Toutes les fiches films

Films inclus dans l'abonnement

Panique tous courts

  • De Vincent Patar, Stéphane Aubier
  • 2017
  • 42 min

Voir la fiche technique

Catégorie : La divine comédie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Alice Rabourdin Avatar de Alice Rabourdin

Notez cette série

Synopsis

Cowboy et Indien sont de retour pour de nouvelles folles aventures, dans un programme composé de trois films très courts et d'un épisode un peu plus long ! Après Panique au Village, c’est maintenant la Panique tous courts ! Cowboy et Indien se comportent encore et toujours comme des enfants, font plein de bêtises, sont incapables de veiller sur la ferme de leurs voisins en leur absence, et en oublient même le jour de la rentrée scolaire ! Heureusement que Cheval veille sur eux...

Voir plus

Liste des épisodes

L'avis de Benshi

Prenez des jouets d’enfants, animez-les image par image et ajoutez une bonne pincée d’humour déjanté : vous obtiendrez un contraste délirant, mélangeant figurines de l’enfance et dialogues absurdes et rock’n roll, qui plaira aux enfants comme aux adultes.

Ce programme de courts métrages nous rappelle à quel point on aime Vincent Patar et Stéphane Aubier ! Toujours dans le même esprit que Panique au village et Panique chez les jouets, Cowboy et Indien, bien que parfois contre leur volonté, sèment la pagaille derrière eux ! Ces joyeux lurons vivent chez Cheval, à Village, avec comme seuls voisins les fermiers Steven et Janine, et tous leurs animaux. L’action se déroule donc principalement chez Cheval et chez les fermiers, mais aussi dans l’école un peu plus loin (qui a plus une allure de collège dans son fonctionnement, avec un changement de salle et de professeur pour chacune des matières).

La simplicité visuelle séduit automatiquement : les décors bucoliques à l’esthétique épurée sont construits en carton pâte et les personnages ne sont autres que de vraies figurines. Elles sont animées image par image (ou en stop motion), grâce à de petits bouts de pâte à modeler posés sous les socles, ce qui provoque un déplacement saturé, comme si de vrais jouets s’animaient, balançant leur socle de gauche à droite.

En apparence, Cowboy et Indien sont de purs produits de la société de consommation : des jouets pour enfants répondant aux clichés des indiens et des cow-boys. Indien a une grande coiffe de plumes, croise souvent les bras ou tient un calumet de la paix et Cowboy porte une chemise de jean bleue, un pantalon à franges, des Santiags et un chapeau. Cependant, ils sont loin de l’image que l’on se fait de ces personnages américains. Indien ne sait pas tirer à l’arc ni reconnaitre des traces d’animaux, et « dans son accent américain passent tous les accents de la Belgique » (cf. dossier de presse). Cowboy, quant à lui, est un grand peureux, a une toute petite voix, et rate ses cibles avec sa carabine de fête foraine.

Les doublures des personnages sont réalisées par les réalisateurs eux-mêmes, et par Benoît Poelvoorde pour la voix Steven, qui ne parle pas, qui crie ! Les dialogues donnent vie et personnalité à ces personnages de plastique, bien loin des stéréotypes.

N’hésitez donc plus et partagez avec vos enfants un pur moment de rigolade, dynamique et déjanté, en appréciant les différents niveaux de lecture que les contrastes de ce petit programme de courts métrages permettent !

Voir plus

Pour quel public ?

Parce que quelques petits gros mots (de rien du tout) trainent dans les dialogues et que le rythme de ce programme est assez rapide (et un tout petit peu hystérique), nous le recommandons plutôt à partir de 5-6 ans. Sinon, il plaira évidemment aux enfants un tout petit peu plus jeunes.

Bonnes raisons de voir la série

  • Pour rencontrer un cow-boy et un indien qui vivent à la campagne, bien loin du Far West et des stéréotypes.
  • Pour ne pas finir d’être impressionnés par la technique du stop motion et voir les figurines de notre coffre à jouets s’animer.
  • Pour les doublages des personnages, à mourir de rire.

Infos complémentaires

Si Vincent Patar et Stéphane Aubier ont choisi comme personnages principaux un cow-boy, un indien et un cheval, c’est parce que c’étaient les figurines qui existaient le plus sur le marché du jouet, dans différentes positions. Ils ont même fait un appel, au tout début de l’aventure de la série Panique au Village, pour qu’on leur envoie les figurines que nous pouvions avoir dans notre grenier ! Ils ont ensuite fait des moules de leurs personnages, et alors que le plastique était encore chaud, ils ont pu modifier l’orientation d’un bras ou d’une jambe, puis les ont peints. Ils ont aujourd’hui une telle collection de petits personnages, qu’ils se demandent même s’ils ne vont pas en jeter certains, pour gagner du temps lors des futurs tournages. Et oui, avec trop de choix, on se pose beaucoup trop de questions sur quelle figurine choisir et on est tenté d’en recréer d’autres !

Le carton pâte est du carton créé à partir de déchets de cartons et chiffons : une méthode écolo pour créer un décor de film d’animation pas cher !

Petit historique de la série Panique :

Panique au Village, c’est d’abord une série télé de vingt épisodes diffusée sur Canal + en 2003. Vous pouvez voir Le Gâteau, l’épisode pilote qui emballe le public dès 2000, en suivant ce lien. La série a ensuite fait le tour du monde dans des festivals et des télévisions, jusqu’à ce que le Studio Aardman permette la création d’une version anglaise. En 2009, le long métrage du même nom que la série est présenté en sélection officielle du festival de Cannes, reprenant bien évidemment nos chers petits personnages.

Vincent Patar et Stéphane Aubier se sont rencontrés en Belgique, à l’école d’Arts visuels de la Cambre, en 1986. Ils réalisent ensemble leur court métrage de fin d’année, et c’est ainsi que naissent les personnages de Pic Pic le cochon Magique et André le mauvais cheval, qui eux-mêmes ont fait l’objet de plusieurs épisodes. Vous pouvez en voir un ici.

Après le succès de Pic Pic et André et de la série Panique au Village, les réalisateurs travaillent sur de nombreux clips, et notamment celui de Dionysos, de Gisli et de Louise Attaque ! C’est ensuite qu’arrive le long métrage (ici le site officiel) qui passe par les festivals de Cannes, Toronto, Annecy et une cinquantaine d’autres. Nos deux belges créent même une BD aux éditions Dupuis dans le même état d’esprit ! Vous pouvez lire un extrait de la BD ici et ici.

Vincent Patar et Stéphane Aubier travaillent ensuite avec Benjamin Renner sur Ernest et Célestine, qui sort en 2012.

En 2014, le moyen métrage La bûche de Noël, toujours avec Indien et Cowboy, sort au cinéma dans le programme Panique chez les jouets. En voici un extrait.

Pour aller plus loin

Vous pouvez aller sur le site du distributeur Gébéka pour télécharger les superbes dossier pédagogique et dossier de presse, à lire absolument !