Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

La Lampe au beurre de yak

  • De Wei Hu
  • 2013
  • 16 min
  • VOST

Voir la fiche technique

Catégorie : Documentaires   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Anne-Sophie Lepicard Avatar de Anne-Sophie Lepicard

Notez ce film

Synopsis

Un photographe ambulant propose à des nomades tibétains de les prendre en photo devant différents fonds : place Tiananmen, grande muraille de Chine, rue de Pékin... 

Voir plus

L'avis de Benshi

Ce court métrage propose une mise en scène radicale qui rappelle les premiers temps du cinéma par sa fixité : le cadre y est en effet défini par un appareil photo devant lequel défilent des familles tibétaines. Un photographe itinérant propose à celles-ci des photos de groupes devant un fond qu’elles peuvent choisir. C’est ainsi que nous voyons se succéder la place Tiananmen orné d’un portrait de Mao, la Grande Muraille, le Disney Park de Honk-Kong, un stade aux couleurs des Jeux olympiques de Pékin 2008… Chacune de ces photos, dont la prise est ponctuée par un noir à l’écran, témoigne du désir que les personnes photographiées ressentent envers ces lieux, très éloignés de leur quotidien. Le choix de ces fonds montre en même temps subtilement l’emprise de la puissance chinoise sur l’imaginaire de ces nomades tibétains dont les plus jeunes ne portent plus vêtements traditionnels et moulins de prières. Sauf un jeune homme qui préfère ne pas apparaître sur la photo plutôt que d’enlever son manteau en laine de yak : dans ce dispositif d’inspiration fortement documentaire (ce sont d’ailleurs de véritables nomades tibétains qui viennent se faire photographier) se jouent ainsi avec beaucoup de subtilité des histoires individuelles aux accents tragiques ou comiques, et qui concernent en même temps tout un peuple. Des visages et des histoires rares et précieuses dont ce court métrage rend compte avec talent et émotion.

Voir plus

Pour quel public ?

Le film peut être vu dès qu'on arrive à lire des sous-titres mais pour comprendre son contexte complexe derrière son apparente simplicité, il nécessite quelques explications qu'on sera plus à même de comprendre vers 9-10 ans.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour une belle rencontre entre images statiques et en mouvement
  • Pour l'attention documentaire portée à des visages qu'on voit très peu au cinéma
  • Pour une mise en scène subtile qui rend compte de la complexité du contexte

Infos complémentaires

Le réalisateur chinois, Hu Wei, a suivi une formation sur le cinéma documentaire à la Fémis puis étudié aux Beaux-Arts de Paris. La rencontre avec son producteur français s'est donc faite naturellement. On peut lire ici leur interview croisée. On y découvre notamment que le tournage a eu lieu dans une province limitrophe du Tibet où il aurait été impossible de tourner. On peut aussi découvrir ici les documents préalables à la réalisation du film : scénario, note d'intention, recherche d'images...

Pour aller plus loin

La photo de studio

On pourra en prolongement découvrir les œuvres de grands portraitistes de studio, tels que l’artiste malien Seydou Keïta dont l’œuvre a fait récemment l’objet d’une rétrospective au Grand Palais et dont on peut admirer quelques photos de familles et de groupes ici.

Pour les cinéphiles les plus grands, on pourra aussi découvrir le court métrage du célèbre documentariste Johan van der Keuken, To Sang Fotostudio, qui dresse le portrait multiculturel d’une rue d’Amsterdam à travers les portraits réalisés dans le studio de M. To Sang. Comme dans La Lampe au beurre de yak, Keuken joue dans sa mise en scène entre l’image statique de la photographie et l’image en mouvement du cinéma.