Merrie Melodies : Les Trois Petits Cochons

  • Fritz Freleng

  • 7 min

  • 1943

  • États-Unis

Synopsis

Le premier petit cochon construit sa maison en paille, le second en bois et le troisième en briques... C'est sans compter sur le loup prêt à tout pour les dévorer et la folie du cartoon qui nous emmène dans une version déjantée du célèbre conte !

Voir plus
Voir moins

L'avis de Benshi

Version décapante du conte traditionnel, Les Trois Petits Cochons est introduit par un loup en queue-de-pie qui nous présente doctement le film en précisant que l’histoire va se dérouler sur la musique des Danses hongroises de Brahms. On entre ainsi de plain-pied dans l’univers loufoque et absurde des Merrie Melodies, série de dessins animés réalisée pour la télévision et destinée à mettre en valeur le catalogue musical des studios Warner. Et c’est en effet sur le rythme endiablé de ces Danses que le loup poursuit nos trois héros dans une succession burlesque d’allers-retours, de chocs, de chutes et de travestissements, puisque le prédateur se déguise en gitane puis en pauvre mendiante… On ne le voit plus souffler sur les maisons en paille et en bois (ou ici, de façon parodique, en allumettes !) ni finir dans une marmite d’eau bouillante, mais s’élancer dans un ascenseur piégé et utiliser un phonogramme pour tromper ses proies. Cette version moderne des Trois petits cochons prend ainsi de grandes libertés avec le conte original,  afin de dynamiser le récit… voire de le dynamiter, pour notre plus grand plaisir !

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

A partir de 4 ans et sans restriction d'âge, le plaisir du cartoon pouvant s'apprécier toute la vie ! 

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons de voir le film
  1. Pour une version décapante du conte traditionnel
  2. Pour l'utilisation comique et ludique des Danses hongroises de Brahms
  3. Pour plonger dans l'univers des cartoons hollywoodiens

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Merrie Melodies vs Disney

Cette version des Trois Petits Cochons proposée par les Merrie Melodies fait aussi écho de manière parodique à celle réalisée par les studios Disney dix ans auparavant, en 1933. A cette époque, Walt Disney commence à adapter des récits de la culture européenne, source d'inspiration qui sera également à l'origine du premier long métrage des studios Disney avec Blanche-Neige (1937), et qui ne cessera ensuite d'alimenter leurs productions. Dans ce contexte, il est important de se distinguer en offrant une version décalée et véritablement cartoonesque du conte. Cette approche se retrouve bien sûr chez le célèbre animateur Tex Avery, lui-même auteur de certains Merrie Melodies, et qui réalise la même année une version déjantée du Petit Chaperon rouge (Red Hot Riding Hood) produit par la Metro-Goldwin-Meyer. 

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :