Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Fiche rédigée par  Laura Le Gall Avatar de Laura Le Gall

Notez ce film

Synopsis

Par une nuit de tempête, un navire fait naufrage dans les mers du Sud. Seul rescapé, Gulliver échoue sur les rivages du royaume de Lilliput et s’endort, épuisé. En effectuant sa ronde, un veilleur de nuit trébuche sur une main. Une main gigantesque, celle de Gulliver… Paniqué, il court prévenir le roi, qui s’apprête à marier sa fille au fils du roi voisin. Pour des broutilles, le projet de mariage est annulé et la guerre déclarée entre les deux royaumes. C’est à ce moment que le veilleur de nuit parvient à l’alerter de la présence du géant sur la plage. La nouvelle s’ébruite vite. Les minuscules habitants de Lilliput entreprennent de ficeler Gulliver pendant son sommeil. Ils le transportent jusqu'au palais royal...

Voir plus

L'avis de Benshi

En 1937, les studios Disney sortent triomphalement leur premier long métrage d’animation, Blanche Neige et les sept nains. Le coup de maître est aussi un succès gigantesque. La Paramount, studio concurrent, met aussitôt en chantier un long métrage d’animation. Les frères Fleischer, à qui l’on doit notamment Koko le clown, Popeye ou Betty Boop, se retroussent les manches. Max à la production, Dave à la réalisation et un bataillon de collaborateurs à leurs côtés, ils se lancent dans l’adaptation de la première partie du roman de Jonathan Swift, Les Voyages de Gulliver, écrit en 1721.
Ce classique de la littérature anglaise et le conte des frères Grimm avaient peu de choses en commun… Mais dans sa version animée, Gulliver tient beaucoup de la Blanche-Neige de Disney. Les sept nains ressemblent étrangement aux Lilliputiens, trublions gaffeurs qui aiment, eux aussi, chanter en travaillant. Les interludes musicaux, notamment ceux qui accompagnent la romance entre la princesse de Lilliput et le prince de Blefuscu, sont également d’inspiration disneyenne.
Les séquences les plus réussies sont celles dans lesquelles le géant cohabite avec les minuscules insulaires. Le ficelage et l’habillage de Gulliver se transforment rapidement en immenses chantiers où les lilliputiens manient avec entrain leurs outils les plus divers : un système de poulie pour rapiécer ses guenilles, une serpe pour le raser, un râteau pour le peigner… Le Technicolor, procédé de colorisation phare en cette fin des années 30, pare certaines séquences de beaux atours, comme lorsque le géant neutralise en un tour de main les navires de la flottille belliqueuse en les rassemblant aussi facilement qu’une flopée de ballons.
Contrairement aux Lilliputiens, très « cartoonesques », Gulliver est un personnage assez effacé, pris entre deux rois guerroyant pour des broutilles. Destiné aux très jeunes spectateurs, le dessin animé n’a pas le mordant du livre de Swift qui, sous couvert de décrire des mondes imaginaires et lointains, critiquait la société anglaise de son époque, la bêtise des hommes et leurs velléités guerrières. Néanmoins, à la veille de la Seconde Guerre mondiale - le film est réalisé en 1939 - Gulliver finit par donner de la voix pour que les deux rois se réconcilient, affirmant haut et fort son pacifisme.

Voir plus

Pour quel public ?

Dès 5 ans.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour toutes les scènes dans lesquelles les Lilliputiens partagent l'écran avec le gigantesque Gulliver
  • Parce que c'est l'un des premiers longs métrages d'animation en Technicolor, ressorti en version restaurée
  • Pour découvrir le célèbre roman de Jonathan Swift

Infos complémentaires

Gulliver et le couple d’amoureux ont été animés via le procédé de la rotoscopie, mis au point par les frères Fleischer en 1915. Cette technique, qui consiste à dessiner les contours de figures à partir d’images filmées au préalable, introduit du réalisme dans l’animation. On peut facilement remarquer la différence d’animation entre les Lilliputiens et ce trio de personnages - les plus sérieux - dont les mouvements sont plus fluides.

Pour aller plus loin

Une fiche autour du film réalisée par l’équipe du cinéma Le France : http://www.cinemalefrance.com/fiches/VoyagesdeGulliver.pdf
Sur la rotoscopie : http://upopi.ciclic.fr/transmettre/parcours-pedagogiques/initiation-au-cinema-d-animation/seance-8-la-rotoscopie

Mots-clés