Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Sherlock Junior

  • De Buster Keaton, Clyde Bruckman, Roscoe Arbuckle
  • 1924
  • 50 min

Voir la fiche technique

Catégorie : La divine comédie   Grands classiques  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Hélène Deschamps Avatar de Hélène Deschamps

Notez ce film

Synopsis

Un jeune projectionniste préfère se plonger dans la lecture de son manuel favori, Comment devenir détective, plutôt que de balayer la salle. Au cours d'une visite chez son amoureuse, il est injustement accusé du vol d'une montre et banni. De retour dans sa cabine de projection, il s’endort… puis il entre dans le film pour résoudre son enquête à merveille !

Voir plus

L'avis de Benshi

Buster Keaton fait partie de la famille des burlesques, comme Charlie Chaplin, Harold Lloyd, Roscoe Arbuckle...
Buster Keaton c'est le petit homme, casse-cou et incassable, au grand visage de pierre… On l’appelait « l’homme qui ne rit jamais », parce qu’il avait bouclé tous ses sentiments derrière son visage. Il s’exprimait avec son corps en entier. Et quel acrobate ! Quel coureur !

Un des plaisirs de Buster Keaton est de jouer avec les machines. Lorsqu’il tient un accessoire à la mesure de sa créativité, il en épuise toutes les possibilités de gags. C’est le cas, dans La Croisière du Navigator, où il est seul à bord d’un paquebot, ainsi que dans Le Mécano de la General, où il conduit une vraie locomotive à vapeur. Et dans Sherlock Junior, sa machine est un projecteur cinématographique, l’occasion pour lui d’explorer les mondes de l’imaginaire, de la réalité et du rêve éveillé, c’est-à-dire du cinéma. Il joue avec ces mondes, les emboîte les uns dans les autres, nous surprend sans cesse en passant de l’un à l’autre. Ses gags atteignent alors une dimension surréaliste.

L'idée de pénétrer dans l’image projetée sera reprise plus tard, différemment, par Woody Allen, dans La Rose pourpre du Caire.

Voir plus

Pour quel public ?

Pour les films de Keaton, en général, 5 ans, ce n’est pas trop tôt ! Même s’il y a des intertitres, d’abord ils sont généralement peu nombreux, et ensuite, ils rajoutent des éléments comiques qui ne sont pas nécessaires à la compréhension de l’histoire.
Pour Sherlock Junior, en particulier, tous les cartons sont quasiment dans les 10 premières minutes. Ensuite, tout est dans les images ! Alors pas d’inquiétude pour la lecture, et laissons-nous porter par la fantaisie et les éclats de rire !

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour le génie comique de cet artiste complet
  • Pour la folle course-poursuite en moto
  • Pour les inventions merveilleuses, les trucs, les acrobaties
  • Pour la poèsie discrète de l'univers de Buster Keaton

Infos complémentaires

L’histoire commence à la toute fin du XIXe siècle, Buster Keaton naît quelques mois avant le cinéma, en 1895. Comme Charlie Chaplin, Buster Keaton apprit tout à l’école du music-hall, sur scène, pendant de longues années. Keaton commença officiellement à l’âge de 4 ans dans le spectacle de ses parents ! 18 ans plus tard, il débuta naturellement au cinéma. Immédiatement à l’aise, dans son élément, il est acteur, et devient rapidement également second à la réalisation. Puis acteur et réalisateur. Devant et derrière la caméra. Nous sommes alors dans les années 1920, l’âge d ’or pour les comiques du cinéma muet. Chaplin, Keaton, Harold Lloyd rencontrent un succès planétaire ! Le monde entier a besoin de rire et le monde entier raffole de leurs films ! Artistes complets, ils savent tout faire, ils inventent et ils osent tout pour faire rire. Leur créativité n’a aucune limite. En deux ans et demi, Keaton réalise 19 courts métrages, puis passe aux longs : des Trois âges au Cameraman, en 1928, 11 chefs d’oeuvre, dont La Croisière du Navigator, Le Mécano de la général, Steamboat Bill Junior…

Pour aller plus loin

Évidemment, les enfants peuvent voir tous les films de Buster Keaton, pas seulement les longs, mais aussi ses courts métrages, où explosent la fantaisie et la magie, avec un souci moindre du réalisme. Ses courts sont des poèmes merveilleux, où les gags sont des inventions visuelles inoubliables. Les cinéastes comiques pensent en gags, comme les poètes pensent en images. Et avec Buster Keaton, les gags atteignent des dimensions fulgurantes et même métaphysiques. Il est possible d’y voir une représentation de l’homme et de sa condition. Avec un plaisir teinté d'attendrissement et de rire.