Toutes les fiches films

Films disponibles dans l'abonnement

Marche avec les loups

  • De Jean-Michel Bertrand
  • 2019
  • 1h30

Voir la fiche technique

Catégorie : Documentaires   Le sens de la vie  

À partir de 7 ans

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Marine Louvet Avatar de Marine Louvet

Notez ce film

Synopsis

Durant plus de deux ans, Jean-Michel Bertrand a parcouru les Alpes puis le Jura sur la trace de jeunes loups. Après avoir disparu pendant presque un siècle, ces derniers, venus d’Italie dans les années 1990, retrouvent aujourd’hui leurs anciens territoires. Dans une enquête solitaire, sensible et fascinante, le réalisateur nous plonge au cœur d’un monde sauvage en proie à de multiples menaces, à commencer par celle des Hommes.

Voir plus

L'avis de Benshi

Marche avec les loups n’a rien d’un documentaire animalier classique. Ce n’est pas un film grandiloquent qui approche les animaux grâce à des moyens matériels de hautes voltiges nous laissant croire que l’on peut tout grâce à la technique. Bien au contraire, le film de Jean-Michel Bertrand a la grâce des plus beaux films documentaires car il est avant tout un geste. Un geste humain, cinématographique et écologique. À hauteur d’animal, conscient de ce qu’il peut et de ce qu’il ne peut pas, le réalisateur de La vallée des loups - premier film qui suit la trace des loups sorti en 2016 - suit cette fois l’itinéraire de jeunes loups pour essayer de comprendre la manière dont se composent et se déplacent les meutes afin d'investir de nouveaux territoires.

Prenant comme point de départ les Alpes, Jean-Michel Bertrand, équipé d’un sac à dos, d’un sac de couchage, de skis de fond, d’un matériel rudimentaire pour se nourrir et accompagné parfois d’un chef opérateur - cadrant les images - ou d’un ingénieur son - enregistrant le son - parcourt les montagnes de cols en vallées pour suivre la trace des jeunes loups. Sa méthode est simple et respectueuse de la nature : d’abord, il suit son intuition, puis il camoufle des caméras à quelques endroits stratégiques. Déclenchées automatiquement dès qu’il y a du mouvement, ces dernières envoient un message sur son téléphone. De manière magique, nous suivons alors les mouvements secrets de la nature : un chevreuil sautillant dans la neige, un lynx curieux de l’objectif, plongeant quelques secondes son regard dans le nôtre, une tempête de neige rendant toute vision impossible et enfin, des loups. Juste sous nos yeux, des loups calmes, sauvages, joueurs ou majestueux. Aux côtés de Jean-Michel dont la voix rauque et chaude porte à merveille le récit du film, nous sommes à l’affût de la moindre apparition, espérant à chaque sonnerie apercevoir un loup et mieux comprendre leur mode de vie.

Comme l’explique le réalisateur, la manière dont les loups se déplacent est mystérieuse. Certains s’éloignent de seulement 10 kilomètres de leur lieu de naissance pour composer une meute tandis que d’autres sont retrouvés à 2000 kilomètres de l’endroit qui les a vu naître. À la fin du documentaire, nous ne comprenons pas nécessairement mieux ce comportement qui leur est propre et résiste à notre capacité d’interprétation. Cependant, nous avons vu et savons qu’à deux pas de nos villes, s’épanouit tant bien que mal un monde animal vivant et merveilleux. Si, comme le dit justement Jean-Michel Bertrand, « le partage des territoires n’est pas dans l’ADN de notre civilisation », Monsieur Bertrand, quant à lui, nous montre qu’avec tact, sensibilité et curiosité, une cohabitation est possible et même souhaitable.

De ce beau voyage où l’on se laisse surprendre par le hasard des rencontres, on ressort un peu plus petit face à la grandeur du monde, mais grandi des leçons silencieuses d’un homme profondément admiratif et respectueux de la nature.

Voir plus

Pour quel public ?

À partir de 8/9 ans et sans limite d’âge ensuite. Ce film convient aussi bien à un public jeune qu’adulte. Bien qu'il pourrait être compris dès 6 ans, il comporte tout de même quelques scènes qui peuvent choquer les plus jeunes : charognes d’animaux, attaques entre bêtes sauvages, et possède une dimension philosophique qui n'est pas évidente à appréhender.

Bonnes raisons de voir le film

  • Le geste artistique obstiné, généreux et sensible du cinéaste Jean-Michel Bertrand
  • L’expérience d’une proximité rare avec le monde animal
  • Des paysages et des lumières absolument sublimes
  • Une musique émouvante et entraînante
  • Le suspens de l’enquête

Infos complémentaires

Jean-Michel Bertrand est né en 1959 à Saint-Bonnet dans les Hautes-Alpes. Déjà, enfant, il préfère la montagne, la compagnie des animaux et la solitude aux bancs de l’école. Dès 16 ans, il travaille, d’abord comme moniteur de ski, puis comme planteur d’arbres pour l’Office National des Forêts. Écologiste dès sa plus tendre enfance, il parcourt le monde pour en découvrir ses secrets sauvages. Il tourne son premier film en Islande, puis un autre à Belfast et à Dublin. De retour en France, il tourne un film entièrement dédié à la recherche de « son aigle », oiseau qui le fascine depuis son enfance. Vertige d’une rencontre sort en 2009. En 2015, le réalisateur commence son premier opus sur les loups La vallée des loups, déjà produit par MC4, puis en 2020, sortira Marche avec les loups, second opus dédié aux prédateurs les plus diabolisées de l’histoire. 

Le dossier de presse édité par la région Rhône-Alpes qui a en partie financé le film est passionnant et permet de découvrir de nombreux détails sur l’aventure de Jean-Michel Bertrand et la fabrication du film. Vous pouvez le découvrir en cliquant ici.

En voici un extrait : « Je viens de passer trois années à essayer d’approcher l’intimité d’une meute de loups sauvages dans une vallée perdue des Alpes. Cette aventure m’a emmené bien au-delà de ce que j’imaginais… Une immersion dans la nature et une façon très rituelle de fonctionner sur le territoire des loups, m’ont permis après de longs mois de questionnements et de doutes, de me faire tolérer par la meute. J’ai enfin pu croiser le regard du prédateur mythique et même voir grandir les louveteaux. Mais au terme de ce magnifique voyage s’est posée la question des limites de cette intimité… Le loup n’a pas que des amis, je suis un humain et l’animal pourchassé ne doit pas baisser la garde. J’ai donc décidé, au terme de ces trois années extraordinaires, de quitter le territoire et de les laisser… Aujourd’hui, même si je pense avoir pris une décision de bon sens, j’ai beaucoup de mal à me résoudre à abandonner cette quête de compréhension et d’émerveillement car de nombreuses questions se posent à moi. Les loups m’ont fait grandir, et je réalise aujourd’hui que l’aventure incroyable que j’ai pu vivre à leurs côtés n’est pas du tout un aboutissement ou une fin, mais au contraire, un début… Le début d’un chemin, d’un questionnement, une quête naturaliste et philosophique qui me conduira encore plus près des mystères du monde sauvage. Alors oui je dois quitter la vallée mais je sais maintenant qu’un nouveau voyage s’offre à moi. Un voyage qui m’offrira de nombreuses réponses aux questions que je me pose. Cette occasion va m’être donnée par les loups eux-mêmes. Les mécanismes complexes qui régissent la vie sociale des loups et l’organisation de la meute excitent ma curiosité et vont me conduire à repartir à leurs côtés sans savoir ni où, ni combien de temps. Une nouvelle immersion, une nouvelle obsession et un nouveau souffle de liberté… » Jean-Michel Bertrand

Pour aller plus loin

Si vous n’avez pas bien saisi la citation du philosophe dans le film, la voici, ici : « J’ai l’infini à ma portée, je le vois, je le sens, je le touche. Je m’en nourris et je sais que je ne pourrai jamais l’épuiser. Je comprends mon irrépressible révolte lorsque je vois supprimer la nature, on me tue mon infini. » Robert Hainard, naturaliste philosophe du XXᶱ siècle.

Si vous vous êtes pris de passion pour l’histoire de ces loups, vous pouvez vous procurer le livre édité suite à la sortie du film, ici.