Tous les films du guide

Films inclus dans l'abonnement

Les Triplettes de Belleville

  • De Sylvain Chomet
  • 2002
  • 1h20

Voir la fiche technique

Catégorie : L’aventure, c’est l’aventure   Le sens de la vie  

Voir la bande annonce

À partir de 7 ans
Poster de Les Triplettes de Belleville

Fiche rédigée par  Alice Avatar de Alice

Notez ce film

Synopsis

Mme Souza élève seule son petit-fils Champion, et fait tout pour le rendre heureux. Elle lui offre Bruno, un petit chiot, mais cela ne suffit pas. Elle découvre un jour qu’il se passionne pour le cyclisme, et lui offre son premier vélo. Dès lors, elle l’entraîne ardemment pour le Tour de France, et quand le grand jour arrive, il fait partie de la course. Cependant, deux hommes mystérieux profitent du fait qu’il soit en fin de peloton pour le kidnapper. Mme Souza est prête à tout pour le retrouver. Elle s’engage alors dans un long voyage au cours duquel elle rencontrera les fameuses Triplettes de Belleville, anciennes stars des années 30.

Voir plus

L'avis de Benshi

Ce film d’animation singulier, dont les personnages principaux sont quatre vieilles dames, ne peut qu’intriguer les spectateurs, et séduire les plus jeunes d’entre eux par son originalité. Il s’agit pour Sylvain Chomet de son premier long métrage d’animation. Dès les premières images, nous pouvons apprécier l’univers très personnel du réalisateur, qui caractérisait déjà son premier court métrage La vielle dame et les pigeons. Son graphisme semble inspiré du bédéiste Nicolas de Crécy, et les rues de Belleville, cette ville imaginaire de l’autre côté de l’Atlantique, toutes en pavés, ressemblent à s'y méprendre à celles du quartier parisien, dans les années 50. Les références culturelles, et notamment architecturales, sont nombreuses (cf. « informations complémentaires »). Le film s'ouvre sur un spectacle de variétés des années 30, dans lequel nous pouvons reconnaître des caricatures de Charles Trenet, Django Reihnardt, Fred Astaire, et Josephine Baker, sans oublier plusieurs clins d’oeil à Jacques Tati, et bien sûr au Tour de France. Cette séquence d’ouverture en noir et blanc est également un hommage au cinéma burlesque et aux cartoons américains.
Les personnages parlent peu (le film est quasiment sans dialogue), et de ce fait, leurs mimiques et expressions seront sûrement appréciées par vos enfants, renvoyant directement aux codes du burlesque. Les Triplettes de Belleville sont presque muettes, sauf lorsqu’elles chantent. Leur joie de vivre, leur simplicité, et leur ingéniosité est source de beaucoup d’humour, ce que la scène de la pêche à la grenouille à l'explosif illustre parfaitement. Elles détournent également des objets du quotidien pour jouer de la musique : un réfrigérateur, un aspirateur, un journal, et pour Mme Souza une roue de vélo.

Ce film un peu déjanté surprend et charme par son esthétique et son originalité, qui nous sort un peu de nos habitudes de spectateur. Toute la famille appréciera sans doute de suivre des personnages inhabituels (des vieilles femmes), dans une époque peu représentée (les années 50), à travers une ville imaginaire dont la hauteur des bâtiments est vertigineuse, le tout sur un fond musical groovy qui met de bonne humeur.

A voir ou à revoir sans hésitation, pour le plaisir des yeux et des oreilles !

Voir plus

Pour quel public ?

Ce film est recommandé à partir de 8 ans, mais parce qu'il offre différents niveaux de lecture il sera également apprécié des plus grands, y compris des parents.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour découvrir un film d’animation avec un style graphique très personnel, entre réalisme et imaginaire
  • Pour le scénario complètement déjanté mais très accessible
  • Pour la bande originale qui swingue un max
  • Pour la course poursuite en voiture et en vélo très rythmée !

Infos complémentaires

Je vous parlais des nombreuses références architecturales dans L’Avis, en voici donc les détails, en image ! On peut notamment retrouver le château Frontenac de Quebec, lorsque Mme Souza arrive à Belleville. Il y a également le pont Jacques-Cartier de Montréal, sous lequel Mme Souza et les triplettes se rencontrent. On reconnait bien entendu la statue de la liberté, mais au lieu de la torche, elle soulève une glace, et à la place de la tablette de loi, elle porte un hamburger... ce qui n’est pas sans influence sur son poids.
Lors d’un entretien, Sylvain Chomet raconte qu’ils ont « utilisé de nombreuses références de Québec et de Montréal en essayant d'imaginer comment ces villes auraient pu se développer à la manière de New York. »

Parmi les références culturelles, on voit notamment une séquence de Jour de fête sur la télévision des Triplettes, tandis que le vélo sur le toit de la maison de Champion rappelle cette même séquence.

Evgeni Tomov, le dessinateur qui s’est occupé des décors du film, s’est inspiré de photographies du Paris d’après guerre et du Tour de France, pour créer cet univers visuel entre réalisme et imaginaire.

Le film a été réalisé en cinq ans, ce qui est deux fois moins de temps que pour son premier court métrage, La vieille dame et les pigeons. Didier Brunner, le producteur, lui a d’abord proposé de créer une trilogie en réutilisant le personnage de la vielle dame dans son court métrage. Sylvain Chomet a préféré partir sur trois aventures de trois soeurs, la première étant la vieille dame aux pigeons. Alors qu’il imaginait la deuxième soeur vivant à Paris, fan de cyclisme, et la troisième vivant à Quebec, il s’est rendu compte qu’il avait assez d’éléments pour faire un long métrage.

Pour aller plus loin

Un entretien avec Sylvain Chomet, sur le site des Armateurs, où vous retrouverez aussi le story board original.

Un dossier pédagogique très intéressant, trouvé sur le site www.filmspourenfants.net.

Découvrez le premier court métrage de Sylvain Chomet (surtout pour les parents), La vieille dame et les pigeons, sur la chaîne YouTube des Armateurs : https://www.youtube.com/watch?v=MqhVcRrrauY

La musique du film écrite par Mathieu Chedid, M.

Et un morceau du groupe Sound of Noise, qui comme nos triplettes fait de la musique à partir d'objets du quotidien ! A montrer aux enfants, absolument !