Tous les films du guide

Films inclus dans l'abonnement

Negative Space

  • De Max Porter, Ru Kuwahata
  • 2017
  • 5 min

Voir la fiche technique

Catégorie : Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans
Poster de Negative Space

Fiche rédigée par  Chloé Avatar de Chloé

Notez ce film

Synopsis

Un fils, devenu adulte, se remémore le rituel qui le liait, enfant, à son père. 

Voir plus

L'avis de Benshi

Toute la pudeur du monde rangée dans une valise : voilà comment nous pourrions résumer ce magnifique court métrage, qui reprend presque mot pour mot le poème éponyme de Ron Koertge. Le narrateur à la belle voix grave nous raconte l'activité, à première vue assez ennuyeuse, qui le liait enfant à son père : la préparation des bagages de ce dernier qui partait souvent de la maison pour le travail. Ce rituel de la valise, seul moment partagé avec son père, est d'autant plus important qu'il précède la séparation. Peu importe le sujet, l'objet, car ce qui compte, c'est d'être unis, de partager quelque chose d'unique, comme un secret, un trésor. Cependant, le contenu d'une valise n'a rien d'anodin. Il dit beaucoup de nous. Quoi de plus intime que les vêtements, les affaires personnelles, surtout lorsqu'il s'agit de les choisir, les trier, les ranger. Les objets prennent vie sous nos yeux, par la technique de l'animation en volume, et le passé ressurgit sous la forme d'une fermeture Éclair qui s'ouvre, telle une route sur le passage d'une voiture, ou d'une vague qui emporte tout sur son passage. Les métaphores sont nombreuses dans ce court métrage animé, qui serait muet s'il n'y avait pas cette voix-off, à la fois discrète et puissante, mais surtout essentielle pour être au plus près des personnages. Chaque départ du père est suivi de l'attente d'un signe de sa part ou plutôt d'un mot, venant juger favorablement la tâche accomplie par le garçon, et par la même occasion, donnant une valeur inestimable à ce fils qui a le "truc", contrairement à sa mère. Presque sans un mot, dirait-on, et avec une discipline de fer, la transmission s'est déroulée avec succès. Pourtant, c'est tout sauf de la froideur que l'on ressent à travers le défilé des souvenirs du fils. Son récit, aussi précis et sobre qu'une formule mathématique ne parvient pas à dissimuler l'amour qu'il porte à son paternel. On pense alors à Buster Keaton dans Cadet d'eau douce, qui aimerait que son père soit fier de lui, mais qui a du mal à être à la hauteur. Les personnages de Negative Space ont le même visage impassible que l'acteur burlesque (en dehors de la version miniature du narrateur), ce qui ne nous empêche pas d'être touchés par ces marionnettes. L'espace autour du père dans le cercueil fait écho au vide laissé dans le coeur du fils. Même en s'y préparant, il est difficile, si ce n'est même impossible d'être totalement prêt à faire le deuil de ceux qu'on aime. Voilà, ce que semble nous dire cette voix.

Tout simplement bouleversant et d'une justesse incroyable. 

Voir plus

Pour quel public ?

Pour être apprécié, ce très beau film particulièrement émouvant demande une certaine maturité, c'est pourquoi nous le conseillons à partir de 10/11 ans. 

Bonnes raisons de voir le film

  • Un très beau film sur la relation d'un père et son fils
  • La beauté des décors, des marionnettes et de la musique
  • Les jeux d'échelle et la fluidité pour passer d'une époque à une autre

Infos complémentaires

Negative Space est le quatrième court métrage co-réalisé par Ru Kuwahata et Max Porter mais le premier qu'ils fabriquent en France.

Ru Kuwahata est japonaise et Max Porter, américain. Ils vivent à Baltimore, aux Etats-Unis. Ensemble, ils ont créé Tiny Inventions, une société de production avec laquelle ils ont produit et réalisé de nombreux films d'animation.

Le tournage de Negative Space a eu lieu dans le studio de Ikki Films, en Indre-et-Loire et au Studio Manuel Cam à Paris. Les décors ont été créés au sein de la résidence Ciclic à Vendôme, dans le Loir-et-Cher. Le film a obtenu une dizaine de récompenses dont le prix FIPRESCI et la mention spéciale du prix André Martin au Festival international du film d'animation d'Annecy en 2017. 

Marion Lacourt, la réalisatrice du court métrage animé Page d'écriture (première saison de la collection "En sortant de l'école") a travaillé sur les décors avec Ru Kuwahata, Max Porter et Victoria Tanto. 

Pour aller plus loin

Le poème de Ron Koertge : https://wordsfortheyear.com/2014/12/19/negative-space-by-ron-koertge/

La critique de Format Court : http://www.formatcourt.com/2018/02/negative-space-de-ru-kuwahata-et-max-porter/

Deux vidéos "making of" : 
https://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/ceremonie-des-oscars/la-valise-du-court-metrage-francais-negative-space-est-prete-pour-les-oscars-269889
https://vimeo.com/238590794

Le site de la société de production de Ru Kuwahata et Max Porter : http://www.tinyinventions.com/main/

Le site de Ikki Films, producteur principal de Negative Spacehttp://ikkifilms.com/