Toutes les fiches films

Films inclus dans l'abonnement

L'Histoire du chameau qui pleure

  • De Byambasuren Davaa, Luigi Falorni, Jiska Rickels
  • 2004
  • 1h30
  • VM

Voir la fiche technique

Catégorie : La divine comédie   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Nadia Avatar de Nadia

Notez ce film

Synopsis

Au printemps dans une famille de nomades mongols du désert de Gobi, une chamelle donne naissance à un petit tout blanc. Mais, sans doute à cause d'une mise-bas difficile, elle le rejette et refuse de le laisser téter. Les deux enfants de la famille sont envoyés à la ville chercher un musicien pour faire renaître les émotions de la chamelle grâce à un rite musical.

Voir plus

L'avis de Benshi

Il y a des films qui semblent venir de très loin, et qui vous transportent presque par surprise. L'histoire du Chameau qui pleure est de ceux-là. Le titre déjà intrigue et émeut. Un animal aussi resistant qu'un chameau, ça peut pleurer ? Ce film, réalisé par deux apprentis cinéastes, la mongole Byambasuren Davaa et l'italien Luigi Falorni, est devenu au fil du tournage un récit de toute beauté. Comment ne pas craquer devant cette histoire de maman chameau, la chamelle, qui refuse de nourrir son petit qu'elle vient de mettre au monde ? Très étrange situation, tirée d'une vraie histoire, qui nous entraine du côté des nomades du désert de Gobi. Comment agir face à une situation d'urgence, alors qu'un bébé chameau est en danger ? Il faut faire appel à la légende et à un peu de magie... Les bergers se souviennent d'un rite ancien : grâce aux sons musicaux émanant d'un instrument spécial - un cousin lointain et grinçant du violoncelle -, un musicien d'Aimak, une bourgade éloignée, sait comment attendrir le cœur des animaux. On ira le chercher et le miracle se produira : la chamelle se met à pleurer, et son petit à téter.

Le film raconte un drame intime qui est connu des mamans, le baby blues. Il peut arriver qu'au moment de la naissance, quelque chose empêche la relation de se nouer entre l'enfant et la mère. Alors, il faut trouver une solution, cela peut être simple comme parfois orginale. Il faut savoir être patient et confiant, et surtout ne pas renoncer, aider la maman et le jeune enfant à se retrouver. Telle est la leçon de ce film limpide. Toute nouvelle relation est une création. Des accident hélas peuvent survenir, à nous alors de puiser dans nos récits, dans nos coeurs aussi, pour renouer le contact. 

Comment ne pas être, dès le début du récit, sous le charme de cette dame âgée habillée de rouge, qui semble bénir la terre qui s'ouvre à la lumière du jour ? Comment ne pas craquer devant cette famille et ce jeune garçon qui donne à chacun des moutons un petit sac rouge rempli de graines ? Même le chat s'en mêle ! Une brebis dans les bras, et nous voilà avec le jeune garçon dans un rapport harmonieux avec la vie. Ce qui est tout aussi extraordinaire avec ce film, c'est que nous sommes immergés au plus près de ce peuple, où on découvre alors qu'un chameau, et bien, ça se rase aussi ! Pour être plus précis, disons qu'on lui coupe, à coups de larges ciseaux, ce qui lui fait office de barbe. Et puis parfois, comme pour tous mamifères, humains compris, donner naissance devient un peu difficile, long et fatiguant, l'aide est bienvenue et alors les hommes se mettent au service de l'animal, majestueux dans sa vulnérabilité. Quelle très belle leçon de vie et d'humilité. 

Nul ne peut grandir sans amour, c’est le message de ce film, qui au-delà de l’histoire d’une chamelle et de son petit, nous plonge dans la vie quotidienne d’une famille de nomades mongols. Au coeur de leur quotidien, chacun de nous est convié à partager l'expérience d'une vie dans l’immensité du désert. Le climat est aride et les quatre générations qui composent la famille du film vivent ensemble, avec des régles et des habitudes. Chacun se partage les tâches domestiques. Il faut assurer l'élevage des chameaux, ils font partie intégrante de leur vie. Bergers nomades, ces chameaux sont leur richesse mais aussi leur patrimoine, et le film nous offre avec éclat l'harmonie d'une vie au grand air. Lorsque nous sommes dans le rite, avec la séance de musique comme thérapie de l'âme, nous sommes en présence d'un temps unique, quasi mystique. Simplicité, attention, harmonie, puissance de vie, secret et spiritualité de la création, L'histoire du chameau qui pleure est un cadeau de la vie, à l'image de ces personnes humbles et si belles, les nomades. 

Voir plus

Pour quel public ?

