Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Fiche rédigée par  Anne-Sophie Lepicard Avatar de Anne-Sophie Lepicard

Notez ce film

Synopsis

Ici, le vent fait partie de la routine quotidienne, et tout est chamboulé lorsqu’il cesse de souffler…

Voir plus

L'avis de Benshi

Des enfants qui flottent dans le ciel comme des cerfs-volants, un pongiste qui joue contre le vent, des chevelures comme des étendards… C’est l’univers de ce court métrage, dans lequel le vent est si fort qu’il déplace le centre de gravité des êtres et des éléments. Ce point de départ permet la mise en scène d’un monde poétique et loufoque. Car les personnages se sont tout à fait accommodés de cette situation et ont intégré cette force adverse dans leur quotidien. C’est donc quand le vent tombe, provoquant chutes et déséquilibres, que l’absurde et le burlesque arrivent. On découvre d’ailleurs que le vent est produit mécaniquement par une machine actionnée à la force du poignet. Comme si, avec une certaine sagesse, les personnages avaient décidé qu’il fallait un peu d’adversité pour faire tout tenir debout.

Le réalisateur de ce film de fin d’études, sélectionné et primé dans de nombreux festivals à travers le monde, nous propose ainsi en quelques minutes une fable drôle et très réussie. Elle pourra éventuellement donner à réfléchir, mais on se délectera en tous cas de ses trouvailles de mise en scène, mises en valeur par un graphisme stylisé. Celui-ci, réduit à des éléments simples et géométriques rend de plus le film accessible aux très jeunes spectateurs. Bref, un court qui décoiffe !

Voir plus

Pour quel public ?

A partir de 2/3 ans.

Bonnes raisons de voir le film

  • Un film drôle et loufoque
  • Pour la poésie burlesque de la mise en scène

Infos complémentaires

Le réalisateur explique dans un entretien (en anglais) à retrouver ici, qu’il a été inspiré par des situations où les humains témoignent de leur grande capacité d’adaptation, notamment dans des régions pauvres où ils font preuve d’inventivité en terme d’habitat, avec des maisons construites en carton ou sur l’eau… Il a également été inspiré par les courts métrages Au bout du monde de Konstantin Bronzit et La Maison en petits cubes de Kunia Kato, qui proposent aussi une confrontation avec un élément physique. Et c’est notamment parce qu’il étudiait dans le nord de l’Allemagne et qu’il a eu l’occasion d’observer ses camarades exerçant des sports nautiques en prise avec le vent, qu’il a choisi cet élément pour inventer l’univers de son film.

Pour aller plus loin

Vous pouvez découvrir, sur le site du réalisateur, d'autres films et démos qui témoignent de son goût pour l'absurde, et notamment le court métrage Link réalisé en 2017 : https://www.robertloebel.com/

Le vent a été utilisé dans d'autres films burlesques. On pourra notamment revoir Cadet d'eau douce de Buster Keaton, dans lequel un cyclone donne lieu à de grands moments du genre...