Le Loup Boule

  • De 

    Marion Jamault

  • 2016

  • 3 min

  • Belgique

Le loup boule, cette créature atteinte de « rondouille aiguë » et touchée par le syndrome de la quenotte fantôme, a enfin trouvé le moyen de se remplir la panse : dévaler la colline en roulant à toute vitesse et avaler tout ce qu'il trouve sur son passage…

Voir plus

L'avis de Benshi

Le loup boule est une créature aux formes géométriques : des oreilles-triangle, un ventre-boule tout rond, des pattes droites comme des i, de grands yeux noirs au-dessus desquels se logent de bien épais et expressifs sourcils verts. Habillé d'un beau bleu cobalt et d'un long museau rectangulaire coloré d'un nez de clown rouge, le loup boule est définitivement une bien étrange bête ! Mais il n'est pas seul, il fait partie d'une meute sur laquelle veillent des fées. Avec des couleurs le plus souvent vives et les effets de collage des personnages, le film entretient des liens étroits avec la peinture : on peut par exemple reconnaître des yeux cubistes dans le style de Picasso sur un des loups.

La visionneuse qui fait défiler les diapositives d'un falafel, d'un nez de clown, d'une pleine lune, ou encore d'un petit pois, en les rassemblant dans la même famille que celle du loup boule, celle des organismes atteints de « rondouille aiguë », donne d'emblée le ton du film, décalé et impertinent. Avec ce personnage atypique, mais aussi sa fée, cette « feignasse » moustachue habillée de drôles de bottes rouges qui vit dans sa maison en haut de la colline, ou encore les moutons, chats, poissons aplatis comme des crêpes par le loup qui arrive à toute vitesse en leur roulant dessus, l'univers du film est placé sous le double signe de la fantaisie et de l'humour. Quand, pour dévaler et engloutir plus vite encore, le loup boule troque sa maison perchée en haut de la colline contre la Tour Eiffel, toujours au son d'une délirante musique country, le sourire du spectateur se transforme en fou rire. Cet humour malicieux est présent jusque dans le générique de fin où un cadre laisse apparaître « l'authentique » loup boule. Ce clin d'œil au genre du « documenteur » (faux documentaire), la voix off et les voix des personnages au ton ironique et aux accents étrangers, apportent une saveur supplémentaire au film.

Si vous aimez les films au style graphique et voir des loups boule tout avaler, ce court métrage est fait pour vous !

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

L'humour impertinent du film, ses formes géométriques et colorées pourront être appréciées dès 3 ans.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons

  1. Pour découvrir un court métrage d'animation au style graphique coloré et créatif
  2. Pour rencontrer une étrange créature, un loup boule atteint de « rondouille aiguë » et du syndrôme de la quenotte fantôme
  3. Pour sourire et rire de l'humour impertinent qui habite un film qui mettra tout spectateur grincheux de bonne humeur !

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Marion Jamault a suivi la formation de l'Ecole nationale supérieure des arts visuels de la Cambre, une école implantée à Bruxelles, en Belgique.

Film de fin d'étude, le court métrage Le Loup boule a été sélectionné dans de nombreux festivals : Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, Côté Court à Pantin, Premiers Plans à Angers (Programme Les Courts des Petits). Il a obtenu le Prix jeune public aux Rencontres Internationales Sciences et Cinémas (RISC) à Marseille.

Le Loup boule a également reçu le Prix du Public au festival européen du film court de Brest.

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :

Réalisateur

Marion Jamault