Toutes les fiches films

Films inclus dans l'abonnement

10, 11, 12... Pougne le hérisson

  • De Collectif
  • 2010
  • 50 min

Voir la fiche technique

Catégorie : Le sens de la vie  

À partir de 7 ans

Ce film n’est pas inclus dans l’abonnement, voir les films de l’abonnement  

Fiche rédigée par  Sarah Avatar de Sarah

Notez ce film

Synopsis

Nikita le tanneur
Iouri Tcherenkov - France - 2010 - 15min - dessin à la main, animation par ordinateur style papier découpé
Dans un royaume des confins russes, règnent le calme et l’harmonie, jusqu’au jour où la princesse est enlevée par le terrifiant dragon Zmey Gorinich qui menace de revenir enlever d’autres jeunes filles pour les manger. Nikita le tanneur est le seul homme assez fort pour se mesurer au dragon. Mais c’est surtout grâce à la ruse et à son intelligence qu’il décide de combattre.  

Tout conte fait
Sandy Bienvenut, Alexandra Condoure, Vincent Dromart, Nicolas Quinssac, Mathieu Ringot - France - 2011 - 5min - ordinateur 2D et 3D
Il était une fois un roi et un reine qui cherchaient un beau prince pour épouser leur fille… mais au royaume des contes, les temps ont bien changé et les légendes ne sont plus ce qu’elles étaient…  

L’Automne de Pougne
Pierre-Luc Granjon, Antoine Lanciaux - France - 2012 - 28min - Marionnettes animées
Au royaume du bon roi Balthazar, c’est l’Automne. Il se passe une chose étrange, les histoires disparaissent des livres. Le roi commence à s’ennuyer à mourir et sa fille, la princesse Mélie est très inquiète pour sa santé. Cet Automne sent la mélancolie. Se pourrait-il que cela ait un lien avec la disparition de Boniface le conteur ? Pougne, le hérisson grognon, l’a aperçu qui rodait dans la forêt. Retrouver Boniface est peut-être la solution pour faire revenir les histoires au royaume de Léon.  

Voir plus

L'avis de Benshi

Ce programme de courts métrages est dédié à l’univers du conte. Il débute avec Nikita le tanneur un conte inspiré de la tradition russe. Il en reprend les éléments traditionnels dans le graphisme et le scénario mais avec beaucoup d’humour et de finesse il introduit de légers décalages dans la caractérisation classique des personnages : Baba Yaga est plus une vieille femme devenue fragile qu’une méchante sorcière, et Nikita l’homme puissant n’a vraiment pas envie de se battre. S’il s’y résout, c’est surtout qu’il compte davantage sur son intelligence et sa ruse que sur ses muscles. Tout conte fait pose la question sous une forme parodique de la permanence des codes du conte classique dans notre monde moderne. L’Automne de Pougne clôt la série des Quatre saisons de Léon. Il apporte la résolution de l’énigme principale de cette histoire qui porte sur l’histoire familiale de Léon. Le film est un très bel hommage à la famille et aux liens de filiation. Léon découvre pourquoi il a été adopté et accepte sa différence. Hannibal l’éléphant se découvre un désir de paternité même si son enfant est un bébé poisson. Pougne et Mélusine, nos deux hérissons fort en gueule découvrent qu’en laissant exprimer leur sensibilité ils peuvent s’abandonner au sentiment amoureux. Dame Jeannette, la maman naturelle de Léon, peut enfin se libérer du poids de son terrible secret. Le décor tout entier est au service de cet hommage à la filiation sous toutes ses formes : adoption ou enfantement naturel. Car si Boniface a disparu (et les histoires avec lui) c’est qu’il est prisonnier d’un terrible maléfice. Ce n’est qu’en trouvant où se loge le ventre du monde qu’il pourra s’en libérer. La descente vers ce lieu magique s’effectue le long de rochers sous-marins dont la forme évoque les voies naturelles de l’accouchement. Tout concorde donc à célébrer la maternité, la paternité et la naissance. Mais tout ceci est raccordé au cycle de la vie. Ainsi la mort est aussi évoquée avec beaucoup de calme et de douceur, même si elle reste un événement triste. Les couleurs de l’Automne sont propices à donner à cet ultime épisode des aventures de Léon le ton de la maturité. On savoure avec bonheur les beautés de l’animation et l’ingéniosité des décors qui s’ouvrent et se referment comme au théâtre, celui qui nous rappelle que le spectacle est avant tout une fête.

Voir plus

Pour quel public ?

A partir de 4 ans. Il sera difficile pour les enfants plus jeunes d’apprécier la richesse et la complexité du récit des Quatre saisons de Léon.

Bonnes raisons de voir le film

  • Pour connaître enfin les origines de Léon
  • Pour être touché par le hérisson le plus râleur de l’histoire du cinéma
  • Pour la beauté des décors et la douceur des couleurs de L’Automne de Pougne

Pour aller plus loin

Le site pédagogique de la série Les quatre saisons de Léon
http://www.crdp-lyon.fr/les4saisonsdeleon/serie.php

Le blog du réalisateur Pierre-Luc Granjon, pour découvrir son univers artistique
http://pierrelucgranjon.blogspot.fr/