Des trésors plein ma poche

Des trésors plein ma poche

Réalisé par Collectif
Durée : 35 min
| 27 septembre 2017
Ma note :

Petit homme ou petite bestiole, depuis une boîte minuscule, dans l’océan ou sur des collines enneigées, et… en musique ! les personnages des six courts métrages du programme Des trésors plein ma poche partent à la rencontre du monde et de l’autre. Des plaisirs et aventures à savourer par les tout petits spectateurs, dès 3 ans.


Le Petit Bonhomme de poche
Ana Chubinidze - Russie - 7 min 30
Que voit et que découvre un petit bonhomme qui vit dans une minuscule boîte sur le trottoir d’une grande ville ?

Toile d’araignée
Natalie Chernysheva - Georgie - 4 min 5
Quand une araignée curieuse et bien habile de ses pattes rencontre une vieille dame aux doigts de fée, la toile prend des allures de dentelle !

Le Dragon et la musique
Camille Müller - Suisse - 8 min 26
Une jeune princesse et un dragon ont une passion commune, la musique. Mais attention, pas n’importe quelle musique, et que cela plaise ou non au roi !

A tire d’aile
Vera Myakisheva - Russie - 5 min 45
Une jeune demoiselle veut voler, voler… par-dessus tout !

Le Nuage et la baleine
Alena Tomilova - Russie - 3 min 35
Un nuage rencontre une baleine, et hop !  C’est le début d’une jolie aventure.

La Luge
Olesya Shchukina - Russie - 4 min 19
Les pistes enneigées semblent bien périlleuses pour un jeune et curieux écureuil qui voudrait les parcourir à la luge.

Un homme miniature, une araignée couturière, un dragon mélomane, une fillette qui veut voler, un petit nuage qui cherche l’amitié d’une baleine, et un écureuil aventureux : les personnages du programme de courts métrages intitulé Des trésors plein ma poche, tous différents ou en marge, par leur talent, leur petitesse ou leur curiosité, permettent d’aborder les thèmes de la rencontre et de la différence. Si la question de l’apprentissage est omniprésente dans ce programme, c’est à travers des jeux de contrastes et d’oppositions, de points de vue et de rapports d’échelle.


Comme dans la plupart des films jeunes publics, l’anthropomorphisme joue un rôle important pour permettre aux enfants de s’identifier aux personnages. Chaque aventure vécue devient ici la métaphore d’un certain rapport au monde. Ainsi, solidarité et hommage à la différence, curiosité piquée de poésie, mais aussi peur dépassée sont au cœur du programme : on peut penser à l'écureuil de La Luge, à l’homme cacahuète du premier film ou encore à l’araignée qui tisse sa toile et qui, attirée par les travaux de couture de sa vieille dame de locataire, va voir cette rencontre se transformer en une poétique et curieuse collaboration.


La dimension de récit initiatique s’exprime dans ce programme à travers un réseau de contrastes et d’oppositions que l’on retrouve à la fois dans chaque film, mais aussi de film en film, correspondances symboliques d’une amitié qui va naître. Les deux courts métrages les plus représentatifs de cette trajectoire sont Le Petit Bonhomme de poche et Le Nuage et la baleine : ce que ramasse le petit homme ne prend vraiment sens que quand il le partage avec plus grand que lui, d’autant plus quand une infirmité rend ce dernier plus fragile. On a toujours besoin d’un plus petit que soi, comme disait La Fontaine ! Quand le nuage rencontre la baleine, ce sont aussi deux formes, deux nuances de la couleur bleue, deux types de dessin, mais quand l’amitié est scellée, le nuage devient comme un double de la baleine. La fin de chaque film voit les écarts et les différences gommés pour céder la place à l’amitié. On explore, on prend des risques, mais au bout de l’aventure, hop ! on grandit et on se fait des amis !


Les rapports d’échelle grand/petit, haut/bas, de près/de loin et la question du point de vue vont de pair avec ces oppositions : qui voit et depuis quel endroit ? A vous de repérer ces éléments dans chacun des films, et pourquoi pas à partir d'un jeu de devinettes avec vos enfants !


