestent une liberté insolente qui indigne la bonne bourgeoisie et la bien-pensance. Boudu est un rebelle qui, puisqu’il est en marge de la société, permet de porter sur elle un regard extérieur et d’en révéler certains aspects cachés, ainsi que quelques travers. Le plus amusant dans le film est de voir cet homme, hirsute et insoumis, indomptable et insolite, tenter de s’intégrer dans cette société, et les autres personnages essayer de le faire rentrer dans les clous, sans succès. A l’extérieur, Boudu est chez lui partout. A l’intérieur, dans la maison des Lestingois, il se heurte (littéralement) à ce monde bourgeois, se cognant dans les portes, renversant la vaisselle, s’essuyant les chaussures avec le dessus de lit et ainsi de suite, ce qui donne lieu à des scènes irrésistibles et jubilatoires. Il tente malgré tout de jouer le jeu, non sans malice, et de s’intégrer, mais son instinct le rappellera à la liberté, qu'il retrouvera dans un élan inconsidéré et imprévisible.


Le film est totalement dépourvu de manichéisme et ne cherche aucunement à livrer une morale. Les bourgeois ne sont pas forcément des antagonistes et le clochard n'attend pas nécessairement d'être sauvé. Il ne s'agit pas de savoir qui a raison ou qui a tort, qui a bien ou mal agi, Boudu sauvé des eaux est simplement une ode à la liberté et à l'insoumission, le tout enveloppé d'une douce anarchie.

Le film peut convenir dès 8 ans. Les bêtises de Boudu réjouiront les plus petits comme les plus grands ! Mais les plus grands sauront mieux apprécier les subtilités du film et sa dimension satirique.

1
Pour découvrir un des personnages les plus connus et les plus saisissants du cinéma français
2
Pour le plaisir jubilatoire d’assister aux irrévérences de Boudu
3
Pour découvrir un classique du cinéma français et un de ses réalisateurs majeurs
4
Pour apprécier le formidable travail d’acteur de Michel Simon

Infos complémentaires

Michel Simon, qui incarne Boudu dans le film, est considéré comme l’un des plus grands acteurs français, toutes générations confondues. Sa composition du personnage de Boudu reste, encore aujourd’hui, une référence impérissable.


A la réalisation du film on trouve un autre grand nom du cinéma français : Jean Renoir, célèbre réalisateur, fils du peintre Auguste Renoir.


À l'origine, Boudu sauvé des eaux est une pièce de théâtre de René Fauchois de 1919, dans laquelle Michel Simon jouait déjà le rôle Boudu, ce qui avait d’ailleurs fait son succès. En effet, avant que Michel Simon n’incarne le personnage, c’est celui de Lestingois qui était au centre de la pièce. Avec sa composition du personnage de Boudu, Michel Simon inversa la tendance : les spectateurs venaient davantage pour voir ce personnage insolite et rebelle que pour le bourgeois au grand cœur qui voulait sauver Boudu de la rue en le réintégrant dans la société.


Lorsqu’on lui propose d’adapter la pièce en film, Michel Simon fait appel à son ami Jean Renoir, avec lequel il avait déjà travaillé, et produit lui-même le film.


Au début du film, les plans où l’on voit Boudu errer sur les quais de la Seine au milieu des passants ont été tournés en "caméra cachée". En effet, Jean Renoir et son équipe filmaient cachés dans une voiture. Ainsi, les réactions des passants que l’on peut observer sont totalement authentiques et spontanées !


Il existe deux remakes de Boudu sauvé des eaux : Le clochard de Beverly Hills de Paul Mazursky, sorti en 1986, avec Nick Nolte dans le rôle de Boudu (rebaptisé Jerry dans le film) ; et Boudu de Gérard Jugnot, sorti en 2004, avec Gérard Depardieu dans le rôle-titre.


A sa sortie en 1932, le film n'a pas immédiatement séduit les spectateurs, mais il a acquis une reconnaissance et une notoriété avec le temps, jusqu'à devenir un classique indémodable, témoignant ainsi d'une incroyable modernité.

Pour aller plus loin

Sur Jean Renoir :


Archive de l’INA, extrait d’un reportage qui dresse un portrait de Jean Renoir et propose quelques extraits de films : http://www.ina.fr/video/CAA7901614801


Une biographie de Jean Renoir par Télérama qui retrace aussi sa filmographie : http://www.telerama.fr/cinema/jean-renoir-la-grande-histoire-d-un-cineaste-qui-exprimait-l-humanite,121033.php


Sur Michel Simon :


Une interview de Michel Simon qui est l’occasion de dresser son portrait et de parler du métier d'acteur : https://www.youtube.com/watch?v=kitncVL8UUY


Biographie et filmographie de Michel Simon : http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-456/biographie/


 Autour du film :


Plusieurs documents pédagogiques autour du film se trouvent sur Internet.


Une présentation du film par Jean Renoir : http://www.ina.fr/video/CPF86635737 


Un extrait du remake américain Le clochard de Beverly Hills qui propose une autre version de la scène de sauvetage de Boudu, que l’on peut s’amuser à comparer avec celle de la version originale: https://www.youtube.com/watch?v=Jso8VLWJNI8


La figure du clochard proposée dans le film peut faire penser à une autre célèbre figure de vagabond : Charlot de Charlie Chaplin, toujours en marge, se heurtant aux cases dans lesquelles on voudrait le faire rentrer.


A l’occasion de la sortie d’un coffret DVD « Clochards et cinéma », voici un article intéressant qui livre un panorama des figures de vagabonds au cinéma : http://www.fichesducinema.com/spip/spip.php?article4381


On peut également élargir la thématique à d’autres types de personnages représentatifs d’une certaine marginalité. Par exemple, Edward aux mains d’argent, où un personnage, marqué par une singulière différence, va tenter de s’intégrer à la communauté d’un quartier.


Boudu sauvé des eaux est inscrit au catalogue du dispositif national Ecole & Cinéma. Retrouvez la fiche "en famille" sur la plate-forme Nanouk

Fiche rédigée par Pauline

Discussion