Mon oncle

Mon oncle

Réalisé par Jacques Tati
Durée : 1h47
| 1958 | France
Ma note :

Synopsis

Nous sommes à la fin des années 50. Monsieur Arpel vit avec sa femme et son fils dans une maison très moderne, équipée de gadgets technologiques absurdes et inutiles mais qui font sensation auprès des invités. Le frère de Madame, Monsieur Hulot, est un homme d'un autre temps, très différent d'Arpel, rêveur, sans emploi et maladroit. Pour l'occuper et l'éloigner de son fils qui aime bien jouer avec son oncle, Monsieur Arpel lui trouve un travail dans une usine...

L'avis de Benshi

Mon Oncle est un film entre deux mondes : l'ancien, dans lequel vit Monsieur Hulot, et celui qui s'amorce à la fin des années 50 et qui commence à faire de l'ombre au premier. Monsieur Hulot est le passeur, celui qui ne refuse pas la modernité, mais qui se sent quand même plus à l'aise dans son petit quartier populaire, épargné par les transformations urbaines, où tout le monde se connaît et où les gens se parlent. D'ailleurs, le film adopte le rythme lent de la vie à la campagne. Le burlesque de Jacques Tati n'a rien à voir avec le burlesque hollywoodien au rythme endiablé de la première moitié du vingtième siècle. L'appel au rire est moins frappant, plus subtil. Avec Mon Oncle, le temps s'étire et les terrains vagues se multiplient entre les anciens et les nouveaux quartiers. Dès le générique de début, le film apparaît dans sa dimension architecturale. Mon Oncle s'ouvre sur un chantier de travaux publics. Sur les panneaux où est normalement présenté le projet en cours de construction, nous pouvons lire les noms des personnes principales ayant participé à la réalisation du film. L'aventure cinématographique est collective et humaine. A une époque où l'industrialisation est vue essentiellement comme un progrès, Mon Oncle se propose d'interroger ce qui fait le bien être et le bonheur dans la société. Il replace ainsi l'homme et plus précisément les relations humaines au centre des regards. Mais il ne faut pas oublier que Jacques Tati est un cinéaste burlesque. Mon Oncle, son troisième long métrage après Jour de fête et Les Vacances de Monsieur Hulot n'a donc rien d'un film moraliste. Au contraire, il caricature aussi bien les citadins superficiels et ridicules, à la pointe de la modernité, que les habitants bons vivants, bavards et excessifs de ce quartier aux allures de village, à la différence qu'il s'y prend avec un peu plus de tendresse pour ces derniers. Les villageois apparaissent dans ce film beaucoup moins individualistes que les citadins. D'un côté, il y a la vie, de l'autre, la vie s'efface derrière un décorum absurde lié à la nouvelle société de consommation. Les seuls à rester les mêmes quel que soit leur cadre de vie, ce sont les enfants qui ne désirent qu'une seule chose : s'amuser. C'est dans cette dimension ludique, dans cette soif de liberté, que le cinéma burlesque et l'enfance se retrouvent. Monsieur Hulot, par sa maladresse et son innocence met en lumière les dysfonctionnements d'objets qui ont été conçus sans penser à leur usage pratique, mais les gags mis en scène rendent aussi ce superflu poétique et amusant. Le superflu n'est donc pas aussi inutile qu'il y paraît, c'est le propre de l'art, qui s'adresse aussi bien aux sens qu'à l'esprit. Mon Oncle est le premier film de Jacques Tati à exprimer de manière aussi explicite son goût pour la forme, le design, l'architecture moderne, ce qui ne l'empêchait pas d'être conscient des dangers de déshumanisation et d'individualisme que cette tendance comportait. Jacques Tati n'était-il pas visionnaire à sa manière?

Pour quel public

Mon Oncle est le deuxième film d'une trilogie commencée par Jour de fête et terminée par Playtime. Ces films peuvent être vus par les enfants dans le même ordre qu'ils sont sortis. Ainsi, Mon Oncle peut se voir après Jour de fête, entre six et dix ans. Playtime par contre est plus difficile d'accès. C'est plutôt jeune adulte qu'il sera apprécié.

Bonnes raisons d'aller voir le film

1
La villa Arpel vaut à elle seule le détour
2
Les gags avec les animaux qui fonctionnent toujours
3
Monsieur Hulot, l'oncle qu'on rêverait d'avoir

Infos complémentaires

Jacques Tati a réalisé seulement 6 longs métrages dans sa carrière. Le premier d'entre eux sort en 1949, alors que Jacques Tati a déjà 42 ans. C'était un cinéaste très perfectionniste qui a d'abord eu une carrière dans le music-hall avant de devenir comédien pour le cinéma, puis réalisateur. 

Les Vacances de Monsieur Hulot a connu un très grand succès public et critique à l'échelle internationale et il en a été de même pour Mon Oncle, qui a reçu le Prix Spécial du jury au Festival de Cannes en 1958, et l'Oscar du Meilleur Film étranger en 1959. Jacques Tati a inventé une nouvelle forme de cinéma burlesque, ce qui lui a permis de devenir très célèbre. Il était un grand admirateur de Harold Lloyd et Buster Keaton. 

Jacques Tati était un observateur. C'est en regardant le monde autour de lui, les transformations des villes, qu'il a eu l'idée de réaliser Mon Oncle. Le tournage a duré 6 mois, ce qui était assez long pour l'époque. Grâce au succès des Vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati a pu obtenir un budget plus conséquent pour Mon Oncle. Les scènes de la villa des Arpel ont été tournées dans le studio de la Victorine de Nice et les autres en banlieue parisienne. La villa Arpel a été construite spécialement pour le film. Détruite à la fin du tournage, elle a été remontée pour la première fois à l'échelle réelle au Salon Futur intérieur 2003 puis en 2009 au Centquatre à Paris. Alors que ses deux films précédents étaient sortis en noir et blanc, Mon Oncle est sorti en couleur. 
Mon Oncle est le premier film produit par Specta Films, maison de production créée par Jacques Tati lui-même. Mais elle fera faillite au début des années 70, suite à l'échec financier de Playtime

Mon Oncle est ressorti en décembre 2013 en version restaurée.

Les chiens qui sont dans le film ne sont pas des chiens de cirque dressés mais des chiens venant de la fourrière. A la fin du tournage, Jacques Tati a passé une annonce dans le journal du soir pour leur trouver des maîtres. Les gens se sont arrachés les « vedettes » à quatre pattes du film.

Pour aller plus loin

Le site Transmettre le cinéma présente une fiche très complète sur Mon Oncle et Jacques Tati :
http://www.transmettrelecinema.com/film/mon-oncle/

Le livre de l'exposition qui lui a été consacrée en 2009 à la Cinémathèque française :
Deux temps, trois mouvements..., Macha Makaïeff et Stéphane Goudet, auteurs du catalogue et commissaires de l'exposition.

Fiche rédigée par Chloé

Discussion