Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Antoine De Ducla Avatar de Antoine De Ducla

Notez ce film

Synopsis

Le deuxième classe Adrien Dufourquet est témoin de l'enlèvement de sa fiancée Agnès, fille d'un célèbre ethnologue. Il se met alors en quête de la retrouver. Ses recherches le mènent jusqu'au Brésil, où il met au jour un trafic de statuettes indiennes.

Voir plus

L'avis de Benshi

De la collaboration entre Jean-Paul Belmondo et Philippe de Broca, qui fut l’une des plus fructueuses du cinéma français (Les tribulations d’un chinois en Chine, Le magnifique…), L’homme de Rio en est sans nul doute le paroxysme. Digne représentant du film d’aventures, l’action et l’humour se mêlent ici dans une alchimie quasi magique. Sa bien-aimée capturée par des bandits, le valeureux héros doit traverser l’Atlantique pour la sauver, dans un pays qui lui est totalement étranger. Il lui faudra donc ruser pour éviter tous les pièges qui parsèment son périple. La vitesse va de pair avec l’action mais elle permet aussi de prendre littéralement son envol vers de nouveaux espaces : que ce soit à pied, en voiture, en moto, en avion ou en bateau, les paysages défilent (ville, jungle, désert…) à une cadence effrénée. Cinéaste du mouvement, de Broca précipite son personnage dans une course poursuite trépidante à l’autre bout du monde : on peut y voir un éloge de l’aventure comme un mouvement perpétuel, une agitation permanente, une soif de mobilité. Aucun temps mort pour le héros, qui n’a pas le temps de souffler car s’arrêter équivaut à se faire happer par la mort. Il faut sans cesse redoubler d’effort et de courage pour échapper à ses adversaires et atteindre l’objet de sa quête.

Le thème du héros pris dans une course contre la montre et affrontant mille dangers n’est pas sans rappeler le cinéma d’Hitchcock, notamment dans la scène où Belmondo est poursuivi par des voitures dans les allées sableuses en construction à Brasilia, clin d’œil évident à la fameuse scène de La Mort aux trousses, dans laquelle Cary Grant est pourchassé par un avion dans un champ de maïs. Jean-Paul Belmondo et Françoise Dorléac font un peu penser à des personnages de la screwball comedy (ou comédie loufoque, sous-genre de la comédie hollywoodienne). A la manière d’un personnage féminin d’Howard Hawks, Françoise Dorléac interprète avec délice une gentille enquiquineuse qui en fait voir de toutes les couleurs à Belmondo.

Enfin, L’homme de Rio comporte de nombreuses références à l’univers de Tintin, que les amateurs d’Hergé n'auront aucun mal à repérer. Comme le célèbre reporter, Jean-Paul Belmondo est un héros aussi pur que brave, parcourant les contrées les plus exotiques du monde et faisant preuve d’ingéniosité pour surmonter toutes les épreuves. Le jeu acrobatique de l’acteur donne lieu a des scènes d’action d’anthologie.

Divertissement, suspense et bande dessinée sont au rendez-vous dans ce grand classique du cinéma d’aventures français. Une course poursuite que les petits cinéphiles ne sont pas près d’oublier !

Voir plus

Pour quel public ?

Pour les enfants à partir de 7 ans.

Bonnes raisons de voir le film

  • Les fans de Tintin ne manqueront pas les multiples références au héros d’Hergé
  • Une aventure rythmée et drôle
  • Pour Belmondo, l’aventurier définitif

Infos complémentaires

On peut identifier dans L’homme de Rio plusieurs références à l’univers de Tintin, comme par exemple la statuette indienne qui renvoie à celle de L’Oreille Cassée. Lorsque Belmondo escalade la façade d’un immeuble à Copacabana, on peut y voir un clin d’œil à Tintin en Amérique. Le kidnapping d’Agnès et sa poursuite jusqu’au bout du monde n’est pas sans rappeler le professeur Tournesol (enlevé et recherché dans Les sept boules de cristal et L’affaire Tournesol). Grand admirateur de l'œuvre d’Hergé, de Broca avait été contacté quelques années plus tôt pour réaliser le premier film en prise de vue continue inspiré des aventures de Tintin, qui n’aboutira finalement jamais (Tintin et le mystère de la Toison d'Or fut finalement réalisé par Jean-Pierre Vierne en 1961).

L’Homme de Rio marque la deuxième collaboration entre Belmondo et de Broca, après le succès de Cartouche au cinéma. Ils se retrouveront ensuite trois fois pour Les tribulations d’un chinois en Chine, Le magnifique et L’incorrigible. Jean-Paul Belmondo réalisa lui-même ses propres cascades, sans protection.

L’Homme de Rio fut nommé à l’Oscar du meilleur scénario orignal en 1965.

Pour aller plus loin

Le document pédagogique du film réalisé pour Collège et Cinéma :
http://www.clermont-filmfest.com/03_pole_regional/11_medias/3879_HommedeRioLdePhilippedeBroca.pdf

La bande-annonce réalisée pour la sortie du film en 1964, dans laquelle Jean-Paul Belmondo présente lui-même le film, non sans humour et ironie. Une merveille ! https://youtu.be/a6faiDDLbu8