Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

La Vie sans truc

  • De Anne-Laure Daffis et Léo Marchand
  • 2013
  • 27 min
  • VF

Voir la fiche technique

Catégorie : La divine comédie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Marie Horel Avatar de Marie Horel

Notez ce film

Synopsis

Le prestidigitateur Popolo et Amabilé, son assistante, présentent tous deux, sous le chapiteau d’un modeste cirque au nom ironique de « Cirque Super », le grand numéro de la femme coupée en deux. Mais quand le magicien perd les jambes de son assistante chérie, il doit quitter le cirque sous les huées du public, et va devoir aller à « Paul emploie » chercher un autre travail… s’il veut aussi reconquérir le cœur de sa belle.

Voir plus

L'avis de Benshi

Pour rire tout en faisant découvrir un univers animé atypique à vos enfants, ce court métrage est incontournable !

Si le personnage principal du film est un magicien que les enfants identifieront facilement à son costume, à son acolyte le lapin, à son assistante dans le numéro de la femme coupée en deux et, bien sûr, au chapiteau, il est dès les premiers plans associé à un décor et un univers sonore décalés. Dans les flaques d’eau du terrain vague jonché de marguerites – qui semblent bien réelles - où est planté le cirque - qui est lui, dessiné - viennent boire et chanter des oiseaux empruntés à l'esthétique de Disney, époque Blanche-Neige. Une musique de foire bas-de-gamme et l’accent italien du magicien introduisent ainsi le monde du cirque.

La Vie Sans Truc associe ainsi avec fantaisie des univers protéiformes pour créer un monde kitsch bien singulier. Le spectateur va découvrir des éléments satiriques comme des noms détournés (on pense à « Pôle emploi » transformé en l’hilarant « Paul emploie »), mais aussi de vraies images publicitaires (affiches de campagne de Nicolas Sarkozy ou encore autocollants de Pif Gadget), et un nain de jardin au milieu d'images d'archives. À travers ces références appartenant à des époques différentes, le film crée un univers atemporel bien loin des univers formatés présents dans de nombreux films jeune public.

Le film repose aussi sur des situations cocasses, particulièrement drôles : on pense au magicien qui rentre par une porte de placard en costume, pour ressortir par une autre en pyjama, ou encore aux scènes délirantes dans la boucherie du Super U.

Les références, nombreuses et hétérogènes, ainsi que les voix d’acteurs connus (Valérie Mairesse, François Morel) renvoient à un esprit ludique et créent un jeu avec des spectateurs qui peuvent potentiellement les reconnaître. C’est en mêlant culture légitime et populaire que le film crée aussi une singularité réjouissante. Alors qu'Amabilé sifflote « Comme un ouragan » de Stéphanie de Monaco dans sa roulotte, et que Popolo a décoré la sienne d’une image du magicien Garcimore, le couple se retrouve sur la musique de Vertigo de Bernard Hermann et quitte le terrain vague sur un clin à une scène culte d’À Bout de Souffle de Godard. Au-delà de l’humour de ces références mêlées, ce court métrage est un véritable hommage à la culture pop des années 80 et une déclaration d'amour au cinéma...

La force du film se niche dans l’utilisation d’images de nature protéiforme - photographies, images publicitaires, images d’archives, prises de vues réelles - et des techniques d’animation très différentes : dessins animés, stop motion, rotoscopie, collages. Cette association étonne et amuse, car elle crée un jeu entre réalité et fiction, et inscrit le film dans un humour impertinent. De plus, les réalisateurs jouent parfois sur les rapports d’échelle pour confondre le spectateur !

Parce que La Vie sans truc appartient à un cinéma d’auteur non formaté, qui s’adresse à tous les publics tout en laissant une grande place aux enfants, il est à découvrir absolument !

Voir plus

Pour quel public ?

Le format du film, son univers cocasse, son humour impertinent, mais également certaines séquences plus morbides (et notamment une reconstitution de la mort de Lady Di qui pourrait choquer les plus sensibles sur le sujet) sont plutôt adaptés à de grands spectateurs à partir de 10 ans, tandis que certaines références seront accessibles par des plus grands encore.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour découvrir un univers fantasque, singulier et ludique, créé grâce à un mélange d’éléments composites
  • Pour s’amuser de l’humour d’un film pétri de situations cocasses, qui sème références et jeux de mots dans de nombreux plans
  • Pour rire des voix extra-magiques de Valérie Mairesse et François Morel - que vous reconnaîtrez sans doute - qui participent de l’esthétique enfantine et poétique du film
  • Pour s’émouvoir du lien indestructible entre l’infatigable Popolo et la très coquette Amabilé

Infos complémentaires

Le film est le fruit de l’impertinente et fameuse collaboration entre Anne-Laure Daffis et Léo Marchand, réalisateurs du fameux court métrage La Saint-Festin qui célèbre la grande fête des ogres. Dans La Vie sans truc et La Saint-Festin on retrouve le même bric-à-brac poétique de références et d’images plurielles, le même humour doux-dingue et un esprit d’enfance teinté de poésie à la Prévert.

Anne-Laure Daffis et Léo Marchand sont diplômés de l’Université Panthéon-Sorbonne en arts plastiques. Ensemble ils ont exposé leurs peintures et publié un livre d’art intitulé Un bon peu (Éditions Triplette infernale). Toujours ensemble, ils ont coréalisé deux courts métrages, Surtout il pleut et Jambes en l’air, ainsi qu’un documentaire de 26 minutes, Mon Voisin Christian déménage, avant de se frotter à l’animation avec On a beau être bête, on a faim quand même et La Saint Festin qui remporte notamment, en 2008, le prix du meilleur film d’animation au festival de Clermont-Ferrand. En 2009, ils réalisent Les Cowboys n’ont pas peur de mourir, western spaghetti animé et, en, 2013 le court métrage La Vie Sans Truc. Leur dernier film Les Voisins de mes voisins sont mes voisins est en cours de réalisation.
http://www.lardux.net/spip.php?page=article&id_article=731

En plus de faire des films, ces joyeux créateurs animent des ateliers d’initiation à l’animation pour petits et grands.

Pour aller plus loin

Amusez-vous avec vos enfants à faire des arrêts sur image sur certains plans, pour distinguer le réel de l’animé et repérer aussi les différents types d’éléments, les références et les univers présents !

Pour plus d’informations sur les réalisateurs et la boîte de production Lardux, allez visiter le super-magique-site de Lardux production ! 

Le film ramène aussi à la poésie d’un certain Jacques Prévert.

Pour les collages, on pense à Max Ernst par exemple, à moins que nous n’alliez découvrir tous les albums jeunesse utilisant des collages, ou les merveilleux livres pop-up que propose la littérature jeunesse.

Profitez de la projection de ce film pour rappeler que la magie est à l’origine du cinéma, avec les dispositifs de pré-cinéma et le grand Georges Méliès ! Au programme : Les Pionniers du cinéma ou bien Princes et princesses, à moins que vous ne préfériez voyager du côté du pays d'Oz !