Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Kié la petite peste

  • De Isao Takahata
  • 1981
  • 1h45
  • VM

Voir la fiche technique

Catégorie : La divine comédie   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Pauline Berra Avatar de Pauline Berra

Notez ce film

Synopsis

Kié est une petite fille de 8 ans qui vit dans un quartier populaire d’Osaka, au Japon. Sa mère a quitté la maison, la laissant seule avec son père, Tetsu, un homme irresponsable, tire-au-flanc, bagarreur et qui passe son temps à dépenser son argent dans les jeux, même celui qu’il n’a pas. Kié a donc pris les choses en main et assure la survie du foyer en s’occupant du restaurant de brochettes de la famille lorsqu’elle n’est pas à l’école. Tout en souhaitant son indépendance, Kié s’inquiète pour son père et espère secrètement le retour de sa mère afin de former à nouveau une famille unie. A travers le quotidien de cette « petite peste », le film nous raconte les chroniques d’une famille en nous dépeignant aussi bien les difficultés qu’elle traverse que ses moments de joie.

Voir plus

L'avis de Benshi

Moins une peste qu’une petite fille débrouillarde et au caractère bien trempé, Kié est surtout une enfant qui doit assumer des responsabilités trop grandes pour elle et son jeune âge. En partant du point de vue de ce personnage, le film propose une plongée au cœur du quotidien d’une famille japonaise et de ses déboires, tout en faisant usage d’un humour franchement burlesque et complètement loufoque. Bien qu’il joue sa partition sur le ton de la farce, il n’en néglige pas pour autant l’aspect psychologique et distille dans l’enchaînement des gags un fond de gravité. En effet, le récit se construit sur une succession de sketches liés entre eux par une intrigue principale (le possible retour de la mère), laissant ainsi les enjeux dramatiques en arrière-plan pour ne les faire ressortir qu’à quelques instants rares et chargés en émotions. On peut également noter la finesse avec laquelle est traitée la psychologie des personnages : ici, il n’y a pas de gentil et de méchant, chacun évolue et change tout au long du film.
Kié la petite peste est le troisième long métrage de son réalisateur, Isao Takahata, cinéaste renommé qui se fit connaître en France avec le succès de son film Le tombeau des lucioles. Il constitue donc une des premières pierres de sa filmographie et pose les bases de ses thèmes de prédilection. Parmi eux : le motif de la vie familiale et communautaire (que l’on retrouvera notamment dans Mes voisins les Yamada), ainsi que l’importance des sentiments humains et des petites choses du quotidien. Takahata témoigne aussi de beaucoup d’amour pour ses personnages, auxquels il apporte un soin tout particulier. Ce film a également la particularité de s’inscrire en marge des productions à la mode de l’époque (le film sort en 1981 au Japon) qui étaient davantage portées sur le sport et les vaisseaux spatiaux. Avec Kié, Takahata fait le pari d’un cinéma d’animation à taille humaine, avec un vrai souci d’authenticité et de réalisme des sentiments.

Voir plus

Pour quel public ?

Avant 7 ans, les subtilités du film risquent de passer à la trappe (excepté pour certains gags qui eux seront généralement compris et appréciés). Au-delà de cet âge, si la lecture ne pose pas de problème, il est vivement recommandé de visionner le film dans sa version originale. En effet, pour les voix, Isao Takahata est allé chercher des comédiens originaires d’Osaka, où se déroule le récit, ville réputée au Japon pour son accent particulier et souvent méprisé par les habitants de la capitale. En choisissant des comédiens de cette région, Takahata a ainsi voulu la revaloriser tout en rendant hommage à sa spécificité.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour son subtil mélange d’humour décalé et d’intense émotion
  • Pour sa galerie de personnages, uniques et hauts en couleurs
  • Pour son univers graphique original
  • Pour découvrir les prémices de l’œuvre d’un grand cinéaste de l’animation

Infos complémentaires

Kié la petite peste est l'adaptation d’un manga à succès en 69 volumes publié au Japon dans les années 70, ce qui explique la structure narrative du film qui se découpe en une série de sketches. Le travail de Takahata a donc notamment été de faire en sorte de rester fidèle au manga et de conserver son esprit et son univers graphique. Il est également intéressant de noter que le film a été réalisé en 4 mois, ce qui représente un temps de production excessivement court pour un film d’animation.
Isao Takahata s’est fait connaître en France à partir de 1996, date à laquelle sort sur nos écrans Le tombeau des lucioles, son sixième long métrage (réalisé en 1988), puis en 2001 avec Mes voisins les Yamada. Ce sont ces deux succès qui ont ensuite permis la sortie en France de ses œuvres plus anciennes : Goshu le violoncelliste, Horus prince du soleil, Kié la petite peste et Panda petit panda. Le cinéma de Takahata se caractérise essentiellement par son côté réaliste (du moins dans la façon dont il dépeint les relations et les sentiments) et profondément humain, voire humaniste. Pour cette raison, on le compare souvent à celui d’un autre grand cinéaste japonais, Yasujiro Ozu (certains le qualifient même de « Ozu de l’animation »), également reconnu pour ses films intimistes, centrés sur les relations et les conflits familiaux.

Pour aller plus loin

Un dossier très complet sur le film (résumé, analyse, personnages, genèse…) :
http://www.buta-connection.net/pre-ghibli/kie.php

Pour en savoir plus sur Isao Takahata :
http://www.buta-connection.net/studio/takahata.php

Un article abordant le travail d’adaptation du manga en film d’animation :  
http://www.cinemotions.com/article/1559

Bibliographie
Isao Takahata Cinéaste en animation : Modernité du dessin animé, Stéphane Leroux, L’Harmattan, 2010