Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Fiche rédigée par  Mathilde Boissel Avatar de Mathilde Boissel

Notez ce film

Synopsis

Il y a bien longtemps, deux enfants étaient bercés par la même femme. Azur, blond aux yeux bleus, fils du châtelain, et Asmar, brun aux yeux noirs, fils de la nourrice. Elevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement. Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djinns que lui racontait sa nourrice, n'aura de cesse de la retrouver, au-delà des mers. Les deux frères de lait devenus grands partent chacun à la recherche de la Fée. Rivalisant d'audace, ils iront à la découverte de terres magiques, recelant autant de dangers que de merveilles...

Voir plus

L'avis de Benshi

Michel Ocelot est célèbre pour avoir réalisé les contes animés Kirkou et la Sorcière, ou encore Princes et Princesses. Avec Azur et Asmar, il choisit pour la première fois d’utiliser la technique 3D, et cela en a surpris plus d’un. Il aura fallu six ans de travail pour qu’avec brio lui et toute son équipe recréent son univers, au style si particulier qui n’appartient qu’à lui ; et auquel le relief ainsi que la texture apportés par cette technique insufflent quelque chose de nouveau. L’artiste désirait être proche de la réalité historique et géographique, et s’est donc énormément documenté. Pour représenter les monuments, la végétation luxuriante, et les costumes du Moyen-Âge, en Orient et en Occident, il s’est inspiré de livres, d’objets d’arts de l’époque (flamands, turcs, perses, andalous, maghrébins, etc.), de photographies, et même de ses voyages dans différents pays du Maghreb, en Andalousie, ou sur les côtes méditerranéennes, en ce qui concerne les villages d’Orient. Ce qui ne l’a pas empêché de prendre des li­bertés par ailleurs, d’autant plus qu’il n’existe pas d’images du Maghreb entre l’époque antique et le XVIème siècle, pour cause d’interdits religieux. En fait, il souhaitait montrer que ces endroits à l’architecture et la nature paradisiaques, existaient bel et bien sur Terre. Aussi, les à-plats de couleurs vives, très esthétiques, peuvent rappeler le style des affichistes d’entre-deux-guerres. Son graphisme très travaillé, et tout en minutie, accumule les détails et ornementations. Mais il est aussi d’une simplicité poétique.

C’est onirique, et fabuleux, on pénètre ainsi dans l’univers du conte imaginé par le réalisateur. Entre deux civilisations qui ne veulent pas s’entendre, des individus s’estiment, se respectent, et s’aiment, « par-dessus les barbelés ». Dans une quête initiatique à la recherche de la Fée des Dijnns, les deux « frères » traverseront des territoires magiques, y rencontreront des êtres merveilleux qui nous enchantent par leur beauté : le Lion écarlate aux griffes bleues (imaginé par le réalisateur), le Saïmourh (un oiseau mythique de contes persans), les Djinns (êtres légendaires orientaux, sans représentation iconique, donc figurés par l’artiste). Le traitement du son est également intéressant. La bande originale est composée par Gabriel Yared, d’origine libanaise, un grand musicien de cinéma, qui nous offre ici de belles mélodies, aux accents orientaux, qui nous transportent ; notamment cette berceuse chantée en arabe par une femme à la voix claire et douce. Le film est métissé, entre langue française et langue arabe, non sous-titrée, ou traduite par un personnage : cela peut surprendre de ne pas comprendre certaines phrases. Mais nous avons un peu l’impression d’être à la place d’Azur, en voyage, à la découverte d’une culture qui nous est inconnue et charmante. Michel Ocelot a donc essayé de nouvelles manières avec ce film. Une nouvelle technique, une nouvelle langue, une représentation de la culture islamique dont la richesse est parfois méconnue, au cœur d’une histoire de fraternité. Le tout traité avec une poésie et des images qui émerveilleront toute la famille.

Voir plus

Pour quel public ?

Visible dès 5 ans, ce film subtil prend toutefois toute sa saveur autour de 7-8 ans.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour la beauté des graphismes si colorés, détaillés, poétiques
  • Pour découvrir un conte orginal qui vous fera voyager
  • Pour rencontrer Crapou, un personnage farfelu et parfois antipathique, mais finalement drôle et très attachant

Infos complémentaires

Six ans de travail ont été nécessaires à la réalisation de ce film. Il y a d’abord la conception (trouver son sujet et l’écrire) ; viennent ensuite le travail de documentation et de dessin. Pour une centaine de personnages bien visibles, Michel Ocelot a dessiné les principaux modèles d’animation (chaque personnage de face, trois-quarts, profil, trois-quarts dos, dos, plus quelques expressions et attitudes principales). Pour les deux cents figurants, le réalisateur s’est fait aider. Parallèlement, il a élaboré tout le film sous la forme d’un storyboard, qui définit tout ce qui se passera à l’écran. Cela lui prend un an. Puis une équipe réduite de collaborateurs a participé à la mise en place de l’animation pendant deux ans (cadrage de l’image, principales positions des personnages dans l’image, l’esquisse des décors, l’indication des dialogues, mouvements de caméra, plan par plan). Viennent ensuite la création des décors, puis la mise en forme numérique des personnages, et l’animation proprement dite, qui a pris un an et demi. Et on termine par la post-production, quelques mois.

Pour aller plus loin

Le « kit presse » téléchargeable sur le site du distributeur (dossier de presse, images du film, et coloriages)
http://diaphana.fr/film/azur-et-asmar

Azur et Asmar est inscrit au catalogue du dispositif national Ecole & Cinéma. Retrouvez la fiche "en famille" sur la plateforme Nanouk