Tous les films du guide

Films inclus dans l'abonnement

Le Garçon et la bête

  • De Mamoru Hosoda
  • 2015
  • 1h59

Voir la fiche technique

Catégorie : Fantastique   L’aventure, c’est l’aventure  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans
Poster de Le Garçon et la bête

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Antoine Avatar de Antoine

Notez ce film

Synopsis

Shibuya, le monde des humains, et Jutengai, le monde des Bêtes... C'est l'histoire d'un garçon solitaire et d'une Bête seule, qui vivent chacun dans deux mondes séparés. Un jour, le garçon se perd dans le monde des Bêtes où il devient le disciple de la Bête Kumatetsu qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre fortuite est le début d'une aventure qui dépasse l'imaginaire...

Voir plus

L'avis de Benshi

Après Les enfants loups, Ame et Yuki, Le garçon et la bête confirme le talent de Mamoru Hosoda et son importance dans l’animation japonaise. On reconnait là son trait unique : une animation en apparence ultra-réaliste (à tel point que certains plans donnent l’impression d’avoir été filmés !) où le merveilleux peut surgir à tout instant. C’est l’extraordinaire qui émerge de l’ordinaire. Ici, l’art de la fugue amène à la découverte de nouveaux horizons : à l’opposé de la réalité triste et sombre des humains, celle des bêtes est une invitation à l’aventure et au dépassement de soi. La rencontre entre Kyuta, l’orphelin rebelle, et Kumatetsu, l’ours colérique, va faire des étincelles. C’est l’histoire d’un apprentissage à double sens : en faisant du jeune garçon son disciple, Kumatetsu devient malgré lui un père de substitution. Quant à Kyuta, il parvient à « apprivoiser » son maître et à lui faire prendre conscience de ses responsabilités d’adulte.  Comme dans Les enfants loups, il s’agit de soigner un deuil (la perte d’un parent) grâce à l’intervention de la fantaisie, sans pour autant sacrifier l’humour : les entrainements et les chamailleries entre Kyuta et Kumatetsu sont l’occasion de grands moments burlesques, en raison de leurs forts caractères. Ils forment ainsi un duo comique digne de Laurel et Hardy. La comédie prend alors le pas sur le drame et l’aventure offre à nos deux compères une ouverture sur eux-mêmes.
Mêlant avec subtilité tendresse, loufoquerie et fantastique, Mamoru Hosoda réalise un récit bouleversant sur la transmission et la résilience : le passage d’un monde à un autre permet de faire circuler les affects pour ainsi les sublimer. La frontière entre les hommes et les bêtes finit par se dissiper et les blessures intérieures peuvent enfin cicatriser. Grâce à Kumatetsu, Kyuta trouve la force nécessaire pour dépasser son trauma et affronter les épreuves de la vie. Comme son maître, il apprend à devenir un adulte.
Film d’aventure épique (avec des combats spectaculaires) et drôle, Le garçon et la bête s’inscrit dans le panthéon du cinéma d’animation. Visuellement splendide, c’est un spectacle digne d’un feu d’artifice. Un festival d’émotions. En somme, un joyau !

Voir plus

Pour quel public ?

Nous recommandons ce film à partir de 10 ans. Le film présente quelques gros mots et les plus jeunes enfants pourraient être impressionnés par les combats (par moments spectaculaires).

Bonnes raisons de voir le film

  • Des personnages hauts en couleur
  • Une animation et des scènes de combat impressionnantes
  • Un récit d’apprentissage bouleversant et drôle
  • Une musique rythmée et épique

Infos complémentaires

Après avoir étudié à l’université des Arts de Kanazawa, Mamoru Hosoda échoue à intégrer l’institut de formation du Studio Ghibli. Il rejoint alors la Toei Animation en tant qu’animateur et story-boarder et collabore sur de nombreuses séries populaires telles que Dragon Ball Z ou Sailor Moon. Après avoir réalisé ses premiers long-métrages dérivés de sagas phares (Digimon Adventure, One Piece), Hosoda quitte la Toei pour créer son propre studio, Madhouse. Les projets qui suivront feront preuve d’une plus grande maturité tout en s’adressant à un public jeune : La traversée du temps, Summer Wars et Les enfants loups, Ame et Yuki.
Le titre original du film (Bakemono No Ko) se traduit en français par  « l’enfant de la bête ». Cependant, Hosoda s’est bien inspiré du célèbre conte La Belle et la Bête, mis en scène par Disney ou Jean Cocteau, pour raconter le parcours d’une créature qui apprend à s’adoucir au contact d’un humain.
Sorti au Japon en 2015, Le garçon et la bête a rapporté 5.85 milliards de yens et a atteint la deuxième place du box-office annuel.

Pour aller plus loin

Le garçon et la bête existe également en version manga. Le tome 1 est paru aux éditions Kazé en janvier 2016.