Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Gremlins 2, la nouvelle génération

  • De Joe Dante
  • 1990
  • 1h49

Voir la fiche technique

Catégorie : Fantastique   Grands classiques   La divine comédie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Marine Louvet Avatar de Marine Louvet

Notez ce film

Synopsis

Billy et Kate ont grandi. Ils travaillent aujourd’hui à New York dans un gratte-ciel futuriste aux côtés de Daniel Clamp, magnat de l’immobilier et de son équipe, ainsi que d’autres locataires de la Clamp Tower : les scientifiques fous d’un laboratoire de recherche en génétique ou encore un présentateur de films d’horreur déguisé en vampire. Suite au décès de Monsieur Wing, Gizmo est capturé par les scientifiques et croise à nouveau le chemin de Billy, pour le meilleur et pour le pire…

Voir plus

L'avis de Benshi

Gremlins 2, la nouvelle génération (1990), sort six ans après le premier opus réalisé par Joe Dante, Gremlins (1984). Le premier film est un énorme succès. Le second sera moins bien reçu et pourtant, c’est un bijou. On peut tout à fait découvrir le second film sans avoir vu le premier. Néanmoins, le plaisir est décuplé si on a déjà suivi les aventures de Billy et Kate dans leur ville natale de Kingstone Falls, là où sont nés les Gremlins. Leur grand retour a lieu à New-York où Billy travaille comme dessinateur au département artistique de la Clamp Tower et Kate comme guide touristique de cette même tour. Daniel Clamp, personnage inspiré de Donald Trump, souhaite développer de nouveaux complexes urbains en rasant Chinatown. Le dernier opposant à ce projet est Monsieur Wing, propriétaire d’une boutique aussi étrange que merveilleuse où vit Gizmo, un « mogwai » : une petite bête velue aux grandes oreilles et au regard attendrissant. Lorsque l’âge emporte Monsieur Wing, plus rien n’arrête les ambitions de Clamp et Gizmo se retrouve abandonné. Les généticiens du laboratoire du Docteur Catheter le découvrent non loin d’une poubelle et s’en emparent pour faire des expérimentations. C’est ainsi que Billy croise à nouveau le chemin de Gizmo.

Le deuxième film de la série signée Joe Dante produit par Steven Spielberg est encore plus délirant que le premier. Les Gremlins reviennent sans aucune limite. Dans cette gentille comédie parodique, horrifique et totalement loufoque, on suit les mésaventures de Billy, Kate et Gizmo pour arrêter des Gremlins prêts à tout détruire pour satisfaire leur plaisir. L’action se déroule au sein d’un immeuble de bureaux où l’automatisation fait loi. Portes tourniquet, écrans plats, ascenseurs qui parlent, autant d’inventions qui aujourd’hui font le quotidien des capitales de ce monde. Ce contexte offre un cadre parfait pour enchaîner des gags complètement déjantés.

Mais quand les Gremlins entrent en collision avec les recherches en génétiques du Docteur Catheter, il n’y a plus aucune limite. Dante invente alors le Gremlin intellectuel, le Gremlin Arcimboldo, un Gremlin araignée, un Gremlin électrique, un Gremlin masqué qui rappelle le fantôme de l’opéra, une Gremlin meneuse de revue. 

Sous ses airs abracadabrants, le film est une critique de la société capitaliste et de communication qui explose dans les années 80-90. Clamp, grand enfant qui a les yeux qui lui sortent de la tête façon cartoon dès qu’il s’agit d’argent ou de succès, incarne cette société américaine avide de puissance. Le film se moque de l’abrutissement généralisé, d’une société où la machine dépasse l’homme et l’abêtit. Par ailleurs, comme le premier Gremlins, ce second film offre un propos sur le cinéma. Rempli de références cinématographiques, il est également un film sur le médium du cinéma lui-même. Au milieu du film, la pellicule brûle. Le pouvoir des Gremlins est tel qu’ils pourraient mettre à mal le film lui-même ? Mais qui les en empêchera ? Un autre héros de cinéma peut-être…

Voir plus

Pour quel public ?

À partir de 11 ans, pour apprécier l'humour déjanté de l'univers des Gremlins et l'effroi suscité par quelques apparitions inattendues.

Bonnes raisons de voir le film

  • L’originalité et le côté attachant des marionnettes
  • Des scènes déjantées qui ne ressemblent à aucune autre
  • Les répliques cultes de Gizmo
  • La musique signée Jerry Goldsmith

Infos complémentaires

Les marionnettes de ce deuxième film de la série Gremlins représentent à l’époque un véritable tour de force sur le plan technique. Ce sont des créatures animées par des marionnettistes ou robotisées à l’aide de mécaniques internes. Pour qualifier la technique d’animation à l’œuvre dans Gremlins 2, nouvelle génération, on parle d’animatronique (animation électronique). Cela signifie que les créatures robotisées sont animées à distance par des câbles ou par télécommande. Certaines scènes sont également tournées sur fond vert et ensuite incrustées sur le décor. 

Joe Dante et Steven Spielberg sont de grands cinéphiles. Le film est truffé de références. On peut s’amuser à les repérer. Certaines sont évidentes comme cet hommage au peintre Giuseppe Arcimboldo et à sa toile « Vertumne », portrait d’un homme composé d’un assemblage de fruits, ou cette référence à la Warner et à ses films d’animation en ouverture de film : Daffy Duck veut prendre la place de Bugs Bunny. D’autres sont plus discrètes : Gizmo déguisé en Rambo, les nombreux « caméos » (apparition au sein d’un film d’une personnalité qui joue son propre rôle) qui parsèment l’action.

Pour aller plus loin

À l’origine, The Gremlins est un livre de Roald Dahl de 1943 qui avait pour vocation de devenir un film d'animation. Le projet n’a pas vu le jour, mais c’est le romancier qui a popularisé le terme « Gremlins ». Son apparition remonte à la Seconde Guerre Mondiale, mais son origine reste obscure. Les Gremlins sont des petites bestioles qui s’immiscent dans la mécanique des avions de guerre pour les abîmer et les rendre défaillants. Pour plus d’informations sur le récit de Roald Dahl, rendez-vous sur le site Chronique Disney.

Le terme « mogwai », quant à lui, vient d’un mot cantonais qui signifie « fantôme », « mauvais esprit ». D’après la tradition chinoise, le mogwai est un petit lutin aux pouvoirs surnaturels, pouvoirs qu’il utilise pour se venger des humains. La tradition raconte que le mogwai se reproduirait à la saison des pluies.

Dans la collection « Mouche », Éditions École des loisirs, on peut lire à partir de 6-8 ans le livre de Florence Seyvos, Voleuse de peluche, inspiré librement de l’histoire des Mogwais.

Enfin, restez les yeux grand ouverts car il est question qu’une troisième aventure des Gremlins voit bientôt le jour !