Un jour ça ira

Un jour ça ira

Réalisé par Stan Zambeaux, Edouard Zambeaux
Durée : 1h30
| 14 février 2018
Ma note :

Synopsis

Paris, 8e arrondissement, rue de Saint-Pétersbourg, près de la place Clichy. Un centre d’hébergement d’urgence (CHU) expérimental, géré par Aurore, une association, qui, depuis plus d’un siècle, vient en aide aux personnes dans des situations de précarité ou d’exclusion. Un jour ça ira est d'abord une chronique de la vie quotidienne de ce centre pas comme les autres.

Son titre est plus qu’une promesse, il agit comme un programme, porté par tous les enfants, véritables héros de ce film. Djibi, Ange, Mouna, Yahia et les autres, participent à deux ateliers de création : le premier est un atelier d’écriture, leurs articles seront publiés dans le journal Libération, et le second consiste à écrire, composer et interpréter leurs propres chansons pour un spectacle final.

Un jour ça ira est donc un documentaire à la fois sur l’enfance et sur la création.

L'avis de Benshi

Où sont mes racines ?

Les enfants de ce centre viennent de tous les pays du monde. Djibi l'exprime dans une de ses réflexions : « le couloir, c'est un voyage dans le monde. » Soudan, Afghanistan, Tunisie, Italie... Djibi l'écrit aussi : il est « un sérial déménageur » ! L'extraordinaire force de ces enfants éclate à travers leurs paroles, elles témoignent d'une grande maturité et, en même temps, ces enfants cultivent sauvagement leur part d'enfance. Ils sont joyeux, tenaces et pleins de vie. Tout ce qu'ils possèdent tient dans une valise, mais le regard qu'ils portent sur le monde est infiniment puissant et précieux.

Le centre, « [qui] ressemble à un hôpital, d'ailleurs [il] s'appelle CHU » est un lieu improbable, parce qu'on ne sait pas s'il est en devenir ou bien dans un état de destruction imminente. Au cours du film, il sera évacué pour une future réhabilitation. C'est donc un immense bâtiment en sursis, comme un paquebot, avec des enfilades de longs couloirs, distribuant, de part et d'autre, de nombreuses chambres, une cage d'escalier monumentale, de nombreux étages, un foyer et une bibliothèque gigantesque et très fournie, logée dans une ancienne cathédrale, toute blanche. C'est là que se trouve également le piano, qui sert aux ateliers de composition musicale. Cette cathédrale pourrait être la nef des fous. Un asile où l'on lit Victor Hugo, où l'on écrit et où l'on chante !

Rêver trop haut, ça sert à rien. 

Les rêves de ces enfants sont simples : avoir un toit, des amis, rester auprès des êtres qui leur sont chers. Mais l'intérêt majeur et la singularité de Un Jour ça ira résident dans le cheminement artistique des enfants. En même temps que surgissent leurs mots et que résonnent leurs voix, ces enfants progressent dans leur vie. Nous suivons pas à pas leur travail de création, accompagné providentiellement par le journaliste de Libération et par Peggy, la pianiste exigeante et attentive, qui fait figure de fée libératrice. Quelle chance finalement, dans leur infortune, que ce dispositif d'entraide et d'insertion ! Et Djibi de conclure : « ça m'a donné des forces d'être ici. »

Un Jour ça ira ouvre une fenêtre sur le monde dans lequel nous vivons, et rend une image pleine d'humanité à des migrants qui d'habitude, n'ont pas de visage.

Pour quel public

À partir de 9 ans, en famille, cela ouvrira à coup sûr des discussions passionnantes.

Bonnes raisons d'aller voir le film

1
Pour la joie que distillent tous les enfants
2
Pour ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure

Pour aller plus loin

Comme les frères Dardenne, qu'ils admirent, Stan et Edouard Zambeaux sont frères. Edouard présentait déjà leur premier long métrage, Des clés dans la poche, comme « un film de frères sur une histoire de fraternité ». En effet, ce premier documentaire était déjà indirectement consacré à l'association Aurore, à travers l'itinéraire de quatre personnes ou familles, sans abris, relogées à Aurillac. Un Jour ça ira renouvelle leur intérêt et leur curiosité pour des gens oubliés par la société, et leur désir de les voir progresser.

Pour en savoir davantage sur les frères Zambeaux et leur vision du cinéma, on pourra lire l'entretien suivant, La maison des gens beaux :

https://www.culturopoing.com/cinema/entretiens-cinema/la-maison-des-gens-beaux-entretien-avec-edouard-et-stanislas-zambeaux-realisateurs-de-des-cles-dans-la-poche/20170413

Retrouvez l'ensemble du projet et des chansons sur cette plateforme : www.album-invisibles.fr

Le site officiel du film : https://sites.google.com/view/unjourcaira/accueil

Fiche rédigée par Hélène

Discussion