Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

La Petite Marchande d'allumettes

  • De Anne Baillod et Jean Faravel
  • 2016
  • 9 min
  • VF

Voir la fiche technique

Catégorie : Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Hélène Deschamps Avatar de Hélène Deschamps

Notez ce film

Synopsis

Il fait un froid épouvantable, il neige, et la nuit commence à tomber. C’est le dernier soir de l’année, le soir du nouvel an... Une pauvre petite fille erre parmi les passants indifférents. Elle n’a, pour subsister, que le maigre espoir de vendre les quelques boîtes d’allumettes, qu’elle leur propose. Lorsque la nuit s’installe sur la ville, elle n’a rien vendu, elle a froid et elle a faim. Elle s’assoit dans une ruelle et frotte une allumette pour se réchauffer...

Voir plus

L'avis de Benshi

Pour cette adaptation de La petite Marchande d’allumettes d’Andersen, les réalisateurs Anne Baillod et Jean Faravel ont choisi d'utiliser des matières et des moyens très simples de mise en scène : du papier découpé, dans une dominante chromatique noire et blanche, avec des effets de transparence lumineuse en couleurs. Le sujet de ce conte est la pauvreté, donc pas d’effets spéciaux, mais au contraire une économie narrative qui puise au cœur de la simplicité stylistique.

Différents tableaux se succèdent : la forêt sous la neige, qui progressivement devient forêt urbaine, avec ses poteaux électriques, puis la ville, le jour et la nuit. Les panneaux publicitaires semblent seuls vivants et compatissants, les hommes ne sont que des silhouettes noires ; des ombres sans âme. Et la petite fille grattant ses allumettes se trouve finalement réchauffée par le poêle providentiel, puis amusée par les entrechats de la dinde rôtie, et c'est le petit chat noir qui vient la chercher pour trouver le réconfort dans les bras de sa grand-mère.

Les différents tableaux de ce conte animé très parcimonieusement font penser aux vues des mégaléthoscopes, ces machines inventées au XIXe siècle en Italie, qui sont les ancêtres du cinéma. Ce sont de belles boîtes en bois sculpté, à l'intérieur desquelles, il était donné de voir des paysages, généralement des places italiennes, des vues de Venise, éclairées de jour puis de nuit. Par un système d'éclairage frontal, puis par derrière, la vue de nuit semblait miraculeuse : les ruelles, les façades s'éclairaient de mille lumières chatoyantes, grâce aux interstices ménagés sur la plaque photographique.

C'est cette beauté miraculeuse de l'essence du cinéma qui émane de ce conte en noir et blanc et en couleurs.

Voir plus

Pour quel public ?

A partir de 6 ou 7 ans, à partir du moment où l'on commence à lire les contes d'Andersen aux enfants !

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour l'animation en papier découpé taillé comme de la fine dentelle
  • Pour l'adaptation très réussie du conte d'Andersen
  • Pour l'univers fantastique et la magie des apparitions
  • Pour le splendide tableau nocturne et hivernal