Los Días de los muertos

  • De 

    Pauline Pinson

  • 2017

  • 8 min

  • France

Gonzalo, mort depuis peu, retourne chez sa femme Séléné à l'occasion de « Los Días de los muertos » (les Jours des Morts). Alors qu'il espérait manger des burritos et des beignets aux patates, il découvre que Séléné lui a cuisiné un poisson microscopique…

Voir plus

L'avis de Benshi

Quelle histoire absolument rigolote, alors que nous sommes au plus près des morts, des tombes et des squelettes !

Vif, coloré, chantant et joyeux, le film nous embarque dans une drôle de fête des morts, extrêmement drôle. Comme tous les ans, à la lumière du jour, les familles se retrouvent au cimetière, les tombes sont refleuries, le recueillement est de mise. Mais au lieu d'être triste, l'ambiance est plutôt au plaisir des retrouvailles. Il ne s'agit pas de pleurer les morts, mais au contraire d'honorer ce qu'ils sont pour les vivants, et quoi de mieux pour cela que de festoyer !

Un guitariste un peu farfelu, en tutu indien et au chapeau rouge, ouvre le bal avec une chanson. Ses paroles sont importantes car elles nous font comprendre combien la tristesse ne doit pas être notre seule manière de nous souvenir de nos disparus. Comme un conteur, il nous explique ce qui va suivre. Durant trois jours, c'est la fête des morts alors soyons prêts à s'amuser ! Tout le monde prépare la fête, la ville se pare de lampions colorés, les stands sont bien installés pour le banquet. Que de gâteaux et de douceurs à savourer, il y a même des pâtisseries en forme de crâne ! La nuit approche, c'est l'heure du réveil pour nos amis les morts. Ces charmants squelettes ont chacun leurs personnalités et costumes, allant du veston rose fushia à la perruque violette. Mais voilà qu'un pauvre mari mort commence à se disputer avec sa femme. Elle refuse de lui servir de bons plats, il n'a droit qu'à quelques pois verts et un demi yaourt ! Elle se sent coupable : peut-être que c'est sa cuisine si riche d'autrefois qui a causé la mort de son mari… Cette histoire burlesque entre un époux décédé et sa veuve toute contrite nous dit combien la culpabilité est un faux ami. Il s'agit de se réconcilier, avec soi comme avec ses morts… Heureusement le conflit va se résoudre, comme dans la vie ! Les morts retrouvent leurs tombes, après une joyeuse file indienne dansante dans les rues de la ville. Rendez-vous dans un an pour se retrouver.

En mettant à l'honneur cette fête typique de la culture mexicaine, Pauline Pinson nous invite à dédramatiser la mort, qui peut nous faire si peur. Alors qu'elle est inscrite dans le cycle de la vie, la mort touche toutes les familles, et le plus simple serait d'en parler avec douceur. Ce film court est une petite pépite qui invite au dialogue avec les plus jeunes.

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Dès l'âge de 7 ans.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons

  1. Pour sa joie et sa bonne humeur
  2. Pour aborder sans peur la mort de nos chers disparus
  3. Pour rire de la scène de jalousie entre un squelette et une sacrée bonne femme !

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

La cinéaste Pauline Pinson explique son intérêt pour les squelettes...

« Chaque automne au Mexique, les vivants invitent les morts à les rejoindre au cours d'une fête. Ils reviennent chez eux pour quelques heures, partager un repas et réchauffer leurs ossements refroidis avant de retourner dans le monde des morts. Ce qui m'intéresse particulièrement c'est que, pendant ces trois jours où les morts rendent visite à leurs proches, leur statut est provisoirement égal à celui des vivants, défiant pour quelques heures le caractère irréversible de la mort. »

Trois prix pour un film court

Outre une large sélection dans de nombreux festivals, le film a reçu le Prix du jury professionnel 2018, compétition Mezzo, au Festival Plein La Bobine, le Prix des écoles 2018, au Festival Européen du film court de Brest et plus récemment en février 2019, le Prix du Public du festival Ciné-Junior, le festival incontournable du cinéma pour les jeunes.

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :

Réalisateur

Pauline Pinson