Dès 8 ans, accompagné de ses parents ou d'adultes afin de discuter ensuite de ce qui fait la famille, le lien, le respect de la vie et de la nature.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour découvrir comment se rase un chameau !
  • Pour connaitre tous les secrets de la vie des nomades
  • Pour la douceur de vie que le film offre, et un certain mystère dévoilé...

Infos complémentaires

Deux cinéastes (une femme, un homme) pour un film

L'Histoire du chameau qui pleure est coréalisé par Byambasuren Davaa et Luigi Falorni.
Née en 1971 en Mongolie, la première débuta comme assistante de réalisateurs à la télévision nationale mongole puis étudia le droit international et le cinéma en Mongolie, avant d'intégrer l'école de cinéma de Munich dans la section documentaire. C'est là qu'elle fait la connaissance de Luigi Falorni, chef-opérateur italien qui a auparavant suivi des cours de mise en scène à l'école de cinéma de Florence.  

Tourner dans le désert

Le coréalisateur Luigi Falorni revient sur la répartition des rôles avec Byambasuren Davaa et sur les contraintes de ce tournage en plein désert : "Byambasuren s'est occupée des nomades, elle communiquait avec eux et les dirigeait. Comme tous les chameaux accouchent durant un seul mois, au printemps, nous ne disposions que de quelques semaines pour tourner le film. Des vents de 150 km/h, des températures qui chutent de 30° la nuit, des conditions de vie et d'alimentation très inhabituelles... Nous n'avons pas eu le temps de nous ennuyer. Chacun des six membres de l'équipe est tombé malade, on a cassé du matériel, souvent le vent rendait les prises inaudibles. Quand le tournage s'est achevé, nous avons passé tous ensemble une longue nuit mémorable, à boire de l'alcool de Mongolie et à chanter des airs mongols et italiens jusqu'à l'aube."  

Puissance et pouvoir de la musique

La cinéaste est convaincue de l'efficacité du rituel décrit dans son film, selon lequel la musique permet de réconcilier la chamelle et son petit. "La musique et le chant les aident réellement", estime-t-elle."Depuis que j'étudie ce sujet, je n'ai jamais rencontré de cas où ce rituel ait échoué. J'ai interrogé de nombreux nomades, et tous m'ont dit la même chose. Cela marche toujours. Dans le cas que nous avons filmé, cela a pris une journée. De vieux nomades m'ont parlé d'autres cas qui avaient pris plus longtemps, quelques jours. Chaque chameau est différent."

Pour aller plus loin

Tout, tout savoir sur le chameau !

Un livre
Le dromadaire et le chameau, de Claude et Denise Millet - Gallimard Jeunesse, collection "Mes premières découvertes" (3/7ans)
Quelle est la différence entre ces deux animaux bossus ? Qu’y a-t-il dans les bosses du chameau ? Que mange-t-il ? Où vit-il ? Comment élève-t-il ses petits ? Qu’est-ce qui le distingue de son proche parent le dromadaire ? Allons à la rencontre de ces curieux animaux. Découvrons les conditions extrêmes dans lesquelles ils vivent et pourquoi ils sont indispensables aux hommes qui les ont domestiqués. Faisons aussi connaissance avec leurs cousins, le lama, la vigogne, le guanaco et l'alpaga.

Une découverte importante ! 
Il y a un an, en février 2018 une très importante découverte a été faite dans des grottes en Arabie Saoudite au Moyen Orient : des sculptures monumentales d'animaux, dont des chameaux, datant de plusieurs milliers d'années. Le « site du chameau » (« Camel Site ») affiche des représentations réalistes, grandeur nature, d’au moins onze dromadaires et deux équidés (dont un âne ou un mulet), en haut et bas reliefs. Réalisés de toute évidence par des sculpteurs chevronnés respectant rigoureusement les proportions, les douze panneaux et reliefs naturalistes représentent des animaux sans charge, aux attitudes dynamiques, évoluant dans un environnement naturel. 
https://lejournal.cnrs.fr/articles/en-arabie-le-mystere-des-chameaux-sculptes

Sur la Mongolie

Saurais-tu situer la Mongolie sur la carte du monde ? Qui n'a pas pas rêvé de l'empire Mongol avec le grand et terrible Gengis Khan ? Ce site d'informations propose des connaissances précises et justes, avec des cartographies et tableaux : http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/Mongolie.htm

Vivre dans une yourte

Tous les hommes sur Terre ont su créer des habitats en fonction du terrtoire et du climat, mais aussi de leur histoire. Originaire d'Asie, la yourte commence à arriver en Europe. Ce sont des habitations écologiques vraiment appréciées, qui coûtent bien moins cher qu'une maison en dur. Ce site vous fait découvrir tous les avantages d'une yourte et comment en construire une soi-même ! 
http://lafrenaie.org/fabrication-yourte-achat