Tous les films du guide

Films inclus dans l'abonnement

Le Bûcheron des mots

  • De Izù Troin
  • 2009
  • 11 min

Voir la fiche technique

Catégorie : Fantastique   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans
Poster de Le Bûcheron des mots

Fiche rédigée par  Camille Avatar de Camille

Notez ce film

Synopsis

Dans un pays où les habitants se nourrissent, au sens propre, de lettres et de mots cueillis dans les arbres, la lecture est vitale s’ils ne veulent pas mourir... d’ennui. Mais certains livres sont interdits à cause de leur contenu émotionnel et des transformations physiques qu’ils provoquent.
Nadal, un bûcheron des mots, fait une rencontre qui va changer définitivement sa vie...

Voir plus

L'avis de Benshi

« Parfois une rencontre peut bouleverser bien des choses et nous entraîner vers l’inconnu… Cette histoire, c’est celle de la rencontre qui a changé ma vie. » C’est par cette voix-off que débute Le Bûcheron des mots, court métrage poétique et sensible.

Le film conte l’histoire d’un jeune homme qui goûte au plaisir et à la beauté des livres interdits dans son pays. La rencontre avec une jeune « Marquée », rejetée par la société, va bouleverser sa vie.

A travers la thématique de la peur de l’inconnu, le film soulève la question de la différence : les « Marqués » sont rejetés par la population avant tout par ignorance. Or, la lecture et la création littéraire sont les seuls moyens de pallier à cette intolérance. Le court métrage met en scène l’art comme une ouverture sur le monde par le prisme d’un regard : celui de l’artiste. Fauvère, la jeune « Marquée », est finalement, à travers ses créations, une voyante qui va transmettre son goût de l’art et va amener le protagoniste à devenir lui-même poète.

La force du film réside également dans l’importance de la transmission orale des histoires : la voix-off du personnage est sublime et le chant de la femme qui accompagne sa rencontre avec les « Marqués » est envoûtante. Fauvère et la vieille femme font référence à la culture tzigane, où la transmission des traditions et de l’histoire passent bel et bien par l’oralité.

L'animation met en scène des lettres calligraphiées, à la fois dans les arbres – la littérature devient alors nourriture – mais aussi sur la peau des « Marqués » – véritables tatouages pour représenter les émotions.

Le Bûcheron des mots est une réflexion poétique sur l’autodafé et donc sur l’Histoire, aspect que les plus grands ne manqueront pas de saisir.

Voir plus

Pour quel public ?

Nous conseillons ce court métrage aux enfants à partir de 8 ans afin qu’ils puissent comprendre tous les enjeux de l’histoire. Par ailleurs, c’est dans des teintes sombres que le somptueux univers fait naître décors et lettres tout au long du court métrage.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour la beauté de l’animation : typographie envoûtante et graphisme majestueux qui font vivre les lettres !
  • Pour l’hommage rendu à l’art et plus particulièrement à la puissance de la littérature
  • Pour la musique et la voix captivante de la chanteuse qui vous feront voyager dans un monde poétique
  • Pour les « marqués » dont le charme des tatouages transcrit une forte sensibilité

Pour aller plus loin

De nombreux liens sont à tisser avec Brendan et le secret de Kells de Tomm Moore et Nora Twomey, qui, comme Le Bûcheron des mots, opposent brillamment la puissance de l’art et de la littérature contre une pensée rationnelle et bridée. Le point commun et la force des deux films résident également dans leur forme et le travail sur la calligraphie.

En cela, ces deux films sont également à rapprocher de Bisclavret d’Emilie Mercier : hommage aux enluminures et au Moyen-Age. 

Pour les plus grands : Le film fait référence à certains moments de l’histoire où certains livres étaient interdits et détruits, comme dans le roman de science-fiction Fahrenheit 451 de Ray Bradbury et son adaptation au cinéma par François Truffaut.

L’interview du réalisateur, Izù Troin, permet de comprendre certains éléments de mise en scène et la genèse du projet : 
http://www.formatcourt.com/2009/09/izu-troin-lanimation-la-debrouille-et-le-son-du-pinceau/