Drôles d'oiseaux

Synopsis

Elie, 10 ans et demi, jeune fille timide mais également grande lectrice, habite à Saumur avec sa maman. Passionnée d’ornithologie, sa rencontre avec Anna, la documentaliste du collège, lui fait découvrir une île, véritable sanctuaire pour les oiseaux. La voilà embarquée dans une grande aventure du quotidien !

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Drôles d’oiseaux est une douce découverte des merveilles du quotidien d’Elie, grande lectrice et passionnée d’ornithologie. Tout juste entrée au collège de Saumur, c’est une jeune fille solitaire et un peu à contre-courant, plus intéressée par l’observation du monde que par les cancans de ses camarades.

En accord avec son personnage, la réalisatrice Charlie Belin fait ressortir toute la beauté de l’anodin grâce à son trait fin et ses teintes pastel, porteurs du souvenir de Sempé. Sous son coup de crayon, la faune et la flore de l’île Souzay prennent vie. Refusant d’emprunter une voie trop didactique, la découverte passe ici par l’observation : c’est en prenant son temps que se font les belles rencontres. Quelle surprise, alors, de voir surgir geais, hérons et balbuzards pêcheurs ! Fidèle compagnon de route, le son en dit aussi long, étendant l’espace bien plus loin que notre vision.

En filigrane, Drôles d’oiseaux est également porteur d’un véritable discours écologiste. Chaque découverte souligne la beauté et la préciosité de ce qui entoure son personnage. Chaque observation met en évidence la capacité d’adaptation des espèces avoisinantes. Et surtout, chaque rencontre montre l’importance de la préservation de cet environnement. Avec Elie, nous apprenons une belle leçon, celle d’oser prendre le chemin de l’aventure. D’autant plus quand il passe près de chez soi !

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Drôles d’oiseaux prend le temps de la contemplation, à l’image de son héroïne Elie. Un rythme qui conviendra parfaitement aux spectateurs de 6 ans et plus.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film :

  1. Pour aller à la rencontre d’Elie, une jeune fille passionnée
  2. Pour découvrir la nature saumuroise
  3. Pour en apprendre plus sur nos voisins des airs
  4. Pour la beauté du son qui accompagne la balade d’Elie
Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Quelques mots sur la réalisatrice… Avant Drôles d’oiseaux, la réalisatrice Charlie Belin a réalisé deux autres courts-métrages : Blanquette (2015) lors de ses études à La Poudrière, une grande école d’animation à Valence, et Le Coin (2015) qui fait partie du programme Apollinaire - 13 films-poèmes (2016), que tu peux retrouver sur Benshi. Elle a également travaillé sur les peintures à l’huile de La Traversée (2020) de Florence Miailhe. Elle développe Drôles d’oiseaux lors d’une résidence à l’abbaye de Fontevraud, un lieu consacré à la création animée (à quelques kilomètres de Saumur !). On y découvre qu’elle a peint tout le scénario du film sur des rouleaux de caisse !

Inspirations du quotidien pour Drôles d’oiseaux, Charlie Belin reprend une technique d'animation semblable à celle de son court-métrage Le Coin. Sur fond blanc, son trait noir fin est complété par des couleurs pastel rappelant l’aquarelle. Elle s’inspire du quotidien, de son environnement et de souvenirs pour donner vie à l’aventure d’Elie. Peut-être ce style te rappelle-t-il un autre dessinateur ? L’un des papas du Petit Nicolas (avec l’écrivain René Goscinny), l’illustrateur Sempé, utilisait aussi une technique proche du croquis. D’ailleurs, as-tu remarqué quelle bande dessinée lit Elie au CDI ? La Galère d’Obélix de Goscinny et Uderzo !

Tout part d’une île « Ce film est né de la découverte de l’île de Souzay en écoutant à la radio l’histoire d’un frère et une sœur raconter leur enfance dans ce lieu sauvage près de Saumur, leur rapport au fleuve, les contraintes et les joies de la vie insulaire. À force de l’écouter, j’ai eu envie de m’y rendre pour mettre des images sur ces sons », explique Charlie Belin. Tu peux retrouver la carte de l’île aux oiseaux ci-dessous.

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux ! Comme Elie, la réalisatrice Charlie Belin a passé beaucoup de temps à observer les oiseaux avec des ornithologues pour être au plus près de son sujet ! Dans son travail, elle recherche le naturalisme, une très grande proximité avec la réalité. C’est pour cela que ses dessins d’animaux et les sons qui accompagnent la promenade d’Elie sont très ancrés dans le réel. En véritable petite ornithologue, son héroïne s’applique à observer et dessiner les oiseaux. Pour se documenter, elle lit une revue que tu connais peut-être : La Hulotte, une véritable mine d’or sur la nature qui t’entoure !

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :