Les P'tits explorateurs

Les P'tits explorateurs

Réalisé par Collectif
Durée : 49 min
| 05 avril 2017
Ma note :

Chemin d'eau pour un poisson
Mercedes Marro / France, Espagne, Colombie / 8min / 2016 / 2D
Par une nuit étoilée, dans un quartier défavorisé, quelque part en Amérique Latine. Oscar dort dans sa chambre lorsqu'une bourrasque de vent soudaine le réveille. Depuis sa fenêtre, il aperçoit... un petit poisson rouge dans une flaque d'eau boueuse ! Deux chats observent ce dernier, tapis dans l'ombre. Oscar tentera de sauver le poisson rouge au cours d'une aventure effrénée...

Le Renard minuscule
Aline Quertain et Sylwia Szkiladz / France, Belgique, Suisse / 8 min / 2015 / papier découpé
Au milieu d’un jardin foisonnant, un tout petit renard rencontre une enfant intrépide qui fait pousser des plantes géantes… et des objets aussi ! De quoi donner des idées aux petits malins !

La Cage
Loïc Bruyère / France / 6 min / 2016 / 2D
C’est la rencontre entre un ours prisonnier de sa cage qui ne sait pas chanter, et un petit oiseau qui ne sait pas voler, mais qui chante très bien. Chacun va s’enrichir de l’amitié de l’autre.

Clé à Molette et Jo
Stéphane Piera / France / 26 min / 2015
Clé à Molette est un petit robot tout droit tombé de l’espace qui va bouleverser la vie solitaire de Jo, un enfant sourd...

Les personnages des quatre courts métrages qui composent ce programme, les bien-nommés P’tits explorateurs, ont pour point commun une curiosité qui les pousse à la découverte et aux rencontres. Celles-ci se font aussi bien au coin de la rue ou dans le jardin, comme dans les deux films qui ouvrent le programme, Chemin d’eau pour un poisson et Le Renard minuscule, qu’à la suite d’une collusion galactique, telle que dans le dernier film, Clé à Molette et Jo. On voyage donc dans des univers narratifs et graphiques très différents (réalisation sur ordinateur en 2D et 3D, papier découpé) jusqu’à se retrouver projeté dans l’Univers avec la petite bande d’enfants de Clé à Molette qui constitue le point d’orgue du programme.


Si les trois courts qui le précédent reposent chaque fois sur une ligne narrative assez simple et sans dialogues, Clé à Molette nous propose une intrigue plus touffue où six personnages, cinq enfants - Jo, Susie, Jimmy, Martin et Plouc - et un robot - Clé à Molette - se retrouvent embarqués dans une aventure pleine de rebondissements. La grande intelligence du scénario est de nous faire découvrir le monde de l’un d’entre eux, Jo, atteint de surdité, de la même manière que les cinq enfants découvrent l’espace extraterrestre grâce au robot Clé à Molette : il s’agit de deux univers intrigants, surprenants et fascinants. D’ailleurs, Susie nous rappelle utilement au début du film que dans l’espace, les ondes sonores ne se propagent pas et c’est donc Jo qui s’adapte avec le plus de facilité à ce nouvel environnement, lors de leur voyage vers les étoiles. Ce joli film court évite donc tout discours préconçu sur le handicap et nous rappelle à quel point la langue des signes a à voir avec le cinéma, en privilégiant le langage corporel et les expressions du visage. Il est possible qu’en sortant du cinéma, les enfants et les grands aient envie de s’y essayer ! 

Si les trois courts métrages qui ouvrent le programme peuvent être vus par des enfants plus jeunes, Clé à Molette et Jo n'est pas accessible avant 4 ans car il est nécessaire de bien identifier les personnages dont l'un, Susie, est aussi la narratrice, et de suivre une intrigue au rythme assez soutenu.

1
Pour un programme dynamique où les personnages, enfants et animaux, courent, sautent, chantent, expérimentent et partent même à la découverte de l’espace !
2
Pour la subtilité du scénario de Clé à Mollette et Jo, qui nous fait découvrir la langue des signes d’une manière ludique et intelligente.
3
Pour la douceur et la réussite graphique du Renard minuscule

Infos complémentaires

C'est parce qu'il a travaillé avec des animateurs et comédiens malentendants que le réalisateur Stéphane Piera a eu envie de mettre en scène un personnage sourd dans un film d'animation destiné aux enfants. Il était important pour lui de présenter ce personnage comme porteur d'une culture à découvrir et à partager. 


Pour la réalisation de ce film, Stéphane Piera a collaboré avec Jérémy Clapin, un autre réalisateur de courts métrages d'animation, notamment de Une Histoire vertébrale et Skhizein, dont les personnages ont d'étonnants handicaps : l'un est plié en deux à 90° et l'autre est décalé de lui-même de 91 centimètres... suite à la chute d'une météorité. 


Le Renard minuscule est un film produit par le Studio Folimage dans le cadre de la résidence d'artiste qu'il propose en vue de la réalisation d'un film court d'animation destiné au jeune public, mêlant comédie et humour, de toutes techniques sauf la 3D. Il s'agit du seul dispositif d'aide à la création de ce type en France. 

Pour aller plus loin

Le Studio Folimage qui distribue le programme propose différents différents outils sur son site pour prolonger le plaisir et la réflexion : jeux, livret pédagogique et surtout un premier cours vidéo de langue des signes ainsi qu'un jeu de mémory avec la langue des signes également : http://www.folimage.fr/fr/distribution/programmes/les-p-tits-explorateurs_23.htm


Pour les parents spectateurs qui veulent prolonger la découverte de la langue des signes initiée par Clé à Molette et Jo, il peut être intéressant de visionner un autre court d'animation qui la met en scène, Le Sens du toucher de Jean-Charles Mbotti Malolo. On pourra également visionner avec bonheur Le Pays des sourds de Nicolas Philibert et J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd de Laëtitia Carton.

Fiche rédigée par Anne-Sophie

Discussion