Enfin, chaque personnage avance dans son aventure… en musique ! L’araignée construit sa toile au rythme d’une sonate de Mozart, la princesse et le dragon sont tous deux musiciens, mais l’on peut penser aussi au son de la paille ramassée sur le trottoir qui permet au petit bonhomme d’avertir son nouvel ami des dangers qu’il croise sur son passage. Un humour discret et malicieux s'invite d'ailleurs sur le programme : paille-saxophone, dragon dont les écailles tremblotent au son d'une musique un peu trop militaire à son goût !, oreilles de l'écureuil qui volent au vent, ...


Un joli programme tout doux qui permettra aux jeunes spectateurs de découvrir une palette de couleurs très variées et différentes techniques d'animation ;  à savourer dès 3 ans.

Parce que ce programme, peuplé de minuscules personnages, est tout doux et poétique, et parce qu’il ne représente aucune difficulté de compréhension, je le conseille dès 3 ans.

1
Pour découvrir des personnages en quête de l’autre et du monde !
2
Pour observer comment des couleurs et types de dessin différents explorent la thématique de l’apprentissage, entre douceur et malice
3
Pour découvrir comment images animées et musique guident les personnages dans leur exploration du monde

Infos complémentaires

« C’est un studio de films d’animation, un centre de création image par image où presque tout est possible, un lieu magique qui s’est construit petit à petit grâce à la volonté, le talent et l’imagination d’une centaine d’artistes et de techniciens. C’est une fabrique bourrée d’audaces, de tubes de couleurs, d’ordinateurs raisonnables, de mine de plomb, de taille-crayons, de plateaux illuminés, de caméras amicales, de sujets en pâte à modeler, de petits mouvements tendres et sincères, d’éclats de rire, de coups de fil, de coups durs et de coups de foudre. C’est un label mondialement reconnu et une volonté indéfectible de produire des films de qualité depuis plus de trente ans », écrit Jacques-Rémy Girerd, fondateur du studio Folimage, à propos de l'esprit du studio.


Le programme Des trésors plein ma poche des studios Folimage met à l'honneur six jeunes réalisatrices, dont Ana Chubinidze qui est à la fois réalisatrice, scénariste et décoratrice du Petit Bonhomme de poche, ou encore Natalia Chernysheva dont on retrouve la finesse du trait dans les courts Deux amis et Snowflake (Trailer et images de ces deux films à voir sur son site).


Le court métrage Le Petit Bonhomme de poche a été produit dans le cadre du programme « Artistes en Résidence » des studios Folimage. Il a été couronné de nombreuses récompenses en 2017 : mention spéciale et prix du meilleur court métrage au FIFEM (Festival international du film pour enfants de Montréal), prix du scénario du jury jeune public et prix du public du festival L’Ombre d’un court, Prix jeune public du Festival du court métrage de Stains en 2017.

Pour aller plus loin

Sur ce lien, vous trouverez de nombreuses informations sur le studio Folimage


Le programme peut être l’occasion de découvrir ou redécouvrir le destin de petits personnages célèbres : allez voir du côté des contes Le Petit Poucet, Tom Pouce mais aussi le plus récent Tobie Lolness de Timothée de Fombelle.


Faites écouter des livres-cd aux minuscules oreilles de vos enfants, des histoires comme par exemple… A la bonne étoile chez Actes sud Junior : l’histoire du petit escargot Turbo, racontée et chantée par Constance Amiot et Sanseverino. Ou des histoires qui font découvrir les grands musiciens, aussi pour faire écho à Toile d'araignée, comme Les Rêves du Petit Cheval. A la découverte du piano chez Gallimard Jeunesse.


Et parce que les films donnent aussi envie de lire des livres, rendez-vous sur le site Babelio pour voir comment la littérature jeunesse explore les mondes minuscules : http://www.babelio.com/liste/3977/La-litterature-jeunesse-explore-les-mondes-minuscu    

Fiche rédigée par Marie

Discussion