Princes et Princesses

Princes et Princesses

Réalisé par Michel Ocelot
Durée : 1h10
| 1998 | France
Ma note :

Lorsque l'obscurité a totalement envahi la ville, deux jeunes gens escaladent les toits pour rejoindre Téo, le projectionniste d'un cinéma à l'abandon. Ils vont alors passer leurs nuits à inventer des histoires et à leur donner vie. Ils seront également les acteurs de leurs aventures imaginées en théâtre d'ombre.

Princes et Princesses est composé de six contes :   

La Princesse des diamants
Pour pouvoir épouser la belle princesse, il faut d'abord retrouver les diamants perdus de son collier. Beaucoup ont échoué, jusqu'à l'arrivée d'un jeune prince...

Le Garçon des figues
Un jeune garçon voit par miracle ses figues mûrir en plein hivers. Par dévotion, il s'en va les offrir à la reine. Mais sa bonté n'est pas vue par tous d'un bon œil.

Le Château de la sorcière
Tout le royaume tente de pénétrer en force dans le château de la sorcière. Mais un jeune garçon se demande si les armes en sont vraiment la clef.

Le Manteau de la vieille dame
Au Japon, un voleur tente de dérober son manteau à une vieille dame. Il va rapidement se rendre compte qu'il ne faut pas se fier aux apparences !

La Reine cruelle et le montreur de fabulo
En l'an 3000, une reine bien cruelle se débarrasse sans états d'âme de ses prétendants. Mais elle va se laisser attendrir par un petit fabulo...

Prince et Princesse
Il est bien connu que lorsqu'une princesse embrasse un crapaud, il se transforme en prince. Et si on ne nous avait pas tout dit ?

Des princes, des princesses, des sorcières et des reines... pas de doute, nous sommes bien au pays des contes ! Les héros se démarquent par leur courage et leur intelligence, et ils n'abandonneront pas avant d'avoir atteint leurs buts. Mais Michel Ocelot s'amuse pourtant à déconstruire certaines idées reçues : les sorcières ne sont pas toujours moches, les princes pas toujours vaillants, les vieilles dames pas toujours fragiles, et les reines pas toujours méchantes ! 

Ces contes prennent place dans six époques ou pays différents, et en à peine plus d'une heure nous voyageons à travers les siècles : l'époque napoléonienne, l'Egypte des pharaons, le Moyen Age, l'an 3000 ou encore le Japon du 18e siècle. Chaque histoire est précédée d'une courte séquence où les trois protagonistes font en accéléré un travail de scénariste, costumier et décorateur. Il est question ici de mettre en avant le processus créatif d'un film, et principalement le fait que tout réside dans le travail d'équipe. Les récits sont pleins de poésie et d'humour, et on s'émerveille devant la minutie des décors et des costumes, qui ressortent harmonieusement sur les fonds colorés.

La technique principale utilisée pour réaliser Princes et Princesses est l'animation dite de silhouette - que l'on peut également appeler ombres chinoises - inspirées par le théâtre d'ombre. Cela consiste à projeter sur un écran des ombres produites par des silhouettes, que l'on place entre une source lumineuse et l'écran. Pas d'ordinateur pour ce film d'animation : les personnages et décors découpés dans du papier noir sont animés directement sous une caméra. Un grand soin est également apporté aux bruitages, pour enrichir le réalisme des prestations de ces acteurs de papier.

A la fin du film, vous n'aurez à coup sûr qu'un seul regret ; qu'il n'y ait que six contes !

Nous conseillons ce film à partir de 5 ans. La narration de chaque conte est très fluide, parfaitement maîtrisée et facile à suivre. Mais le langage employé est parfois assez soutenu, et les plus jeunes pourraient ne pas tout comprendre. Il n'y a ensuite pas de limite d'âge pour apprécier cette merveille de l'animation.

1
L'univers unique de Michel Ocelot.
2
L'originalité du scénario de chacun des contes.
3
La magie et la beauté de l'animation de silhouettes.
4
Pour voyager de l'époque des pharaons à l'an 3000 en un seul film !

Infos complémentaires

A l'origine Michel Ocelot avait réalisé en 1989 un programme de huit contes pour la télévision : Ciné Si. Pourquoi Ciné Si ? Car tous ces contes commencent par « Si j'étais » au lieu du traditionnel « Il était une fois » ! Mais grâce au succès de Kirikou et la sorcière sorti en 1998, nos héros de Princes et Princesses ont pu - quasiment tous - trouver le chemin des salles obscures.

Le personnage féminin mis en scène dans Le Manteau de la vieille dame est inspiré d'un conte japonais que Michel Ocelot a découvert grâce au travail de Hokusai, à qui il fait allusion dans le film. Peintre, dessinateur et graveur japonais, Katsushika Hokusai (1760-1849) est l'un des artistes les plus reconnu au monde. Dans le conte d'Ocelot, la vieille dame souhaite voir le mont Fuji : clin d'œil à l'artiste japonais dont une des réalisations les plus célèbres est une série d'estampes intitulée « Les trente-six vues du mont Fuji ». Pour découvrir son œuvre incroyable vous pouvez consulter ce site (les textes sont en anglais, mais les images sont universelles !) : http://www.katsushikahokusai.org/

Pour aller plus loin

Michel Ocelot vous propose également ses six contes sous forme de livres. Vous trouverez toutes les informations sur son site : http://www.michelocelot.fr/#livres

Pour en apprendre plus sur le théâtre d'ombre : 

Bordat Denis et Boucrot Francis, Les Théâtres d'ombres, histoire et techniques, Ed. L'Arche, 1994.
http://www.theatredelalanterne.net/fr-theatre.php
http://www.ticedu.uqam.ca/pub/Travaux/MG/EPEP/Aut08/Gr20/A-FPE3650-20-2/ThOmbr.pdf

Pour fabriquer ses personnages, Michel Ocelot a tout simplement utilisé du papier noir et des ciseaux. Avec un peu d'aide et d'imagination, vos enfants peuvent eux aussi créer leur théâtre d'ombre ! Voici quelques indications : 
http://ia89.acdijon.fr/sciences/IMG/pdf/Fiche_fabrication_Theatre_d_ombres_C2_ateliers_ombres_et_lumiere.pdf

Princes et Princesses est inscrit au catalogue du dispositif national Ecole & Cinéma. Retrouvez la fiche "en famille" sur la plateforme Nanouk 

Fiche rédigée par Laetitia

Discussion