Porco Rosso

Porco Rosso

Réalisé par Hayao Miyazaki
Durée : 1h33
| 1992 | Japon
Ma note :

Dans l’entre-deux guerres, quelque part en Italie, Porco Rosso vit reclut sur une petite île de la mer Adriatique. Ancien capitaine de l’armée de l’air italienne, il gagne désormais sa vie comme chasseur de primes en combattant les pirates de l’air qui sévissent dans la région. Héros à la classe américaine, ses exploits aériens à bord du « Folgore », magnifique hydravion rouge, en font une légende vivante. Mais Porco Rosso cache une mystérieuse mélancolie. Seule son amie Gina, propriétaire de l’hôtel Adriano, connaît la véritable histoire de Porco Rosso…

Après un succès retentissant au Japon, Porco Rosso est découvert en France à l’occasion de sa sélection au Festival international du film d’animation d’Annecy en 1993, où il remporte le prix du meilleur long métrage. Il s’agit du dernier film de Miyazaki entièrement dessiné à la main avant l’introduction du travail par ordinateur. Ligne claire absolue et puissance des couleurs en font un joyau de mise en scène.


La passion de Miyazaki, fils d’un constructeur d’avions, pour toutes les machines volantes est connue. Ses films charrient les engins volants, des plus réalistes au plus fantasmagoriques, et le vent est un élément central dans son œuvre. Porco Rosso est d’abord un grand film hommage à l’histoire de l’aviation, il évoque particulièrement l’ère des hydravions (titre original du manga dessiné par Miyazaki dont sont tirées les séquences de combat aérien). Avec minutie il recrée l’atmosphère propre à cette époque de l’âge d’or des hydravions, dont l’Italie des années 1920 et son amour du design fut le dernier bastion. Tous les avions qui apparaissent dans le film ont été imaginés par Miyazaki, mais ils sont tous fondés sur des technologies de l’époque, de manière quasi-documentaire.


Porco Rosso est ensuite un grand film d’aventures et de combats aériens. L’occasion pour Miyazaki de laisser libre court à son humour potache et même franchement burlesque. Le gang des pirates qui se fait appeler Les Mamma Aiuto (« Maman au secours »), ou les membres de la coalition des pirates de l’air sont bien plus ridicules qu’ils ne font peur, ce sont au final des marginaux qui, comme Porco, n’ont bientôt plus leur place dans un pays qui devient fasciste. Derrière le burlesque affleure déjà un sous-texte historique et politique plus tragique. Une deuxième guerre se prépare et ce petit coin de paradis ne sera pas épargné. Bientôt les hydravions seront dépassés.


Porco Rosso qui s’ouvre sur une retransmission radiophonique du Temps des Cerises est donc surtout un grand film de la mélancolie et du temps qui passe. Très vite le spectateur n’aura de cesse de se demander pourquoi Porco a une tête de cochon. Dans ce monde si réaliste, cette touche fantastique est le grand mystère du film ! Pour accéder à Marco Pagot derrière Porco Rosso, il faudra en passer par les femmes, Gina et Fio, deux grands personnages féminins de l’univers miyazakien. Le film s’engage alors sur le terrain des amours impossibles, des conflits intérieurs irrésolus, de la jeunesse comme source d’espérance et de renouveau.


Porco Rosso est une œuvre unique, dans un décor qui est le fruit d’une reconstitution minutieuse et quasi documentaire d’un coin paradisiaque d’une Europe entre deux guerres, où se déroule une histoire à la fois mélancolique et burlesque. Au milieu d’une séquence de combat aérien émerge une soudaine poésie ; en parallèle à l’allégorie sur la perte de l’innocence et des idéaux, on trouve un film d’action et d’aventures rocambolesques. L’homme à tête de cochon révèlera-t-il son mystère ? On gardera en tout cas longtemps en mémoire la sublime interprétation du Temps des Cerises par Gina, grand personnage romantique, éprouvée par la perte.

A partir de 7 ans les enfants commenceront à sentir les touches mélancoliques et poétiques au-delà du film d'aventures burlesques. Les plus grands accéderont même à la dimension politique du film.

1
Un classique incontournable du cinéma d’animation
2
Un grand Miyazaki
3
Un récit d’aventures palpitantes à la mélancolie atmosphérique !

Infos complémentaires

La chanson de Clément, Le temps des cerises, intervient plusieurs fois dans le film. Hervé Joubert-Laurencin y consacre un petit chapitre dans son étude du film pour Les Cahiers de notes publiés par Les Enfants de Cinéma : « L’étude des paroles de la chanson écrite par Clément peut déboucher sur une caractérisation du film. Le caractère nostalgique de la musique et du thème des regrets est repris dans le ton du film. L’idée d’un « temps » qui ne dure pas, d’une saison pour les amours ou pour la paix et la liberté, rejoint celle du désir de Porco de planer dans un temps arrêté, de « se mettre en suspens entre ciel et terre » (Miyazaki, mai 1995). Le jeu littéraire qui consiste à inonder la chanson de la couleur rouge (qui passe des « cerises », symboles de l’épanouissement, aux « gouttes de sang » et à « la plaie ouverte ») sans qu’elle ne soit jamais nommée, pas plus que le sens politique du souvenir de la Commune de Paris, donne au film son véritable motif initial. Enfin cette façon de donner un sens politique en creux à un texte est reprise par le film, qui laisse voir, quant à lui, par déplacement et condensation, le porc en chef qui, en 1929, s’agite au sol dans le chaos de l’anarchie du pouvoir : Benito Mussolini. » Hervé Joubert-Laurencin, extrait du Cahier de notes sur… Porco Rosso.

Pour aller plus loin

A lire sur Buta Connection, un site de référence sur le studio Ghibli qui documente en profondeur les œuvres de Miyazaki, les pages consacrées à Porco Rosso : http://www.buta-connection.net/films/porco.php et celle au manga L’ère des hydravions : http://www.buta-connection.net/mangas/porco.php


La page du film sur le site des Enfants de Cinéma : http://www.enfants-de-cinema.com/2011/films/porco-rosso.html


Porco Rosso est inscrit au catalogue du dispositif national Ecole & Cinéma. Retrouvez la fiche "en famille" sur la plateforme Nanouk 

Fiche rédigée par Sarah

Discussion