Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Hana et Alice mènent l'enquête

  • De Shunji Iwai
  • 2014
  • 1h40

Voir la fiche technique

Catégorie : Amitié / Romance   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Sarah Génot Avatar de Sarah Génot

Notez ce film

Synopsis

Après le divorce de ses parents, Alice s’installe avec sa mère dans une ville de province. Nouvelle maison, nouveau voisinage, nouveau collège, Alice doit s’intégrer dans une communauté adolescente inconnue où circulent d’étranges rumeurs... Elle apprend qu’Hana, sa voisine, vit recluse chez elle…

Voir plus

L'avis de Benshi

Hana et Alice mènent l’enquête est une très belle surprise cinématographique.

C’est tout d’abord un subtil tableau de l’adolescence. Le film suit les méandres existentiels de ses deux héroïnes. Hana et Alice déambulent dans leur vie au gré de leurs humeurs changeantes, et de leurs idées fixes : découvrir si le fameux Judas est toujours vivant, se défendre d’être le nouveau souffre-douleur de la classe, faire de la danse en toute circonstance…  Mais avant toute chose, rencontrer l’Autre. Le scénario s’accorde le luxe de digressions qui ne servent pas le récit de manière utilitariste. Il s’accommode des détours de l’adolescence, dont on ne sait pas toujours où ils mènent.

Alice est un personnage libre qui ne se laisse pas impressionner par la rumeur et les qu’en-dira-t-on. Elle veut se faire sa propre idée sur les gens et les événements, toujours en quête de vérité. Sur son chemin elle trouve Hana, introvertie mais qui sait se montrer autoritaire, qu’elle va aider à sortir de sa coquille. Le film est alors un très juste portrait de l’amitié adolescente dans ses excès et avec son goût de l’absolu. C’est finalement le sujet central du film.  

Sur le plan formel Hana et Alice cultive aussi sa singularité. Le réalisateur a choisi le procédé de la rotoscopie. Il s’agit de tourner dans un premier temps les séquences avec de vrais acteurs puis de redessiner image par image par-dessus les images filmées. Cette technique permet d’entretenir un rapport particulier avec le réalisme, rendant l’animation très proche de la prise de vue réelle. Le traitement de la couleur ajoute une grande poésie à ce paysage provincial qui semble figé dans les archétypes de la culture japonaise (les lycéennes en uniforme, les mères-adolescentes, les pères absents, les trains de banlieue, les restos de ramen…). Les images colorisées s’étalent hors du cadre, sans réelles finitions, et donnent aux plans une allure de tableaux peints.

On se love dans ce film, on se perd dans son rythme langoureux avec un plaisir jubilatoire.

Voir plus

Pour quel public ?

Avant 9 ans les enfants pourront avoir du mal à suivre les méandres du récit et à s'attacher aux problématiques adolescentes des personnages.

Bonnes raisons de voir le film

  • Se plonger avec délice dans un récit rocambolesque aux personnages complexes et attachants
  • Pour prendre un recul humoristique et tendre sur l’adolescence
  • Se laisser surprendre par une belle découverte cinématographique