Dimitri à Ubuyu

  • Fabien Drouet Agnès Lecreux

  • 26 min

  • 2014

  • Belgique France Suisse

Synopsis

Alors qu’il migre vers le Sud avec ses parents, Dimitri, un jeune passereau, se retrouve esseulé au milieu de la plaine africaine d’Ubuyu. Sa solitude ne dure pas longtemps car vivent là des animaux curieux et bienveillants qui l’aideront à retrouver son chemin.

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Dans ce récit initiatique, un petit oiseau, qui d’ailleurs n’est pas « petit », mais « moyen » comme il le rappelle avec fierté et aplomb à ses parents, se perd à la faveur d’une tempête. « À la faveur » pourrions-nous dire car, si dans un premier temps l’événement a quelque chose de tragique, Dimitri se révèle très vite être d’un entrain et d’un optimisme contagieux. Une plume de sa mère entre ses pattes telle une amulette, il puise judicieusement dans l’énergie de ceux que le hasard a mis sur son chemin pour imaginer des solutions. Makeba, une girafe maternelle et rassurante, Oko et Pili, un zèbre et un lémurien chaleureux, Habibi, une autruche qui court et parle plus vite qu’elle ne pense et même Latyr, le babouin sorcier peu commode se joignent à Dimitri dans la quête qu’il mène pour retrouver ses parents. Unissant leurs forces, les animaux de la savane parviendront à remettre Dimitri dans le droit chemin malgré quelques obstacles.

À leur contact et face à l’épreuve, ce dernier grandit et devient à même de choisir sa destinée. Avec délicatesse et légèreté, Dimitri à Ubuyu apprend aux plus petits que l’autonomie se situe toujours sur un fil tendu entre les autres et soi-même. Réalisés en mousse de latex avec des squelettes métalliques, les personnages de ce court-métrage réalisé par Agnès Lecreux et Fabien Drouet allient la modernité du numérique et le charme de l’animation de marionnettes artisanale. La facture esthétique du film le rapproche presque d’une animation 3D et pourtant, on sent bien la douceur du stop-motion dans le rythme du film et dans les expressions de visage des personnages. Porté par un casting de voix convaincant et des musiques qui nous font voyager au cœur du continent africain, ce court-métrage saura émouvoir les jeunes enfants qui s'identifieront sans peine à la figure à la fois réaliste et positive de Dimitri.

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Ce court-métrage est accessible aux tout-petits dès 3 ans et sera apprécié par les enfants jusqu'à 6-7 ans.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film :

  1. Une très jolie animation en stop motion
  2. Un film porté par des valeurs d'autonomie et de solidarité
  3. Une manière d'aborder la notion de migration avec les enfants
Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Un mot sur la technique du film : les personnages du film sont des marionnettes animées en stop-motion. Cette technique consiste à décomposer le mouvement des personnages image par image : un appareil photo prend une série de photographies et les restitue en 12 images par seconde, créant ainsi l’illusion du mouvement. Sur une journée, deux équipes d’animation se relaient pour filmer en moyenne 7 secondes de film.

Un mot sur les réalisateurs du film : Agnès Lecreux et Fabien Drouet ont tout deux réalisés plusieurs films avant Dimitri à Ubuyu. Agnès Lecreux a inventé le personnage de Dimitri alors qu'elle était étudiante. Il voit le jour pour la première fois dans un livre qu’elle crée pour son diplôme de fin d’études à l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art Olivier de Serres. En 2009, elle effectue un stage au studio Vivement lundi !. La société de production lui propose alors d’adapter son projet en stop motion. Dimitri à Ubuyu est d’abord une série de plusieurs épisodes de 5 minutes. Puis, vient ce court-métrage de 25 minutes. Fabien Drouet, auteur, réalisateur et chef opérateur en cinéma d’animation, qui a notamment réalisé le court métrage Ponpon, finaliste du Cartoon d’or en 2001, coréalise le film avec Agnès Lecreux. Tous deux sont également accompagnés de Ben Tesseur et Steven de Beul à la réalisation. Ces derniers travaillent pour la société Beast Animation qui co-produit le film.

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :