Mélodies des bois

  • Filip Diviak

  • 15 min

  • 2022

  • République tchèque

Synopsis

Un mystérieux musicien arrive en ville. Malgré la douce mélodie qui l’accompagne, il n’est pas accueilli à bras ouverts par la princesse. Il se réfugie alors dans une forêt qui lui réserve bien des surprises…

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Mélodies des bois nous plonge dans un conte médiéval inventif qui nous en apprend beaucoup sur la solidarité et la différence. Sous des abords classiques - la princesse rêve du grand amour et le musicien est traité tel Quasimodo, comme une bête curieuse -, le court métrage du réalisateur tchèque Filip Diviak interroge le monde qu’il dépeint et entame sa déconstruction. Allant de ville en ville pour partager son art, le troubadour subit les préjugés du fait de sa différence. Face à la superficialité et au décalage de classe, le troubadour est contraint de fuir la ville pour trouver refuge dans la forêt, comme tant d’autres avant lui (La Belle au bois dormant, Blanche-Neige, Le Peuple loup, Brendan et le secret de Kells). Les habitants de la forêt sont ici des alliés et les clins d'œil à d’autres œuvres sont nombreux. Bientôt, le héros et la forêt entrent en communion, arbres, plantes et animaux dansant au son de la musique du troubadour. Mélodies des bois questionne ainsi la manière de trouver sa place, en tissant une véritable ode à la nature, lieu de partage et de cohésion. 

Tout comme dans Le Gnome et le nuage, deuxième film du réalisateur, l’humour se situe dans les détails : du valet conduisant un carrosse sur lequel est perchée une tour, à la tasse « meilleur sans-abri », en passant par un curieux volatile produisant des sonorités étonnantes. Filip Diviak trouve toujours une manière imagée de faire comprendre les émotions profondes, à l’image du cœur de la princesse se dégonflant à la découverte du visage du musicien. Avec son trait fin et doux, l’animation fait corps avec la musique, inventive et expressive. Et même si les paroles sont absentes, les sonorités celtiques se font le relai de la narration. Mandoline, bodhran et tin whistle créent du lien : la musique, jouée avec le cœur, est cathartique et magique. Grâce à elle, le musicien n’est pas le seul à faire du chemin et la princesse apprend bien vite le consentement, le respect et la rédemption. Dans ce conte poétique, la morale est simple : il ne faut pas se fier aux apparences et surmonter ses préjugés.

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Mélodies des bois conviendra parfaitement aux enfants de 6 ans et plus, avec la finesse de son intrigue, la beauté de sa musique et la profondeur de son message.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film :

  1. L’histoire sans paroles particulièrement expressive
  2. L’univers médiéval fictionnel et inventif
  3. Le travail du son et la beauté de la musique celtique
  4. L'humour caché dans les détails
Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Quelques informations sur le réalisateur, Filip Diviak Filip Diviak a également réalisé Le Gnome et le Nuage avec Zuzana Čupová, pendant ses études au Studio des Arts Animés de l’université Tomas Bata de Zlin, en République tchèque, et Le Réveilleur (2018). Les deux courts métrages sont disponibles sur Benshi.

Troubadours et ménestrels Le héros de Mélodies des bois est sûrement un troubadour. Sais-tu ce que c'est ? C'est la version médiévale d’un compositeur. En plus de jouer des airs musicaux comme le ménestrel, il écrit également des morceaux qui racontent des histoires d’amour et de chevalerie, tout en vers et en poésie. Il va de ville en ville pour trouver l’inspiration mais aussi divertir les passants, seigneurs et princesses. Même si le court métrage est sans parole, on imagine très bien les histoires que peuvent raconter ses morceaux aux intonations celtiques. Bodhrans, bombardes, tin whistles et cornemuses sont au rendez-vous. Tends bien l’oreille, tu pourras peut-être les reconnaître !

Voyager au cœur du monde médiéval Mélodies des bois n’est pas le seul court métrage à mettre en scène le Moyen-Âge ! Le Vent dans les roseaux raconte aussi la musique, la censure et le rejet. Princesse Dragon, Le Peuple loup et Brendan et le secret de Kells mêlent le fantastique et l’opposition entre deux mondes. La Belle au bois dormant est un conte de princesse plus classique qui n’oublie pourtant pas d'intégrer sorcière, dragon et gobelins à son intrigue.

Ouvre l’œil ! Dans la forêt, cinq animaux observent le musicien endormi : un sanglier, un écureuil, un cerf, un renard et un raton laveur. Ils se déplacent en se faisant la courte échelle. Ne te rappellent-ils pas une autre histoire ? Les Musiciens de Brême est un conte allemand des frères Grimm. Il raconte le périple de quatre animaux rejetés par leurs maîtres qui découvrent une maison habitée par des voleurs. Pour se débarrasser de ces derniers, ils élaborent le plan parfait : une nuit, en grimpant sur les épaules les uns des autres et en poussant chacun des cris différents, ils effraient les voleurs qui fuient, laissant la maison abandonnée à leurs bons soins. L’union fait la force !

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :