L'Enfant qui voulait être un ours

L'Enfant qui voulait être un ours

Réalisé par Jannik Hastrup
Durée : 1h15
| 2002 | France, Danemark
Ma note :

Synopsis

Une maman ourse perd son petit ourson après avoir échappé aux loups. Le papa ours décide alors de voler un nourrisson humain pour compenser son chagrin. D’abord inconsolable, elle décide finalement de l’élever comme un vrai petit ours. De leur côté, les humains sont prêts à tout pour retrouver leur fils…

L'avis de Benshi

Ce conte inuit raconte le parcours d’un enfant né humain et élevé par des ours. Au cours d'un véritable parcours initiatique, il va devoir choisir qui il veut vraiment être. A travers cette quête d'identité un autre message apparait, celui du bouleversement des codes d’apparence : nous pouvons être qui nous voulons, qu’importe d’où nous venons, et cela grâce une intervention magique puisée dans les croyances Inuits.

En effet, toute l’histoire se déroule dans un univers assez peu représenté au cinéma : celui des esquimaux. Une famille inuit vit au milieu des montagnes, l’homme part chasser (notamment l’ours pour la chaleur de sa fourrure) tandis que la femme entretient la maison. La simplicité du récit se calque sur l'authenticité de cette culture très proche de la nature. Les esprits de la mer et de la montagne, au coeur de l’imaginaire inuit, sont représentés comme des personnages qui se métamorphosent à leur guise.

L’univers du récit, entre banquise et aurores boréales, appelle une grande douceur visuelle : l’animation traditionnelle au crayon et pinceau, avec son graphisme rond, les traits épais et nets des personnages, se fond parfaitement dans un décor peint à l’aquarelle. On peut même parfois percevoir le grain du papier cartonné. Les couleurs chaudes de l’aquarelle réchauffent la neige de la banquise, et apportent une touche poétique à ce très beau film.

Un récit teinté de magie, qui défend les valeurs de la famille et de la différence, et invite les jeunes spectateurs dans un voyage, tant visuel que culturel ; pour s'évader aux côtés de ce petit enfant-ours, au milieu de magnifiques paysages enneigés...

Pour quel public

Certaines scènes pouvant être un peu impressionnantes pour les plus petits (notamment les scènes de chasse), nous le recommandons plutôt à partir de 6 ans.

Bonnes raisons d'aller voir le film

1
Pour découvrir l’univers peu représenté des esquimaux, entre banquise et aurores boréales
2
Pour la douceur visuelle des personnages animés au crayon et au pinceau, et les décors peints à l’aquarelle
3
Pour ce conte sur l’apprentissage de la vie d’un jeune garçon qui cherche son identité

Infos complémentaires

Ce film a reçu plusieurs prix en festivals :
- Festival International du Film de Berlin - Prix du Deutsches Kinderhilfswerk (Allemagne 2003)
- Festival du Film pour Enfants de Buster - Best Nordic Childern’s Film (Copenhague, Danemark, 2003)
- Festival du film pour Enfants de Chicago - Prix du jury des adultes et Prix du jury des enfants (Chicago, USA, 2003)

Sur le site de la boîte de production, Les Armateurs, vous pourrez découvrir les très beaux dessins préparatoires du film.

Pour aller plus loin

L’ours blanc, également appelé ours polaire, vit principalement (60% de l’espèce) au Canada et plus précisément en Arctique. Pour en savoir plus sur l'Ursus Maritimus (ours marin), vous pouvez aller sur le site très complet de WWF.


Et pour en savoir plus sur les esquimaux, on ne peut que vous recommander de voir le magnifique film de Robert Flaherty, Nanouk l’esquimau, dont vous trouverez la fiche Benshi ici.


Vous trouverez également ici un témoignage très intéressant datant de 1954, écrit par l’explorateur polaire Paul Emile Victor, qui a vécu deux hivernages de 14 mois avec une famille inuit.

Fiche rédigée par Alice

Discussion