Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Yuri Hayashi Avatar de Yuri Hayashi

Notez ce film

Synopsis

Dans une montagne située à Tama, au sud de Tokyo, les Tanukis (chiens viverrins) mènent une vie tranquille au côté des paysans humains sans les ennuyer. Un jour, une dispute éclate entre deux clans autour de la nourriture qui se raréfie. La cause de cette pénurie est la déforestation de la montagne de Tama causée par les humains pour l’aménagement d’une nouvelle ville, suite à leur forte expansion démographique. Commence alors le combat des Tanukis pour protéger leur espace vital : ils décident de s’unir et de résister aux Hommes en utilisant leur pouvoir de métamorphose.

Voir plus

L'avis de Benshi

L'histoire de Pompoko s'inspire d’un programme de construction urbaine lancé dans les années 1960 à Tama qui a conduit à la destruction de la nature environnante et des espaces vitaux des animaux. Isao Takahata traite de ce sujet socio-environnemental par le biais de la résistance d'une catégorie des bêtes chassées des bois, les Tanukis, qui sont une figure d'esprit (Yôkai) réputée dans les contes folkloriques nippons pour leur pouvoir de métamorphose.

Animaux à la fois réels et mythiques, les Tanukis se montrent sous diverses apparences : leur vraie nature, des formes anthropomorphisées ou sous forme d’illusions. Leur métamorphose variée, qui se réfère d'ailleurs à des esprits, à des contes ou des mythes japonais (parfois chinois), crée une atmosphère festive et amusera autant les jeunes spectateurs que les petits enfants dans le film. De la vie rurale, les Tanukis sont des créatures candides, enjouées, mignonnes et parfois imbéciles. Le film retrace leur quotidien et leur défi burlesque sous forme d’un documentaire fictif sur eux – avec la voix-off du narrateur et de personnages ainsi que les travellings sur les paysages – comme s'ils existaient en réalité et nous racontaient leurs ressentis et leurs histoires. Tout en étant diverti par ces animaux anthropomorphisés qui adorent se transformer devant les Hommes, le spectateur est amené à s'identifier à eux et réfléchir sur les sujets abordés.

En plus de cette profondeur thématique, Takahata sait nous séduire par une mise en scène magnifique, notamment les présentations simples de faits compliqués et des émotions des personnages, ainsi que l’illustration poétique des éléments naturels et saisonniers.

Ainsi, Pompoko est sans aucun doute un chef-d’œuvre dans lequel Isao Takahata manifeste pleinement diverses expérimentations ambitieuses en matière d’art de l’animation tout en gardant une grande profondeur humoristique, thématique et rhétorique, ce qui captivera autant les jeunes spectateurs que les adultes.

Voir plus

Pour quel public ?

Les plus jeunes auront un peu de difficulté à suivre Pompoko à cause de sa longueur, du nombre important de ses personnages, ses thèmes complexes ainsi que de ses multiples références à la culture japonaise. Les personnages animaliers, les Tanukis, et leur pouvoir de métamorphose offriront un grand divertissement aux jeunes spectateurs de plus de 8 ans tandis que les adultes pourront contempler la réflexion abondante et l’ingéniosité technique du réalisateur en matière d’art d’animation.

Bonnes raisons de voir le film

  • Les personnages animaliers candides et mignons, les Tanukis, et leurs métamorphoses.
  • Les thèmes socio-environnementaux subtilement abordés à travers l’humour.
  • La mise en scène poétique propre à Takahata.
  • Les multiples références aux esprits (Yôkai), contes, mythes, chansons ou jeux japonais qui animent le récit.

Infos complémentaires

La genèse de Pompoko remonte à l’époque de la réalisation de Porco Rosso, où Hayao Miyazaki a proposé à son collaborateur Isao Takahata de créer une œuvre sur les Tanukis. Dans les années 1970, ces deux futurs grands maîtres qui travaillaient alors au studio Nippon Animation (ex- Zuiyo Eizô), situé à Tama, étaient témoins de la déforestation et la construction urbaine. Inspiré par ce fait d’actualité et par les figures mythiques des Tanukis, Takahata a mené des recherches et des interviews sur cette bête ayant peuplé les collines de Tama, ainsi que sur les références culturelles autour des esprits, contes, mythes, chansons ou jeux japonais.

