Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Les Lumières de la ville

  • De Charles Chaplin
  • 1931
  • 1h23
  • VF

Voir la fiche technique

Catégorie : Grands classiques   La divine comédie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans

Fiche rédigée par  Camille Lepetit Avatar de Camille Lepetit

Notez ce film

Synopsis

Charlot, vagabond dans une ville, aide une jeune fleuriste. Cette dernière, aveugle, pense qu’il est un homme riche. Amoureux, il se garde de lui dire la vérité et va essayer à la sueur de son front de réunir assez d’argent pour que la belle jeune femme puisse retrouver la vue…

Voir plus

L'avis de Benshi

C’est toujours un bonheur de retrouver le personnage de Charlot ! Les Lumières de la ville met en scène un coup de foudre réciproque entre « the tramp » (« le vagabond » en anglais) et une jeune fille. Cependant, un détail non sans importance scelle toute l’intrigue : la belle est aveugle ! La question des apparences devient dès lors centrale. Le claquement d’une portière va induire la jeune fille en erreur, qui pense que Charlot est un homme riche. L’élégant et courtois clochard va donc rentrer dans la peau d’un homme fortuné chaque fois qu’il est en présence de la femme aimée. Il va se sacrifier pour aider financièrement la jeune aveugle à vivre et à guérir de sa cécité. On passe donc de situations comiques à de grands moments d’émotion.

Le génie du film tient également aux rencontres que fait Charlot. Elles vont lui permettre de récolter de l’argent pour sa douce : un millionnaire qui reconnaît uniquement Charlot lorsqu’il est ivre (situations suscitant de nombreux rires) mais également un boxeur qu’il va devoir combattre. La virilité de ce boxeur trapu à côté d’un Charlot frêle et innocent fait naitre une séquence magique, dans laquelle la précision des mouvements du corps est impressionnante !

A travers les nombreux gags qu’il met en scène, Charlie Chaplin dresse également un portrait critique de l’époque. On s’attache aux personnages en marge de la société et à leur quotidien : la vie dans la rue, les boulots précaires. 

Le film de Chaplin est muet alors que la majorité des films sont déjà sonores à l’époque. Toutefois, le son tient une place très importante dans le film. La séquence d’ouverture tourne en ridicule la parole des personnalités publiques, en les doublant au kazoo. Charlie Chaplin fait ainsi un pied de nez à l'arrivée du son au cinéma. En effet, cette petite révolution technique constitue un virage compliqué dans l'oeuvre de Chaplin, puisque la dimension universelle de la pantomime provient principalement du muet. Le grand artiste intègre quand même des effets de son qui lui ont permis de créer l’une des scènes qui fait le plus rire les enfants (et les grands !) : Charlot qui a avalé un sifflet !

Les Lumières de la ville met en scène, à travers des plans fixes, des relations humaines profondes. Vous apprécierez avec vos enfants de rire et pleurer en regardant ce personnage d’une grande humanité.

Voir plus

Pour quel public ?

Les Lumières de la ville fera rire petits et grands, à partir de 6 ans. Toute la famille s'attachera à cette belle histoire d’amour ! 

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour découvrir la poésie d’un Charlot amoureux
  • Pour rire devant l’incroyable combat de boxe que livre le vagabond
  • Pour s’émouvoir devant la plus belle fin des films de Chaplin...

Infos complémentaires

Dès le début, Charlie Chaplin voulait que la cécité soit le thème central des Lumières de la ville. Il a d’abord eu l’idée de jouer un clown aveugle qui cache son handicap à sa fille. Ce n'est que plus tard que l’idée de la jeune femme aveugle lui est venue.

Le réalisateur est très attaché à ce film et notamment à la scène finale. Agé, il parlait encore de cette dernière avec une grande émotion : « Ça m'est arrivé une ou deux fois, disait-il. Dans Les lumières de la ville, rien que la dernière scène... Je ne joue pas... Je m'excuse presque, je suis extérieur à moi-même et je regarde... C'est une scène belle, très belle, précisément parce qu'elle n'est pas surjouée. »

Le tournage des Lumières de la ville fut le plus long de la carrière de Charlie Chaplin. Il a fallu plus de deux ans et huit mois, soit 190 jours de tournage effectifs, pour que le film aboutisse ! La scène de départ où l’on comprend que la jeune femme est aveugle et où celle-ci imagine Charlot riche a été tournée 342 fois afin de faire comprendre à l’image la situation initiale.

L’incroyable séquence de boxe n’est pas la première de Charlot ! En effet, Charlie Chaplin s’est inspiré de son court métrage Charlot Boxeur. Seuls quelques nouveaux gags sont apparus mais l’essentiel des ressorts comiques étaient bien présents dans la forme courte : l’arbitre, le jeu avec les cordes et l’attente dans le vestiaire.

Pour aller plus loin

Découvrez le court métrage Charlot Boxeur (The Champion), réalisé en 1915 par Charles Chaplin et dont est grandement inspiré la séquence de boxe : https://www.youtube.com/watch?v=LFMmaLGjAAw

Il est intéressant de regarder La Jeune fille au carton à chapeau de Boris Barnet après avoir vu Les Lumières de la ville.

Les deux films, mêmes s’ils ont été réalisés dans deux pays opposés à l’époque (en URSS et aux Etats-Unis), ont beaucoup de points communs, tant sur le plan thématique que sur certains aspects formels. Ainsi, il est intéressant de comparer avec vos enfants les deux histoires d’amour, la richesse/la pauvreté et le burlesque (présent notamment dans une séquence du film soviétique).

Pour les plus grands, un documentaire sur Les Lumières de la ville avec Peter Lord (Studio Aardman) : https://www.youtube.com/watch?v=DBbM-MbFXEk

Le site officiel de Charlie Chaplin : https://www.charliechaplin.com/fr