Père et fille

  • De 

    Michael Dudok De Wit

  • 2000

  • 9 min

  • Pays-Bas

    ,

    Belgique

    ,

    Royaume-Uni

Un père dit au revoir à sa fille et s'en va. Elle attend son retour des jours, des saisons, des années…

Voir plus

Catégories:

Mots-clés :

L'avis de Benshi

Dans un paysage à l'horizon bas et aux teintes sépia, telle une vieille photo oubliée, deux silhouettes à vélo s'avancent lentement : un père et sa petite fille vont se quitter sur la berge d'un polder, le premier s'éloignant peu à peu à bord d'une barque… Père et Fille, chef-d'œuvre de l'animation contemporaine récompensé par l'Oscar du meilleur court métrage d'animation, nous conte l'histoire d'une séparation et de l'attente d'un retour, qui va durer le temps d'une vie. Ce temps qui s'écoule est symbolisé par la roue du vélo sur lequel la petite fille devenue jeune femme, mère, puis vieille dame, revient au même endroit scruter l'horizon. La roue tourne comme une horloge mais aussi comme le cercle qui lie irrémédiablement le père et sa fille. Jouant ainsi de ces formes graphiques simples, ligne et cercle, mais aussi des vides et des pleins ainsi que des nuances infinies que permet la technique du lavis (qui consiste à diluer plus ou moins une couleur afin d'obtenir des dégradés), le réalisateur néerlandais Michaël Dudok de Wit met en scène avec beaucoup de sensibilité cette histoire d'amour filial. Si celle-ci se passe de paroles et de bruits, elle est accompagnée par une composition originale jouée au piano et à l'accordéon et basée sur le principe de la ritournelle : le thème musical revient de même que les personnages finiront par se retrouver… Un film magnifique à regarder plus que jamais avec ses enfants pour en partager l'émotion !

Voir plus
Voir moins

A partir de quel âge

Le film peut être vu sans problème à partir de 6 ans mais les enfants en apprécieront sans doute mieux la symbolique et la profondeur vers 7 ans.

Voir plus
Voir moins

Les bonnes raisons

  1. Pour découvrir un grand auteur de l'animation contemporaine
  2. Pour la beauté de l'univers graphique
  3. Pour la poésie délicate et mélancolique du film

Voir plus
Voir moins

Informations complémentaires

Comme pour son court métrage Le Moine et le Poisson à découvrir sur Benshi, le réalisateur a dessiné à l'encre de Chine directement sur les cellulos (feuilles plastiques sur lesquels on peint les différents éléments d'un dessin animé et qu'on peut ensuite superposer). Il les a ensuite positionnés sur des décors aquarellés. Ceux-ci, avec leur horizon bas et leurs grands ciels, sont directement inspirés des paysages de polders qu'on trouve aux Pays-Bas, où le réalisateur faisait du vélo lorsqu'il était enfant.

Voir plus
Voir moins

Rédigé par :

Réalisateur

Michael Dudok De Wit