Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Le Jardinier qui voulait être Roi

  • De David Sukup, Vlasta Pospisilova
  • 2011
  • 1h05
  • VF

Voir la fiche technique

Catégorie : La divine comédie   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Hélène Deschamps Avatar de Hélène Deschamps

Notez ce film

Synopsis

L'Histoire du chapeau à plume de geai
Vlasta Pospisilova - République Tchèque -  2011 - 23 min
Il était une fois un roi… Ce roi avait trois fils : Alfonsafond, le prince de la vitesse, passionné de voitures de course, Thomassif, le sportif de la famille et Jean, le troisième, humble serviteur de ses frères, le Cendrillon de la maison. Le roi, sentant le poids des ans peser sur ses épaules, confie la mission aux deux aînés de lui rapporter son chapeau à plume de geai, oublié, il y a longtemps, au cours d’un voyage, à « l’Auberge de la jeunesse perdue ». Celui qui réussira sera couronné roi. Les deux échouent. A son tour, et en secret, Jean se lance dans cette quête, et entame un long voyage, en mobylette à la recherche du chapeau. Il revient victorieux, devient roi à son tour, tandis que le père, libéré, part sur les chemins…

La Raison et la Chance
David Sukup - République Tchèque - 2011 - 40 min
M. Raison et M. Chance se croisent sur un pont. Ne voulant se céder le passage, ils se disputent. M. Raison finit par laisser passer M. Chance, mais ils se lancent un défi : M. Raison va entrer dans la tête d’un pauvre garçon, passant par là, pour prouver à M. Chance que seule la raison permettra l’épanouissement et la réussite sociale de cet éleveur de cochons. Mais jusqu’à quand le jeune homme n’aura-t-il pas besoin de M. Chance ?

Voir plus

L'avis de Benshi

Les deux jeunes réalisateurs de ces deux courts métrages assument pleinement l’héritage de l’animation traditionnelle tchèque, tout en l’intégrant dans un récit à l’écriture moderne, parfois inspirée de Tim Burton.

Le chapeau à plume de geai est un conte philosophique, qui se déroule sur deux générations. La véritable couronne, que le roi cède à son fils, est ce chapeau magique : objet de transmission de la sagesse. Le chapeau sert à « voir ce qu’il y a de l’autre côté », à accepter le temps qui passe et à céder sa place à son tour à sa descendance.
Le traitement esthétique de cette dimension initiatrice du Chapeau à plume de geai est tout à fait intéressant, mêlant des régimes d’images très variés, tels que cartes postales, lettres, images d’archives, bandes d’actualités –parfois retouchées numériquement pour y intégrer un élément de l’histoire-, film à l’intérieur du film, ce qui universalise et actualise le conte, dont le récit, très enlevé, est mené avec un sens de l’ellipse très sophistiqué. Petit ravissement : le roi se projette en super-8 le film de sa vie, où ses souvenirs sont traités comme un cinéma intérieur.

Il faut sûrement être Tchèque pour imaginer l’éducation morale d’un jeune homme, et mettre en scène l’occupation de son cerveau par un autre homme ! C’est en effet ce qui se produit lorsque M. Raison, petit homme gris, employé kafkaïen, pénètre dans son cerveau - véritable salle des machines -, fait la poussière et installe son ordinateur, pour prendre la main sur son destin ! M. Chance, quant à lui, est représenté en baba-cool, (aurait-il un petit air de printemps de Prague ?) arrivant à point pour sauver notre héros. La Raison et la chance évoque en filigrane le passé totalitaire de la Tchécoslovaquie, avec scène de torture, arrestation arbitraire, abus de pouvoir… le tout contrebalancé bien évidemment par une narration totalement désinvolte et un humour et un sens de la dérision dévastateurs !

Voir plus

Pour quel public ?

A partir de 5 ans, la langue très riche de la voix off et des dialogues demandent d'être patient ! Les péripéties aussi !

Bonnes raisons de voir le film

  • La voix d'André Wilms, acteur fétiche d’Aki Kaurismaki, narrateur des deux films, ajoute une touche de douce ironie, qui sied parfaitement au ton du Chapeau à plume de geai et beaucoup d’humour et de distance au rocambolesque de La Raison et la chance.

Infos complémentaires

Le Jardinier qui voulait être roi est un programme inspiré de l’univers de l’écrivain dramaturge Jan Werich. Jan Werich (1905-1980) est un des grands représentants de l’avant-garde théâtrale de l’entre-deux guerre : auteur, dramaturge, écrivain, comique… il a largement contribué au tournant de la culture moderne tchèque des années 30. Il a écrit, à partir des années 60, des contes s’inspirant de sujets classiques, qu’il retravaille à sa manière, maniant humour et ironie.

Les personnages sont des marionnettes, dont la tête est en papier mâché, les mains en mousse de latex, animées dans la tradition tchèque, avec une grande fluidité.

Pour aller plus loin

(Re)voir les films de Karel Zeman ou de Jan Svankmajer…
Le site du distributeur : http://www.cinema-public-films.com/pages/jardinier/
Un dossier pédagogique contenant d'autres liens pour encore aller plus loin : http://www.ac-orleans-tours.fr/fileadmin/user_upload/ia28/doc_peda/Arts_et_Culture/cinema/2014-2015/Le-jardinier-qui-voulait-etre-roi.pdf

Le Jardinier qui voulait être roi est inscrit au catalogue du dispositif national Ecole & Cinéma. Retrouvez la fiche "en famille" sur la plateforme Nanouk