« Pompoko » est l’onomatopée japonaise pour le bruit que les Tanukis produisent en se tambourinant le ventre. Le titre original du film est Heisei Tanuki Gassen Pompoko, littéralement traduit comme « Pompoko, la guerre des Tanukis à l’ère Heisei* » (*l’ère sous le règne de l’Empereur actuel). C’est donc un documentaire fictif dans lequel les Tanukis combattent une grande mutation environnementale et technologique avec leur seule arme : la transformation. Takahata a souhaité que les Japonais s’identifient en ces personnages animaliers.

Certaines scènes de Pompoko avec une vue de la montagne urbanisée sont reprises dans Si tu tends l’oreille, la création suivante du studio Ghibli (réalisé par Yoshifumi Kondô et écrit par Hayao Miyazaki, d’après un manga) qui se déroule elle aussi, à Tama. Notamment, le générique de fin du premier et le générique de début du second ont des paysages identiques. On peut considérer que Si tu tends l’oreille se passe dans le même lieu, après la guerre des Tanukis.

Pour l’élaboration de ses personnages, Takahata s’inspire de ses collègues du studio Tôei Dôga de l’époque. Par exemple, Takahata lui-même est présenté par Shoukichi et Miyazaki, par Gonta.
Dans la scène de la grande opération d’intimidation, on peut trouver des tanukis transformés en d’autres héros de Ghibli : Totoro, Kiki, Marco (de Porco Rosso) ou Taeko.

Pour aller plus loin

Pompoko sur le site Buta Connection (fiches analyse et références sont disponibles) : http://www.buta-connection.net/films/pompoko.php
Si tu tends l’oreille, le film suivant du studio Ghibli, réalisé par Yoshifumi Kondô et écrit par Hayao Miyazaki d’après un manga.

Références de Pompoko
- Figures et contes des Tanukis :
Yashima no Hage-tanuki, Shibaemon-tanuki, Inugami Gyôbu, Danzaburou-danuki, Bunbuku chagama (Bouilloire qui se transforme en chien viverrin), Awa Tanuki Gassen (Guerre des Tanukis à Awa), ...

- Créatures (esprits, divinités, figurines…) :
Karakasa obake, Chôchin obake, Nopperabou, Umi bôzu, Rokurokubi, Gasha dokuro, Tsurube otoshi, Senbiki ôkami, Tengu, Daruma, Fukusuke, Maneki neko, Raijin – Fujin, Shichifukujin, Takara bune, Oni, …

- Contes et légendes :
Hanasaka jiisan (vieillard qui faisait revivre les arbres morts), Kitsune no yomeiri (mariage de renards), Genpei Gassen (Guerre de Genpei), Nasu no Yoichi, Yôkai daisakusen, Hyakki Yakô, ...

- Œuvres d’art :
Anonyme, Chôjû jinbutsu giga, http://www.kosanji.com/chojujinbutsugiga.html
Anonyme, Hyakki yakyô emaki : http://www.angelfire.com/d20/darren_garrison/scrolls.html
KATSUSHIKA Hokusai, Hyaku monogatari (Cent histoires de fantômes)
HAYARAIGÔ, Amida jûgo bosatsu raigô zu : http://www.kyohaku.go.jp/jp/syuzou/meihin/butsuga/item06.html
MIYAZAWA Kenji, Futago no hoshi (Les Astres jumeaux)
TAWARAYA Sôtatsu, Fûjin Raijin zu byôbu : http://www.kyohaku.go.jp/jp/syuzou/meihin/kinsei/item10.html
UTAGAWA Kuniyoshi, Soumano huru dairi : http://www.ccma-net.jp/collection_img/collection_02-15_kuniyoshi.html
UTAGAWA Kuniyoshi, Ryukô daruma asobi : http://img-cdn.jg.jugem.jp/e1e/7521/20100323_1493763.jpg

- Chansons et danse :
Antagata dokosa (chanson-jeu avec un ballon) : https://youtu.be/0JmO8wczk8E
Genkotsuyama no tanuki san : https://youtu.be/0Kfbpp_bmv8
Awa odori (danse d’awa) : https://youtu.be/YRSjvFknAU8

Autres
MIZUKI Shigeru, Dictionnaire des Yôkai, 2015, Pika, 512 p. (dictionnaire illustré par un grand dessinateur de Yôkai)
10 Contes Japonais incontournables : http://www.nipponconnection.fr/10-contes-japonais-incontournables/
Yokai.com (en) : http://yokai.com/
Tanuki sur le site A to Z Photo Dictionary Japanese Buddhist Statuary (en) : http://www.onmarkproductions.com/html/tanuki.shtml
Hyakumonogatari Kaidankai (en) : http://hyakumonogatari.com/category/tanuki-stories/